Sodexo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sodexho)
Aller à : navigation, rechercher
Sodexo
logo de Sodexo

Création 1966
Fondateurs Pierre Bellon
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration
Action Euronext : SW
Slogan Services de qualité de vie
Siège social Issy-les-Moulineaux[1]
Drapeau de France France
Direction Michel Landel, puis Sophie Bellon[2]
Actionnaires Famille Bellon 37,71 %
Autocontrôle 3,71 %
First Eagle Investment Management 3,70 %
International Value Advisers LLC 3,21 %
Salariés 0,99 % (au 31 août 2014)
Activité Services aux entreprises, administrations, collectivités
Produits Restauration collective, Facility Management, services à la personne, cartes et chèques
Filiales Sodexo Justice Services (en)
Effectif 425 594 personnes (2016) réparties sur 33 300 sites dans 80 pays.
Site web Sodexo

Capitalisation 14,790 milliards € (24/08/2017)
Chiffre d’affaires en augmentation 20,245 milliards € (2016) [3]
Résultat net en diminution 661 millions € (2016) [3]

Sodexo est une multinationale française de services, fondée par Pierre Bellon en 1966 et contrôlée à près de 40 % par la famille Bellon.

Sodexo est l'un des plus gros fournisseurs mondiaux de services de restauration collective pour toutes formes d'entreprises, métier historique qu'elle a ensuite élargi à partir de 2010 à d'autres activités connexes. En 2016, elle regroupe 425 594 salariés, et est le 18e employeur au niveau mondial[4].

Sodexo est coté à la Bourse de Paris depuis 1983.

Histoire et évolution de l'entreprise[modifier | modifier le code]

La Sodexo a pour origine une petite entreprise fondée en 1892 par Jean-Baptiste Bellon (1865-1961), à Marseille, la maison J.-B. Bellon, pour approvisionner en vivres les bateaux de la Compagnie de navigation mixte sur la ligne Marseille-Alger[5]. Rebaptisée Maison Félix Bellon S.A. en 1955 par son fils Félix Bellon (1905-1988), elle se spécialisait depuis plus de cinquante ans dans la fourniture et restauration maritime destinées aux paquebots et aux bateaux de croisière. Son fils, Pierre Bellon, y entre en 1958 en tant qu'attaché commercial. En 1963, Pierre obtient un contrat pour la gestion de la restauration des Ateliers de la Méditerranée à Marseille, et la holding Bellon SA fonde une filiale dont il s'occupe[6],[7],[8].

De Sodexho à Sodexho Alliance (1966-2008)[modifier | modifier le code]

En 1966, Pierre Bellon crée, à Marseille, avec un capital de 100 000 francs et l'aide de son père et de sa fratrie, la Sodexho (acronyme abrégé de SOciété D'EXploitation HÔtelière, aériennes, maritimes et terrestres) qu'il établit, en 1968, en région parisienne[8].

Entre 1971 et 1978, Sodexho s'étend en France et à l'international, d'abord en Belgique, puis en Afrique, et finalement au Moyen-Orient. En 1981, Sodexho rachète Ticket Repas. En 1983, après son introduction à la Bourse de Paris, Sodexho continue son expansion, de 1985 à 1993 en Amérique du Nord, Amérique du Sud, Japon, Afrique du Sud et en Russie. En 1987, Sodexho rachète Chèque Restaurant.

En 1995, Sodexho devient le leader mondial de la restauration collective grâce à ses alliances avec Gardner Merchant en Grande-Bretagne, Partena en Suède et Marriott Management Services aux États-Unis. En 1997, la holding change de nom et devient Sodexho Alliance. Elle s'allie avec Universal Ogden Services, le leader américain de la gestion de Bases-Vie[Quoi ?]. En 1997, Sodexho crée, en France, Altys spécialisée dans les solutions de services généraux (facility management) destinées aux entreprises.

En 2001, Sodexho rachète la société française Sogeres et la société américaine Wood Dining Services Inc[9]. En 2002, Sodexho est introduite au New York Stock Exchange. En 2005, Pierre Bellon quitte la direction générale du groupe, remplacé par Michel Landel.

En 2007, Sodexho rachète Tir Groupé, entreprise émettrice des Chèques Cadeaux.

Sodexo (holding)[modifier | modifier le code]

Le , Sodexho devient Sodexo et retire le mot Alliance de sa raison sociale. Ce changement de raison sociale vise à faciliter la prononciation de la marque dans toutes les langues. Le siège social de Sodexo s'implante à Issy-les-Moulineaux, après 30 ans à Saint-Quentin-en-Yvelines.

En 2009, le siège de Sodexo en France s'implante à Guyancourt dans les Yvelines. Les 18 000 m² de bureaux sont conçus par l'architecte Jean-Paul Viguier. Sodexo renforce ses positions en rachetant :

  • le 4e acteur de restauration en France, Score Groupe qui comprend les sociétés Score services, Sherpas et GM ;
  • Comfort Keepers, numéro deux des services d’aide non médicale à domicile aux États-Unis ;
  • le groupe allemand Zehnacker ;
  • le groupe indien Radhakrishna Hospitality Service Group (RKHS) [10].

En 2010, Sodexo signe un accord avec United Coffee pour l'approvisionnement des espaces boissons chaudes au café issu du commerce équitable[11], et avec Numi pour la sélection de thés 100 % biologiques. La même année, Sodexo Chèques et Cartes de Service et Tir Groupé fusionnent pour devenir Sodexo Solutions de Motivation France.

En 2011, Sodexo renouvelle en partie un contrat de sept ans portant sur les services de restauration de 31 des 51 bases militaires des US Marines[12], la société américaine Superior Services remportant le marché des 20 autres bases (764 millions de dollars) que Sodexo gérait depuis 2001[13]. Sodexo décroche un nouveau contrat avec le sidérurgiste chinois Baosteel, l’hôpital thaïlandais Queen Sirikit Medical Center, et Life Insurance Corporation of India en Inde[14]. Le groupe acquiert l'entreprise brésilienne Puras do Brasil (pt).

En 2012, le département d'activités Solutions de Motivation change de nom et devient Services Avantages et Récompenses.[C'est-à-dire ?]

Le , la filiale Altys (maintenance multitechnique et services) devient Sodexo Énergie et Maintenance. Le 3 décembre 2013, Sophie Bellon est nommée vice-présidente du conseil d'administration de Sodexo pour succéder à son père Pierre Bellon[15] : en mars 2016, elle devient présidente du groupe.

Le , Sodexo fait son retour dans l'indice CAC 40 après onze ans d'absence et sept années de permanence entre 1998 et 2005. Elle remplace ainsi Alstom. La valorisation boursière de l'entreprise atteint 14,4 milliards d'euros ; l'entreprise compte 420 000 employés, dont près de 37 000 en France[16].

En , Sodexo annonce l'acquisition du groupe américain Inspirus, spécialisé dans le développement de l'engagement des salariés[17].

Le , Sodexo annonce l’acquisition du groupe anglais Prestige Nursing+Care, prestataire de soins à domicile au Royaume-Uni[18].

Le Sodexo annonce l'acquisition de l'entreprise Centerplate, spécialisée dans les services de restauration dans des établissements sportifs et de loisirs, pour 572 millions d'euros[19].

Organisation[modifier | modifier le code]

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Le conseil d'administration au 31 août 2013 de Sodexo est composé de 13 membres[20] :

  • Pierre Bellon, président du conseil d'administration de Sodexo entré en fonction le 14/11/1974.
  • Robert Baconnier, vice-président du conseil d’administration
  • Patricia Bellinger, executive director, executive education Harvard Business School
  • Astrid Bellon, membre du directoire de Bellon SA
  • Bernard Bellon, Membre du conseil de surveillance de Bellon SA
  • François-Xavier Bellon, directeur général de Bright Yellow Group Plc
  • Françoise Brougher, business lead, Square
  • Sophie Bellon, présidente du directoire de Bellon SA, vice-présidente du conseil d'administration de Sodexo
  • Paul Jeanbart, directeur général de Rolaco
  • Michel Landel, directeur général de Sodexo
  • Alain Marcheteau, administrateur de sociétés
  • Nathalie Szabo, membre du directoire de Bellon SA
  • Peter Thomson, administrateur de sociétés

Le 26 janvier 2016, Sophie Bellon devient présidente du conseil d'administration de Sodexo[21].

Siège[modifier | modifier le code]

En 2008 le siège international de Sodexo après 30 ans à Saint-Quentin-en-Yvelines, déménage à Issy-les-Moulineaux, et l'année suivante en 2009, le siège de Sodexo en France s'implante à Guyancourt dans les Yvelines.

Structure du groupe en holding[modifier | modifier le code]

Filiales[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Services[modifier | modifier le code]

Depuis 2010, Sodexo offre des services de solutions globales pour ses clients au-delà de la restauration collective[22].[C'est-à-dire ?]

Les services sur site[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (décembre 2017). Découvrez comment la « wikifier ».
  • Entreprises et administrations : aménagement des espaces, espaces de remise en forme, création et entretien des espaces verts, restauration, services de réception et de sécurité…
  • Santé : services de restauration, services de maintenance du matériel médical, services de transport des patients et du matériel…
  • Éducation : services de restauration scolaire, conception de lieux d’apprentissage (écoles ou campus) ergonomiques
  • Défense : accompagnement à la reconversion, programmes nutritionnels, gestion des approvisionnements, centres de décompression, entretien des terrains d’entraînement et gestion des équipements sportifs…
  • Bases vie : gestion des approvisionnements et des services sur des sites industriels situés dans des lieux isolés (plateformes pétrolières en mer, sites miniers dans le désert…).
  • Établissements pénitentiaires : programmes de responsabilisation, programmes de réinsertion, aménagement des établissements, conception des systèmes de sécurité…
  • Maisons de retraite : formation du personnel, programmes nutritionnels, programmes de stimulation, entretien et maintenance…

Sodexo Services Avantages et Récompenses[modifier | modifier le code]

Cette activité commercialise des services tels que Pass restaurant, cadeaux, culture, enfant, mobilité ou encore des programmes d’incentive et de reconnaissance offrant des modes de vie plus sains, un équilibre vie-professionnelle-vie privée plus satisfaisant tout comme un développement personnel et une reconnaissance professionnelle accrus.[Mal dit]

Les services aux particuliers et à domicile[modifier | modifier le code]

  • La conciergerie d’entreprise, à travers la filiale Circles qui met à disposition des concierges dans les entreprises. Ce service permet par exemple d’organiser un dîner, d’obtenir un visa en urgence, de déposer sa voiture chez le garagiste, de trouver un plombier.
  • L’aide à domicile, en particulier avec des services d’assistance pour subvenir aux besoins des personnes âgées dans leur quotidien (se nourrir, se laver, se déplacer, faire le ménage), dans leur vie sociale et relationnelle ou dans leurs déplacements en dehors du domicile (faire les courses, se rendre sur son lieu de travail, consulter un médecin).
  • La garde d’enfant, avec une participation dans la société Crèche attitude.

Chiffres du groupe[modifier | modifier le code]

Exercice 2011-2012[modifier | modifier le code]

Le Groupe est implanté dans 34 343 sites répartis de la façon suivante[23] :

  • 17 632 sites entreprises et administrations
  • 5 949 écoles et universités
  • 4 033 établissements de santé
  • 2 920 résidences pour Séniors
  • 1 765 bases-vie
  • 1 119 sites en Défense
  • 806 sites Sports et Loisirs
  • 119 sites en Justice

Sodexo est implanté dans 80 pays et compte 421 391 employés.

Chiffre d’affaires exercice 2011-2012 : 18,2 Mds €

Exercice 2012-2013[modifier | modifier le code]

Le Groupe est implanté dans 33 279 sites répartis de la façon suivante[24] :

  • 17 154 sites entreprises et administrations
  • 5 642 écoles et universités
  • 3 946 établissements de santé
  • 2 910 résidences pour Séniors
  • 1 639 bases-vie
  • 1 071 sites en Défense
  • 794 sites Sports et Loisirs
  • 123 sites en Justice

Sodexo est implanté dans 80 pays et compte 427 921 employés.

Chiffre d’affaires exercice 2012-2013 : 18,4 milliards €

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Auprès de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Sodexo est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. L'entreprise déclare à ce titre qu'en 2014, les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement sont compris entre 40 000 et 50 000 euros[25].

Auprès des institutions de l'Union Européenne[modifier | modifier le code]

Sodexo est inscrit depuis 2012 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Il déclare en 2015 pour cette activité 2 collaborateurs à temps plein et des dépenses d'un montant compris entre 200 000 et 300 000 euros[26].

Controverses[modifier | modifier le code]

En 2010-2011, un conflit éclate entre représentants syndicaux américains et les responsables de la Sodexo :

L'OING Human Rights Watch affirme dans un rapport du [27] que Sodexo, dans le cadre de ses activités aux États-Unis, empêche ses employés de s'organiser et de négocier, en violation des normes internationales, voire souvent du droit du travail américain. On reproche à Sodexo, particulièrement aux États-Unis et en Colombie, d'avoir soumis des salariés qui avaient tenté de monter un syndicat à des menaces, à des entretiens s'apparentant à des interrogatoires, ainsi qu'à des licenciements[28]. L'OING estime que ce comportement « suscite de sérieux doutes quant à la valeur des engagements volontaires en faveur des droits humains » alors que Sodexo se prononce au moins partiellement en faveur des normes fondamentales relatives au travail de l'OIT, des principes directeurs sur les relations professionnelles de l'OCDE, de la liberté d'association telle que définie par la Déclaration universelle des droits de l'homme, ainsi que du Pacte mondial des Nations unies. Ainsi, en 2011, un communiqué de la CGT (France) rapporte que le secrétaire général du syndicat marocain ODT a été licencié par Sodexo[29]. Les accusations du syndicat SEIU à l'encontre de Sodexo apparaissent aujourd'hui sujettes à question[30]. Le National Labor Relations Board (NLRB), agence fédérale indépendante garantissant les droits des employés, accuse le syndicat de pratiques antisyndicales, et les agences de notations sociales ont renouvelé leur confiance à Sodexo pour ses investissements socialement responsables (ISR) durant l'année 2010 et 2011. En septembre 2011, SEIU et Sodexo parviennent à un accord qui met fin aux poursuites mutuelles que les deux parties avaient engagées l'une contre l'autre[31].

Un certain nombre de scandales alimentaires impliquant directement ou indirectement la firme ont été rapporté par certains médias :

En 2009, des élèves d'une école nîmoise sont victimes d'une intoxication au staphylocoque doré. Elle serait dûe à « un défaut de contrôle à la réception des matières premières »[32].

En octobre 2012, près de 10 000 écoliers allemands sont victimes de gastro-entérite à la suite de la consommation de fraises en provenance de Chine. Le groupe s'en est excusé[33].

En décembre 2013, Sodexo Justice Services, qui gère plusieurs prisons au Royaume-Uni — qui a privatisé ses services pénitenciers —, est accusé par la presse locale d'avoir laissé une détenue trois jours sans suivi médical ni assistance, à la suite d'une fausse couche, dans la prison de Peterborough[34]. Le porte-parole de Sodexo a précisé qu'il ne reconnaissait pas « la version des événements telle qu'elle a été rapportée »[35].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Issy-les-Moulineaux." Sodexo. Consulté le 9 janvier 2015. "Groupe Sodexo S.A. (siège) 255, Quai Bataille de Stalingrad, 92130 Issy-les-Moulineaux FRANCE" Plan
  2. J.F.A., « Portrait Sophie Bellon, présidente de Sodexo », Challenges, no 461,‎ , p. 56 à 59 (ISSN 0751-4417)
  3. a et b https://www.abcbourse.com/analyses/chiffres.aspx?s=SWp
  4. «Global 500», classement du magazine Fortune pour 2016, en ligne.
  5. Bellon le boulimique par Sabine Delanglade, L'Express, du 9 avril 1998.
  6. Biographie de Pierre Bellon, Annuaire LSA, en ligne.
  7. « Introduction », In: Bernard Bellon et Émily Borgeaud, Je me suis bien amusé. Sodexho raconte..., Paris, Éditions d'organisation, 2006 (ISBN 978-2708134522).
  8. a et b Les Bellon par Mariane Payot, L'Express du 27 juin 2002.
  9. (en) Communiqué sur sodexousa.com.
  10. Sodexo à ses actionnaires : Avis de convocation à l'assemblée générale du 25 janvier 2010, page 18[Où ?]
  11. Partenariats dans le commerce durable, sur Daily-Bourse.
  12. Sodexo rempile avec l'Armée américaine sur Boursier.com.
  13. Sodexo : contrat des Marines divisé par deux, Le Figaro du 24 février 2011.
  14. Life Insurance Corporation of India est la plus importante compagnie publique d'assurance-vie en Inde
  15. Les Échos, du 3 décembre 2013.
  16. « Sodexo fait son retour dans le CAC 40 », Challenges du 21 mars 2016.
  17. « Sodexo annonce l'acquisition de l'américain Inspirus », Capital, septembre 2016.
  18. Sodexo prend de l'ampleur avec Prestige Nursing, sur Fusacq.com.
  19. « Sodexo rachète le groupe américain de restauration Centerplate pour 572 millions d'euros », Challenges du 15 novembre 2017.
  20. (fr) [PDF] http://www.sodexo.com/fr/Images/Document-Reference-2012-2013-Sodexo_interactif343-749506.pdf, p. 279
  21. Communiqué officiel, Sodexo.com Worldwide, le 22 novembre 2011.
  22. http://www.lefigaro.fr/societes/2011/04/21/04015-20110421ARTFIG00710-sodexo-veut-s-emanciper-de-la-restauration-collective.php. Sodexo veut s'émanciper de la restauration collective], Le Figaro, 21 avril 2011.
  23. Convocation à l'assemblée générale du 19 janvier 2009 page 17
  24. Convocation à l'assemblée générale du 25 janvier 2010 page 19
  25. « Tableau des représentants d'intérêts », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 20 octobre 2016)
  26. « Registre de transparence », sur europa.eu (consulté le 19 octobre 2016)
  27. le rapport de HRW
  28. [1]
  29. « Non à la criminalisation syndicale chez Sodexo (CGT) », L'Humanité, du 21 avril 2011.
  30. Les revers du syndicat SEIU face à Sedexo, Miroir social, du 28 mars 2011.
  31. LaTribune.fr, article du 19 septembre 2011.
  32. Les marchés, le média de l'alimentaire [Où ?]
  33. Le Parisien du 5 octobre 2012.
  34. Dans une prison privatisée, une femme obligée de « nettoyer son propre sang », Basta Mag, du 16 décembre 2013.
  35. (en) The Independant du 13 décembre 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]