Élections sénatoriales américaines de 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2010 Drapeau des États-Unis 2014 Suivant
Élections sénatoriales américaines de 2012
33 sénateurs sur 100
6 novembre 2012
Type d’élection  Sénatoriale
Harry Reid official portrait 2009.jpg
Harry Reid – Parti démocrate
Voix 49 988 323 Green Arrow Up.svg 71,7 %
  
54,3 %
Sièges obtenus 53 Green Arrow Up.svg 2
Sen Mitch McConnell official.jpg
Mitch McConnell – Parti républicain (États-Unis)
Voix 39 128 301 Green Arrow Up.svg 19,7 %
  
42,5 %
Sièges obtenus 45 Red Arrow Down.svg 2
Carte des résultats des élections sénatoriales américaines de 2012
Carte
  •      Siège conservé par les démocrates
  •      Siège gagné par les démocrates
  •      Siège conservé par les républicains
  •      Siège gagné par les républicains
  •      Siège conservé par un indépendant
  •      Siège gagné par un indépendant
Leader de la majorité du Sénat
Sortant
Élu

En 2012, les élections au Sénat des États-Unis ont eu lieu le 6 novembre en même temps que les élections présidentielle, gouvernatoriales et législatives. Le Sénat américain est renouvelé par tiers, tous les deux ans. Trente-trois sièges sont renouvelés en 2012, sur les cent que compte la chambre haute. Le mandat des sénateurs étant de six ans, ceux qui sont élus à cette élection siègeront dans le cent treizième congrès, du 3 janvier 2013 au 3 janvier 2019.

Avant les élections, les démocrates disposent de 51 sénateurs, contre 47 républicains et 2 indépendants apparentés aux démocrates. Sur les 33 sièges à renouveler, seuls 10 sont occupés par des républicains, ce qui rend plausible la prise de la chambre haute par ces derniers.

Résultats[modifier | modifier le code]

Partis Sénat avant l'élection Sièges Vote populaire Sénat après l'élection Changement
Sièges en jeu Élus Nombre de votes Pourcentage
Parti démocrate 51 21 23 53 en augmentation 2
Parti républicain 47 10 8 45 en diminution 2
Indépendants 2 2 2 2 en stagnation
Autres
Total 100 33 33 100 % 100

Axes de la campagne[modifier | modifier le code]

Les candidats républicains attaquent et essayent de liés leurs concurrents à la reforme de santé de Barack Obama.

Dans des États traditionnellement démocrates, les républicains Scott Brown ou Linda McMahon insistent sur leurs côtés bipartisan. À l'inverse, des démocrates comme Joe Donnelly insistent sur leur caractère modéré dans des États plutôt républicains et conservateurs[1].

Tableau récapitulatif[modifier | modifier le code]

État
(plus de détail en lien)
Sénateur sortant Parti Situation du sénateur sortant Résultats précédents Résultats de 2012[2]
Arizona Jon Kyl Républicain Ne se représente pas Jon Kyl (R) 53 %
Jim Pederson (D) 44 %
Autres 3 %
Jeff Flake (R) 50 %
Richard Carmona (D) 46 %
Autres 4 %
Californie Dianne Feinstein Démocrate Candidate à un nouveau mandat[3] Dianne Feinstein (D) 59 %
Dick Mountjoy (R) 35 %
Autres 6 %
Dianne Feinstein (D) 62 %
Elizabeth Emken (R) 38 %
Connecticut Joe Lieberman Indépendant Ne se représente pas Joe Lieberman (I) 50 %
Ned Lamont (D) 40 %
Alan Schlesinger (R) 10 %
Chris Murphy (D) 55 %
Linda McMahon (R) 43 %
Autres 2 %
Delaware Tom Carper Démocrate Candidat à un nouveau mandat Tom Carper (D) 70 %
Jan Ting (R) 29 %
Autres 1 %
Tom Carper (D) 66 %
Kevin Wade (R) 29 %
Autres 5 %
Dakota du Nord Kent Conrad Démocrate Ne se représente pas[4] Kent Conrad (D) 69 %
Dwight Grotberg (R) 29 %
Autres 2 %
Heidi Heitkamp (D) 50,5 %
Rick Berg (R) 49,5 %
Floride Bill Nelson Démocrate Candidat à un nouveau mandat Bill Nelson (D) 60 %
Katherine Harris (R) 38 %
Autres 2 %
Bill Nelson (D) 55 %
Connie Mack (R) 42 %
Autres 3 %
Hawaii Daniel Akaka Démocrate Ne se représente pas[5] Daniel Akaka (D) 61 %
Cynthia Thielen (R) 37 %
Autres 2 %
Mazie Hirono (D) 63 %
Linda Lingle (R) 37 %
Indiana Richard Lugar Républicain Sortant battu lors de la primaire républicaine Richard Lugar (R) 87 %
Steve Osborn (L) 13 %
Joe Donnelly (D) 50 %
Richard Mourdock (R) 44 %
Andrew Horning (L) 6 %
Maine Olympia Snowe Républicain Ne se représente pas Olympia Snowe (R) 74 %
Jean Hay Bright (D) 21 %
Bill Slavick (I) 5 %
Angus King (I) 53 %
Charles Summers (R) 31 %
Cynthia Dill (D) 13 %
Autres 3 %
Maryland Ben Cardin Démocrate Candidat à un nouveau mandat[6] Ben Cardin (D) 54 %
Michael Steele (R) 44 %
Autres 2 %
Ben Cardin (D) 55 %
Dan Bongino (R) 27 %
Rob Sobhani (I) 17 %
Autres 1 %
Massachusetts Scott Brown Républicain Candidat à un nouveau mandat Élection partielle de 2010 :
Scott Brown (R) 52 %
Martha Coakley (D) 47 %
Elizabeth Warren (D) 54 %
Scott Brown (R) 46 %
Michigan Debbie Stabenow Démocrate Candidate à un nouveau mandat[7] Debbie Stabenow (D) 57 %
Mike Bouchard (R) 41 %
Autres 2 %
Debbie Stabenow (D) 59 %
Pete Hoekstra (R) 38 %
Autres 3 %
Minnesota Amy Klobuchar Démocrate Candidate à un nouveau mandat[7] Amy Klobuchar (DFL) 58 %
Mark Kennedy (R) 38 %
Autres 4 %
Amy Klobuchar (DFL) 65 %
Kurt Bills (R) 31 %
Autres 3 %
Mississippi Roger Wicker Républicain Candidat à un nouveau mandat[7] Élection partielle de 2008 :
Roger Wicker (R) 55 %
Ronnie Musgrove (D) 45 %
Roger Wicker (R) 57 %
Albert N. Gore, Jr. (D) 40 %
Autres 2 %
Missouri Claire McCaskill Démocrate Candidate à un nouveau mandat Claire McCaskill (D) 50 %
Jim Talent (R) 47 %
Autres 3 %
Claire McCaskill (D) 55 %
Todd Akin (R) 39 %
Jonathan Dine (L) 6 %
Montana Jon Tester Démocrate Candidat à un nouveau mandat Jon Tester (D) 49 %
Conrad Burns (R) 48 %
Autres 3 %
Jon Tester (D) 49 %
Denny Rehberg (R) 45 %
Dan Cox (L) 7 %
Nebraska Ben Nelson Démocrate Ne se représente pas Ben Nelson (D) 64 %
Pete Ricketts (R) 36 %
Deb Fischer (R) 58 %
Bob Kerrey (D) 42 %
Nevada Dean Heller Républicain Nommé après la démission de John Ensign
Candidat à un nouveau mandat[8]
John Ensign (R) 55 %
Jack Carter (D) 41 %
Autres 4 %
Dean Heller (R) 46 %
Shelley Berkley (D) 45 %
David Lory VanDerBeek (IAP) 5 %
Aucun 5 %
New Jersey Bob Menendez Démocrate Candidat à un nouveau mandat[7] Bob Menendez (D) 53 %
Thomas Kean, Jr. (R) 45 %
Autres 2 %
Bob Menendez (D) 59 %
Joe Kyrillos (R) 40 %
Autres 1 %
New York Kirsten Gillibrand Démocrate Candidate à un nouveau mandat Élection partielle de 2010 :
Kirsten Gillibrand (D) 63 %
Joseph DioGuardi (R) 35 %
Autres 2 %
Kirsten Gillibrand (D) 72 %
Wendy Long (R) 27 %
Autres 1 %
Nouveau Mexique Jeff Bingaman Démocrate Ne se représente pas[9] Jeff Bingaman (D) 71 %
Allen McCulloch (R) 29 %
Martin Heinrich (D) 51 %
Heather Wilson (R) 45 M
Autres 4 %
Ohio Sherrod Brown Démocrate Candidat à un nouveau mandat[10] Sherrod Brown (D) 56 %
Mike DeWine (R) 44 %
Sherrod Brown (D) 50 %
Josh Mandel (R) 45 %
Scott Rupert (I) 5 %
Pennsylvanie Bob Casey, Jr. Démocrate Candidat à un nouveau mandat Bob Casey (D) 59 %
Rick Santorum (R) 41 %
Bob Casey (D) 54 %
Tom Smith (R) 45 %
Autres 2 %
Rhode Island Sheldon Whitehouse Démocrate Candidat à un nouveau mandat[7] Sheldon Whitehouse (D) 53 %
Lincoln Chafee (R) 47 %
Sheldon Whitehouse (D) 65 %
Barry Hinckley (R) 35 %
Tennessee Bob Corker Républicain Candidat à un nouveau mandat[7] Bob Corker (R) 51 %
Harold Ford, Jr. (D) 48 %
Autres 1 %
Bob Corker (R) 65 %
Mark Clayton (D) 30 %
Autres 5 %
Texas Kay Bailey Hutchison Républicain Ne se représente pas[11] Kay Bailey Hutchison (R) 62 %
Barbara Ann Radnofsky (D) 36 %
Autres 2 %
Ted Cruz (R) 57 %
Paul Sadler (D) 41 %
Autres 2 %
Utah Orrin Hatch Républicain Candidat à un nouveau mandat Orrin Hatch (R) 62 %
Pete Ashdown (D) 31 %
Autres 7 %
Orrin Hatch (R) 65 %
Scott Howell (D)30 %
Autres 5 %
Vermont Bernie Sanders Indépendant Candidat à un nouveau mandat[7] Bernie Sanders (I) 65 %
Richard Tarrant (R) 32 %
Autres 3 %
Bernie Sanders (I) 71 %
John MacGovern (R) 25 %
Autres 4 %
Virginie Jim Webb Démocrate Ne se représente pas[12] Jim Webb (D) 50 %
George Allen (R) 49 %
Autres 1 %
Tim Kaine (D) 52,5 %
George Allen (R) 48,5 %
Virginie-Occidentale Joe Manchin Démocrate Candidat à un nouveau mandat[7] Élection partielle de 2010 :
Joe Manchin (D) 54 %
John Raese (R) 43 %
Autres 3 %
Joe Manchin (D) 61 %
John Raese (R) 37 %
Autres 3 %
Washington Maria Cantwell Démocrate Candidate à un nouveau mandat[7] Maria Cantwell (D) 57 %
Mike McGavick (R) 40 %
Autres 3 %
Maria Cantwell (D) 60 %
Michael Baumgartner (R) 40 %
Wisconsin Herb Kohl Démocrate Ne se représente pas Herb Kohl (D) 67 %
Robert Lorge (R) 30 %
Autres 3 %
Tammy Baldwin (D) 52 %
Tommy Thompson (R) 46 %
Autres 2 %
Wyoming John Barrasso Républicain Candidat à un nouveau mandat[7] Élection partielle de 2008 :
John Barrasso (R) 73 %
Nick Carter (D) 27 %
John Barrasso (R) 76 %
Tim Chesnut (D) 22 %
Autres 3 %
État
(plus de détail en lien)
Sénateur sortant Parti Situation du sénateur sortant Résultats précédents Résultats de 2012[2]

Situation par État[modifier | modifier le code]

États indécis à l'approche de l’élection[modifier | modifier le code]

Indiana[modifier | modifier le code]

Richard Lugar, sénateur modéré du Parti républicain, décide de solliciter un septième mandat de sénateur. Face à l'évolution vers la droite de son parti, il est battu par le secrétaire au Trésor ultra-conservateur de l'État Richard Mourdock lors des primaires du mois de mai[13],[1], qui s'impose avec plus de 60 % des voix[14]. Dans le camp démocrate, Joe Donnelly, membre de la chambre des représentants, est choisi sans opposition[15]. Le caractère centriste de Joe Donnelly, qui est un Blue Dog, et la défaite de Richard Lugar rendent l'élection plus ouverte[13].

Alors qu'il est en avance dans les sondages, strictement réglementés et donc rares dans l'Indianna, Richard Mourdock créé la polémique. la Le 24 octobre, quelques jours après le dérapage sur le viol de Todd Akin dans le Missouri, le républicain déclare au cours d'un débat télévisé, à propos de l'avortement : « Cela a longtemps été un cas de conscience pour moi, mais je suis parvenu à la conclusion que la vie est un don de Dieu et je pense que, même lorsque la vie commence dans cette situation horrible qu'est le viol, c'est quelque chose que Dieu a voulu. »[16]. Ces propos sont vus comme une possible « surprise d'octobre », pouvant modifier le résultat de l'élection présidentielle. Mitt Romney prend ses distances avec Richard Mourdock, qui affirme qu'on cherche à déformer ses propos alors qu'il s'est exprimé « avec son cœur et sa foi »[17]. Les sondages montrent une très nette progression de Joe Donnelly, il se voit même crédité de 11 points d'avance quelques jours après les déclarations de Richard Mourdock[18]. Le démocrate remporte finalement l'élection avec 49,9 % des suffrages contre 44,3 % à Mourdock et 5,8 % au candidat libertarien Andrew Horning[19].

Montana[modifier | modifier le code]

Dans le Montana, le sénateur démocrate sortant Jon Tester se représente. Son adversaire est le représentant républicain Denny Rehberg. L'ultra-conservateur[20] est désigné à plus de 75 % des suffrages pendant les primaires, tandis que Tester n'est opposé à aucun autre démocrate[21]. Le duel est extrêmement serré[20], les sondages donnant tantôt le républicain, tantôt le démocrate en tête[22]. Le siège est considéré comme une des principales cibles républicaines[23]. En effet, en 2006, Jon Tester n'a remporté son siège que de justesse dans un contexte de vague démocrate[24]. Pendant la campagne, entre juin et octobre, 89 000 publicités électorales sont diffusées à la télévision, un record national[23]. Le sénateur sortant est réélu le 6 novembre avec 48,6 % des voix contre 44.9 % pour Denny Rehberg[22], le reste des suffrages s'étant porté sur le libertarien Dan Cox.

Virginie[modifier | modifier le code]

Wisconsin[modifier | modifier le code]

Dans l'État du candidat républicain à la vice-présidence, Paul Ryan, le très populaire sénateur démocrate sortant Herb Kohl annonce en mai 2012 son intention de ne pas se représenter. Le Grand Old Party y voit l'occasion de faire tomber ce siège démocrate, après ses victoires aux élections de mi-mandat en 2010[25]. L'ancien gouverneur de l'État de 1987 à 2001, Tommy Thompson, est choisi par les républicains pour être leur candidat avec 33,99 % des voix[26], au terme d'une « douloureuse campagne »[27]. Du côté démocrate, la représentante libérale Tammy Baldwin est la seule candidate à l'investiture[26].

L'État est fortement disputé et ce sont au total 45 millions de dollars qui sont dépensés durant la campagne, ce qui en fait l'une des élections sénatoriales les plus chères de l'histoire américaine[28]. Après avoir été menée durant l'été, la démocrate est légèrement en tête des sondages à la veille du scrutin[29]. Le 6 novembre, Tammy Baldwin est élue et devient la première sénatrice homosexuelle des États-Unis[28].

États avec une courte avance pour le sénateur ou candidat démocrate[modifier | modifier le code]

Connecticut[modifier | modifier le code]

Le sénateur sortant, indépendant, Joe Lieberman annonce dès janvier 2011 son intention de se retirer[30]. L'élection du Connecticut oppose la républicaine Linda McMahon, ancienne directrice de la WWE, au démocrate Chris Murphy. S'il penchait du côté républicain, le Connecticut constituerait la principale surprise de ces élections. Linda McMahon tire dans sa fortune personnelle pour financer sa campagne. Elle insiste sur la fait qu'elle est « sous l'emprise d'aucun camp »[1], elle se distingue en particulier de Mitt Romney et ses déclarations sur les 47 % des Américains se considérant comme des victimes dépendant du gouvernement[31]. Au contraire, Chris Murphy fait partie l'aile gauche du Parti démocrate et serait, s'il est élu, l'un des sénateurs les moins riches[13].

Massachusetts[modifier | modifier le code]

Le sénateur républicain sortant, Scott Brown, a créé la surprise en 2010, en remportant l'ancien siège Ted Kennedy dans cet État démocrate[32]. Il est considéré comme une « étoile montante » du Parti républicain[13]. Plutôt modéré[33], le sénateur Brown est opposé à la démocrate Elizabeth Warren surnommée « la shérif de Wall Street »[32]. L'ancienne professeure à Harvard, souvent taxée de « socialiste »[29] ou « gauchiste » par ses rivaux, s'est en effet fait connaître en dénonçant les dérives du capitalisme[33] et en participant à la création du Bureau de protection financière du consommateur[34].

Cette campagne dans le Massachusetts est considérée comme la course au Sénat la plus médiatisée[34]. C'est également la plus chère de ces élections et de l'histoire des élections sénatoriales, avec 70 millions de dollars dépensés[33],[34],[29]. Les principaux soutiens financiers de la démocrate sont les avocats et les lobbyistes tandis que le républicain reçoit l'appuie de l'industrie financière[34]. Souvent au coude-à-coude avec Scott Brown, Elizabeth Warren prend la tête des sondages à partir du mois d'octobre avant d'être élue avec 53 % des voix le 6 novembre[33].

Ohio[modifier | modifier le code]

La campagne de l'Ohio oppose Sherrod Brown, le sénateur sortant démocrate et progressiste, à l'ultra-conservateur Josh Mandel, soutenu par le Tea Party[29].

Floride[modifier | modifier le code]

Missouri[modifier | modifier le code]

Durant l'été 2012, le Missouri est considéré comme presque acquis par les républicains[35]. Les sondages donnent alors souvent plus de dix points d'avance à l'ultra-conservateur[29] Todd Akin face à la sénatrice démocrate sortante Claire McCaskill[36]. Elle est devenue impopulaire en partie à cause de son soutien au Patient Protection and Affordable Care Act[35].

La campagne va connaître un important revirement le 19 août, quand Todd Akin déclare à la télévision : « De ce que j'entends de la bouche des médecins, la grossesse après un viol est très rare […] S'il s'agit d'un véritable viol, le corps de la femme essaie par tous les moyens de bloquer tout ça »[37], provoquant un tollé dans l'ensemble du pays[36]. Suite à ces déclarations, le candidat républicain à l'élection présidentielle, Mitt Romney, lui demande de se retirer de la course. Le Parti républicain et la plupart de ses sponsors arrêtent de le soutenir financièrement[36]. Les sondages le voient alors comme largement battu. Cependant, grâce au soutien des chrétiens conservateurs, Todd Akin semble revenir dans la course en talonnant la démocrate aux mois de septembre et octobre[36],[35]. La sénatrice McCaskill est obligée de « recentrer » sa campagne, notamment sur les questions d'immigration et de santé[13]. Lors de l'élection, Claire McCaskill est finalement réélue avec une large avance avec 54,7 % des voix contre 39,2 % à Todd Akin, dans un État qui vote pourtant pour Mitt Romney à l'élection présidentielle avec 53,9 %[38].

Pennsylvanie[modifier | modifier le code]

États avec une courte avance pour le sénateur ou candidat républicain[modifier | modifier le code]

Arizona[modifier | modifier le code]

Le 2 octobre 2011, le sénateur républicain Jon Kyl annonce qu'il ne sera pas candidat à un nouveau mandat[39]. Jeff Flake, représentant du sixième district de l’Arizona remporte par la suite l'investiture républicaine assez largement.

Chez les démocrates, la seule personnalité qui est en mesure de l'emporter face à Flake c'est Gabrielle Giffords, mais cette dernière décide de ne pas se présenter. La plupart des leaders démocrates de l’État décident eux aussi de ne pas se présenter. C'est finalement l'ancien Chirurgien général des États-Unis Richard Carmona qui est investit.

D'abord nettement distancé, Carmona a considérablement réduit l’écart dans les sondages avec Flake allant même jusqu’à le dépasser.

Nevada[modifier | modifier le code]

Dakota du Nord[modifier | modifier le code]

États acquis aux démocrates[modifier | modifier le code]

Les États suivants : Californie, Washington, Minnesota, Michigan, Nouveau-Mexique, New Jersey, Maryland, Delaware, Hawaï et Rhode Island, sont acquis au parti démocrate.

États acquis aux républicains[modifier | modifier le code]

Les États suivants : Utah, Wyoming, Nebraska, Texas, Mississippi et Tennessee, sont acquis au parti républicain.

États acquis aux indépendants[modifier | modifier le code]

Avant les élections, le Vermont et le Maine semblent acquis à des candidats indépendants.

Vermont[modifier | modifier le code]

Le sénateur indépendant du Vermont, Bernie Sanders, est considéré l'homme le plus à gauche du Congrès américain. Il est le premier socialiste revendiqué à être élu au Congrès : à la Chambre des représentants (1990) puis au Sénat (2006). Dans cet état progressiste, sa réélection en 2012 ne fait guère de doute, certains le voyant « réélu triomphalement »[40]. Bernie Sanders siège avec les démocrates au Sénat, parti dont il reçoit le soutien. Il remporte les élections avec 71 % des voix contre 25 % à son adversaire républicain John MacGovern[41]. Les autres candidats sont Peter Diamondstone du Liberty Union Party, Cris Ericson du parti Marijuana, Laurel Laframbroise de VoteKISS et Peter Moss de Peace and Prosperity[42]. Ils totalisent 4 % des suffrages[41].

Maine[modifier | modifier le code]

Dans le Maine, la sénatrice républicaine, Olympia Snowe, annonce en février 2012, qu'elle ne se représente pas. L'élue centriste, parmi les sénateurs les plus populaires du pays, se dit « malade et fatiguée » par les prises de positions partisanes de son parti[43]. Une triangulaire se présente alors entre l'indépendant Angus King, ancien gouverneur de l'État, le républicain Charles Summers et la démocrate Cynthia Dill[1].

Populaire, Angus King apparaît comme le favori de cette élection, des sondages le donnant gagnant à la majorité absolue[44]. Angus King est socialement libéral et plus centriste économiquement[13]. Même s'il refuse de choisir quel camp il soutiendra s'il est élu au Sénat, il est la principale cible des républicains tandis que Cynthia Dill est peu soutenue par son parti à l'échelle nationale[1]. Le 6 novembre 2012, Angus King remporte l'élection avec 53 % des suffrages. Il devance donc largement le républicain Charlie Summers (31 %) et la démocrate Cynthia Dill (13 %). Une semaine après son élection, le sénateur élu annonce qu'il va siéger aux côtés du groupe démocrate tout en gardant son indépendance politique. Il affirme que « s'affilier avec la majorité lui paraît le plus sensé » (« affiliating with the majority makes the most sense »)[45].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Donna Cassata, « Élections américaines : le contrôle du Sénat dépend d'une dizaine d'États », L'Express de Toronto,‎ 23 octobre 2012 (lire en ligne)
  2. a et b (en)« Senate Results : Big Board », sur The New York Times (consulté le 8 novembre 2012)
  3. (en) Alicia McCarty, « A look ahead to the key races in the West in 2012 », USA Today,‎ November 8, 2011 (2, 2011/2012-elections-preview-west/51128694/1 lire en ligne)
  4. (en) « Conrad Will Not Run for Re-Election », sur Politicalwire.com,‎ 18 janvier 2011 (consulté le 14 fév. 2011)
  5. (en) Lisa Mascaro, « Democrat Daniel Akaka of Hawaii to retire from U.S. Senate », Los Angeles Times,‎ March 3, 2011 (lire en ligne)
  6. (en) « Larry J. Sabato's Crystal Ball " Senate », sur Centerforpolitics.org,‎ 10 mars 2011 (consulté le 20 mars 2011)
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) « Larry J. Sabato's Crystal Ball " Senate », sur Centerforpolitics.org,‎ 6 janvier 2011 (consulté le 14 fév. 2011)
  8. (en) « Republican For U.S. Senate In Nevada », Dean Heller (consulté le May 13, 2011)
  9. (en) « Democratic Sen. Bingaman to Retire, Sources Say », Fox News,‎ February 18, 2011 (lire en ligne)
  10. (en) Shane D'Aprile, « GOP senators up in 2012 face primary threats because of START support », sur TheHill.com,‎ 21 décembre 2010
  11. (en) David Catanese, « KBH won't run for reelection », sur Politico.Com,‎ 13 janvier 2011 (consulté le 14 fév. 2011)
  12. (en) Ben Smith, « Webb won't seek reelection », sur Politico.Com,‎ 9 février 2011 (consulté le 14 fév. 2011)
  13. a, b, c, d, e et f Grégory Schwartz et Maxime Beaugrand (infographie), « Sénat, l'autre scrutin américain du 6 novembre », Libération,‎ 23 octobre 2012 (lire en ligne)
  14. (en) Paul Kane, « Richard Lugar loses primary nomination to conservative challenger Richard Mourdock », The Washington Post,‎ 9 mai 2012 (lire en ligne)
  15. (en)« IN US Senate - D Primary, 2012 », sur Our Campaigns (consulté le 15 novembre 2012)
  16. AFP et Reuters, « États-Unis : nouveau dérapage d'un candidat républicain sur le viol », Le Monde,‎ 24 octobre 2012 (lire en ligne)
  17. Pierre Bouvier, « Richard Mourdock candidat à la "surprise d'octobre" », Le Monde,‎ 25 octobre 2012 (lire en ligne)
  18. (en)« Indiana Senate - Mourdock vs. Donnelly », sur RealClearPolitics (consulté le 15 novembre 2012)
  19. (en)« Elections 2012, State Results : Indiana », sur The New York Times (consulté le 21 mars 2013)
  20. a et b Dana Liebelson, « L'homme qui aimait le bœuf et les nobles combats », The Week,‎ 11 septembre 2012 (lire en ligne). Traduit par Courrier international.
  21. [PDF]« 2012 statewide primary election », sur site de la Secrétaire d'État du Montanta (consulté le 23 mars 2013), p. 3
  22. a et b (en)« Montana Senate - Rehberg vs. Tester », sur RealClearPolitics (consulté le 23 mars 2013)
  23. a et b (en) « Jon Tester Election Results: Montana Democratic Senator Wins Against Denny Rehberg », The Huffington Post,‎ 7 novembre 2012 (lire en ligne)
  24. Rafaël Jacob, « L'autre champ de bataille de 2012 », UQAM,‎ 6 mars 2012 (lire en ligne)
  25. (en) Carl Hulse, « Wisconsin Senator to Retire », The New York Times,‎ 14 mai 2012 (lire en ligne)
  26. a et b (en)[PDF]« Résultats des primaires partisanes », sur Wisconsin Government Accountability Board,‎ 14 août 2012 (consulté le 7 novembre 2012)
  27. Maurin Picard, « Le Wisconsin se passionne pour l'élection sénatoriale », Le Figaro,‎ 5 novembre 2012 (lire en ligne)
  28. a et b « Une homosexuelle au Sénat », Courrier international,‎ 7 novembre 2012 (lire en ligne)
  29. a, b, c, d et e Adèle Smith, « Ces batailles locales qui vont peser sur Washington », Le Figaro,‎ 6 novembre 2012 (lire en ligne)
  30. (en) John Christoffersen et Susan Haigh, « Joe Lieberman Retiring In 2012 », The Huffington Post,‎ 19 janvier 2011 (lire en ligne)
  31. Jim Shea, « Du catch à la lutte politique », The Hartford Courant,‎ 3 octobre 2012 (lire en ligne). Traduit par Courrier international.
  32. a et b Isabelle Hachey, « Sénat : un républicain sauce démocrate contre la « shérif de Wall Street » », LaPresse,‎ 6 novembre 2012 (lire en ligne)
  33. a, b, c et d Sylvain Cypel, « Elizabeth Warren rapatrie le Massachusetts dans le giron démocrate », Le Monde,‎ 7 novembre 2012 (lire en ligne)
  34. a, b, c et d Karl de Meyer, « Elizabeth Warren, terreur des banques, en bonne position pour entrer au Sénat », Les Échos,‎ 6 novembre 2012 (lire en ligne)
  35. a, b et c Hélène Vissière, « Élection américaine : le cas Todd Akin », Le Point,‎ 22 octobre 2012 (lire en ligne)
  36. a, b, c et d Laure Mandeville, « Todd Akin, une épine dans le pied de Mitt Romney », Le Figaro,‎ 27 septembre 2012 (lire en ligne)
  37. Maxime Bourdeau, « Todd Akin, le républicain qui parlait de « viol véritable », n'accèdera pas au Sénat », The Huffington Post,‎ 7 novembre 2012 (lire en ligne)
  38. (en)« Nov 6, 2012 General Election », sur site de la Secrétaire d'État du Missouri, Robin Carnahan (consulté le 7 novembre 2012)
  39. (en) David Catanese, « Sen. Jon Kyl announces his retirement from Senate », Politico,‎ 2 octobre 2011 (lire en ligne)
  40. Christophe Deroubaix, « Vermont : Voyage dans l'État phare du progressisme américain », L'Humanité,‎ 16 octobre 2012 (lire en ligne)
  41. a et b (en) Sam Hemingway, « Sanders swamps MacGovern to win re-election », The Burlington Free Press,‎ 6 novembre 2012 (lire en ligne)
  42. (en) Wilson Ring, « Vermont US Senate candidate says winning is long shot », The Burlington Free Press,‎ 23 octobre 2012, p. 2 (lire en ligne)
  43. Stéphane Trano, « La Sénatrice la plus populaire des États-Unis claque la porte du Parti républicain », Marianne (Objectif Washington),‎ 1er mars 2012 (lire en ligne)
  44. Lisa Mascaro, « Celui qui ne voulait pas être pris pour un âne… ni pour un éléphant », Los Angeles Times,‎ 14 septembre 2012 (lire en ligne). Traduit par Courrier international.
  45. (en) Jonathan Weisman, « Senator-Elect Angus King of Maine to Align Himself With Democrats », The New York Times,‎ 14 novembre 2012 (lire en ligne)