Élections sénatoriales américaines de 2004

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique aux États-Unis
Image illustrative de l'article Élections sénatoriales américaines de 2004

Les élections sénatoriales américaines de 2004 ont renouvelé un tiers des membres du Sénat des États-Unis.

Les mandats renouvelés sont ceux des sénateurs de Classe III, élus en 1998. C'est la troisième fois que les Démocrates échouent à progresser au Sénat lors du renouvellement des sénateurs de Classe III.

Ces élections coïncident, notamment, avec la réélection de George W. Bush lors de l'élection présidentielle de 2004, ainsi qu'avec les élections législatives de 2004.

Cadre institutionnel et mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Sénat des États-Unis a 100 membres, deux pour chaque États des États-Unis, élus pour une durée de six ans. Les sénateurs sont divisés en 3 classes, une des trois classes étant renouvelés tous les 2 ans. Avant 1913 et l'apparition du dix-septième amendement de la Constitution des États-Unis, les sénateurs étaient élus par les assemblées des États, et non par leurs corps électoraux.

Résultats[modifier | modifier le code]

carte des résultats
Carte des résultats
  •      Conservé par les Républicains.
  •      Gagné par les Républicains.
  •      Conservé par les Démocrates.
  •      Gagné par les Démocrates.

Les Républicains gagnent six sièges mais en perdent deux, soit un gain net de quatre sièges.

Partis Sénat avant l'élection Sièges Vote populaire Sénat après l'élection Changement
Sièges en jeu Élus Nombre de votes Pourcentage
Parti démocrate 48 19 15 44 754 618 50,8 % 44 en diminution 4
Parti républicain 51 15 19 39 920 562 45,3 % 55 en augmentation 4
Parti libertarien 755 065 0,88 % - -
Independants 1 - - 371 027 0,43 % 1 -
Autres 1 498 743 1,74 %
Total 100 34 34 88 097 347 100 % 100

Résultats pour les principaux partis[modifier | modifier le code]

Le Sénat, avant ces élections, est composé de 51 Républicains, 48 Démocrates et un Indépendant. Le sénateur indépendant, Jim Jeffords du Vermont est allié avec les Démocrates et vote avec eux. Les Démocrates n'avaient donc besoin que d'un gain d'au moins deux sièges pour prendre le contrôle du Sénat.

Les sénateurs qui se représentaient ont tous été réélus, sauf Tom Daschle, cehf de file des démocrates au Sénat, qui perd face au républicain John Thune dans le Dakota du Nord. À l'inverse, les sièges des sénateurs qui ne se représentaient pas ont changé de couleur dans le Colorado, en Floride, en Géorgie, en Illinois, en Louisiane, en Caroline du Nord et en Caroline du Sud. En fait, le seul siège conservé par le même parti est celui du républicain Tom Coburn, qui succède à Don Nickles dans l'Oklahoma.

Les Républicains ont gagné quatre sièges lors de ces élections, et ont entamé la nouvelle législature avec un majorité de 55 sièges contre 44 pour les Démocrates. C'est une majorité importante, mais pas suffisamment cependant pour obtenir la "supermajorité" (60 sièges) qui permet au parti majoritaire d'éviter l'obstruction électorale et de contrôler totalement l'ordre du jour et les procédures.

Résultats pour les partis mineurs[modifier | modifier le code]

Le Parti libertarien, le Parti constitutionnaliste et le Parti vert sont présents dans la plupart des élections sénatoriales de 2004. Bien qu'aucun des candidats de ces partis ne soit en mesure d'être élu ils jouent cependant un rôle dans plusieurs de ces élections, notamment en Alaska et en Floride, en privant les candidats des deux principaux partis d'un certain nombre de voix. Sur les 34 élections sénatoriales de 2004, le parti libertarien est présent dans 20 d'entre elles, le parti constitutionnaliste dans 10 et le parti vert dans 7.

D'autres partis sont également présents dans une ou plusieurs élections. On peut citer par exemple le Parti paix et liberté ou le Parti socialiste des travailleurs. Aucun de ces partis n'obtient un nombre significatif de voix.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]