Élection présidentielle américaine de 1796

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1792 Drapeau des États-Unis 1800 Suivant
Élection présidentielle américaine de 1796
US Navy 031029-N-6236G-001 A painting of President John Adams (1735-1826), 2nd president of the United States, by Asher B. Durand (1767-1845)-crop.jpg
John AdamsParti fédéraliste
Colistier : Thomas Pinckney
Voix 35 726
Grands électeurs 71
  
53,4 %
Thomas Jefferson by Rembrandt Peale, 1800.jpg
Thomas JeffersonParti républicain-démocrate
Colistier : Aaron Burr
Voix 31 115
Grands électeurs 68
  
46,6 %
Le collège électoral en 1796
Carte
Président
Sortant
Élu

L'élection présidentielle américaine de 1796 fut la troisième en date, mais la première pour laquelle il y eut réellement une compétition électorale, compte tenu de la décision du président sortant, George Washington, de ne pas se représenter.

Elle aboutit au résultat paradoxal de l'élection de deux rivaux : le fédéraliste John Adams fut élu Président, et le démocrate-républicain Thomas Jefferson vice-président.

Désignation des Grands Électeurs[modifier | modifier le code]

Les seize Etats de l'Union participèrent à la désignation des grands électeurs. Huit d'entre eux choisirent une désignation par la législature de l'État, les autres prenant en compte un vote direct des citoyens.

Seuls six États, cependant, firent désigner leurs grands électeurs uniquement par le vote direct des citoyens, deux au niveau de l'État (la Georgie et la Pennsylvanie), et quatre dans le cadre de circonscriptions spécifique, chaque circonscription désignant un électeur (Kentucky, Maryland, Caroline du Nord, Virginie).

Dans tous les États qui firent appel au vote direct des citoyens, des dispositions restrictives avaient été mises en place pour limiter le nombre de votants.

139 Grands électeurs purent ainsi participer au vote.

Parti Vote direct
Voix Pourrcentage
Fédéralistes 35 726 53.4%
Démocrates-républicains 31 115 46.6%
Total 66 841 100.0%

Campagne électorale[modifier | modifier le code]

Après la confirmation du retrait de George Washington, le vice-président sortant, John Adams, apparut comme le candidat logique des fédéralistes. Il s'adjoint le populaire Thomas Pinckney, ancien ambassadeur en France, comme candidat à la vice-présidence. Thomas Jefferson fut, lui, le chef de file des démocrates-républicains, avec Aaron Burr, sénateur de New York, comme colistier.

La campagne fut très vive, et principalement axée sur les critiques que chacun des camps faisait à l'autre. Les fédéralistes furent ainsi accusés d'être des "aristocrates", soutenant de fait le principe de la monarchie, et d'être trop conciliant avec le Royaume-Uni. Le soutien des démocrates-républicains à la France fut jugée comme une adhésion de fait aux outrances de la Terreur.

Élection du Président et du Vice-Président[modifier | modifier le code]

La Constitution alors en vigueur, avant l'adoption du XIIe amendement de la Constitution des États-Unis, ne distinguait pas l'élection du Président de celui du Vice-Président. Une fois les candidatures déclarées, chaque électeur disposait de deux voix, le candidat arrivé en tête, s'il avait obtenu la majorité absolue, était élu Président, et celui arrivé en deuxième position était élu Vice-Président.

Bien qu'il y eut des "tickets" constitués, les deux partis ne purent empêcher la présence de candidats "dissidents", sans que cela paraisse d'ailleurs faire accroc à la logique de parti.

Le fait que les deux partis étaient très proches l'un de l'autre, qu'un certain nombre d'électeurs n'hésitèrent pas à "panacher", votant pour un candidat fédéraliste et un candidat démocrate-républicain, que les électeurs étaient réunis dans les capitales des États et non pas dans un lieu unique pour procéder au vote, contribua au résultat paradoxal d'un duo exécutif hétérogène.

Résultat du vote :

John Adams (Fédéraliste), vice-président : 71, élu Président des États-Unis

Thomas Jefferson (Démocrate-Républicain) : 68, élu Vice-Président des États-Unis

Thomas Pinckney (Fédéraliste) : 59

Aaron Burr (Démocrate-Républicain) sénateur de New York: 30

Samuel Adams (Démocrate-Républicain) gouverneur du Massachusetts : 15

Oliver Ellsworth (Fédéraliste), président de la Cour Suprême : 11

George Clinton (Démocrate-Républicain), ancien gouverneur de New York : 7

John Jay (Fédéraliste), gouverneur de New York : 5

James Iredell (Fédéraliste), Juge à la Cour Suprême : 3

George Washington : 2

John Henry (Démocrate-Républicain), sénateur du Maryland : 2

Samuel Johnston (Fédéraliste), sénateur de Caroline du Nord : 2

Charles Cotesworth Pinckney (Fédéraliste) : 1