Caisse de dépôt et placement du Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caisse de dépôt et placement du Québec
Description de l'image Logo CDPQ.svg.
Création 15 juillet 1965
Personnages clés Jean Lesage
Jacques Parizeau
André Marier
Forme juridique Société d'état
Direction Michael Sabia
Activité investisseur institutionnel
Filiales Ivanhoé Cambridge
Otéra Capital
CDPQ Infra
Effectif 864 employés (31 décembre 2014)
Site web cdpq.com
Fonds propres en augmentation 225,9 milliards $ (31 décembre 2014)

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) est un investisseur institutionnel gérant notamment le régime de rentes du Québec et plusieurs autres régimes de retraite et d’assurances publics et parapublics du Québec. Elle a été créée par le gouvernement de Jean Lesage le 15 juillet 1965 par une loi de l’Assemblée nationale du Québec. À la fin 2014, il s'agit du deuxième plus important fonds de pension au Canada, après le Régime de pensions du Canada[1]. Au 31 , CDPQ gère un actif net de 225,9 milliards de $ CA investi au Canada et à l’étranger[2]. Son siège social est situé dans l'édifice Price, à Québec, et sa principale place d'affaires est à Montréal, au Centre CDP Capital.

Histoire[3][modifier | modifier le code]

Le siège social de la CDPQ dans l'édifice Price, Québec.

Fondation et croissance[modifier | modifier le code]

La Caisse de dépôt et placement du Québec a été créée le 15 juillet 1965 par une loi de l’Assemblée nationale du Québec. Son premier rôle consistait à gérer le fonds du Régime de rentes du Québec, un régime de retraite universel également constitué par le gouvernement québécois.

Dans les années qui suivent, la Caisse se voit confier la gestion des fonds d’autres régimes publics de retraite ou d’assurances : le Régime supplémentaire de rentes pour les employés de l’industrie de la construction du Québec (1970), le Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (RREGOP) (1973); le Régime de retraite du personnel d’encadrement (RRPE) (1973) et le Fonds de la santé et de la sécurité du travail (1973). La Caisse concentre ses premiers investissements dans les obligations, avant de faire son entrée sur le marché boursier canadien (1967). Puis, elle crée son portefeuille de placements privés (1971) en investissant dans des entreprises québécoises. Dès 1974, elle gère le plus grand portefeuille d’actions canadiennes au Canada.

Entre 1975 et 1984, la Caisse adopte de nouvelles orientations d’investissements, en accordant une importance accrue aux actions et en accédant au marché immobilier. Ainsi, elle acquiert son premier immeuble de bureaux, le complexe Place Delta à Sainte-Foy (1980), et ses premières actions cotées sur les marchés boursiers étrangers (1983). En 1984, elle effectue son premier placement privé à l’étranger. En 1978, un autre organisme public, le Fonds d’assurance automobile du Québec, confie la gestion de ses fonds à la Caisse.

En 1989, la Caisse acquiert les actifs immobiliers de la chaîne d’épiceries Steinberg, constitués surtout de centres commerciaux. Elle diversifie également son portefeuille immobilier par des investissements à l’étranger. En 1994, la Caisse commence à gérer les fonds d’une autre institution publique : le Fonds d’amortissement des régimes de retraite. L’actif total sous gestion de la Caisse atteint 28 milliards de dollars en 1986.

En 1996, le groupe Immobilier de la Caisse est au premier rang des propriétaires d’immeubles au Québec et au deuxième rang au Canada. L’année suivante, des modifications législatives autorisent l’institution à investir 70 % de son portefeuille en actions, comparativement à une limite de 40 % auparavant. À partir de 2003, la Caisse obtient les meilleures cotes de crédit à court et à long terme des principales agences de notation de crédit : Moody's Investors Service (Moody’s), Standard and Poor's (S&P) et Dominion Bond Rating Service (DBRS).

En 2005 et en 2006, la Caisse procède à ses premières acquisitions d’envergure dans les infrastructures en investissant dans des aéroports à l’étranger, notamment l'aéroport Heathrow. L’année suivante, elle acquiert en partenariat la fiducie de placement Legacy Hotels, propriétaire du prestigieux Château Frontenac, à Québec. En 2007 et pour une quatrième année de suite, la Caisse se classe dans le premier quartile des grandes caisses de retraite canadiennes.

Au lendemain de la crise financière de 2008, au cours de laquelle la Caisse perd près de 40 milliards de dollars dans les PCAA, la Caisse adopte une série de mesures visant à augmenter son efficacité, à se recentrer sur ses compétences fondamentales et à renforcer sa gestion des risques pour soutenir le rendement à long terme.

En juin 2015, le gouvernement du Québec adopte la loi 38[4], autorisant la Caisse à créer une filiale responsable de la planification, du financement, de la construction et de l'exploitation de projets d'infrastructures, au Québec et à l'étranger.

En 2015, la Caisse compte 32 déposants et détient un portefeuille diversifié comprenant des titres à revenu fixe, des actions cotées en Bourse, des placements immobiliers et des placements privés. Actionnaire de plus de 4 000 entreprises au Québec, au Canada et à l’étranger, la Caisse est reconnue internationalement comme un investisseur institutionnel de premier plan.

Crise financière de 2008[modifier | modifier le code]

En 2008, la Caisse a perdu près de 40 milliards de dollars investis dans les PCAA et réalisé la pire performance de son histoire, perdant près du quart de son actif. Pour éviter une liquidation forcée et la cristallisation d'une perte de près de 20 milliards de dollars, le PDG de la Caisse de l'époque, Henri-Paul Rousseau, prend l'initiative d'effectuer une restructuration majeure des PCAA qui sont alors convertis en obligations à long terme. [5] Cette restructuration s'avère une réussite. [6] Cinq ans après la crise, ces pertes avaient presque toutes été effacées[7].

Présidents[modifier | modifier le code]

  • 1966-1973 : Claude Prieur
  • 1973-1980 : Marcel Cazavan
  • 1980-1990 : Jean Campeau
  • 1990-1995 : Jean-Claude Delorme et Guy Savard
  • 1995-2002 : Jean-Claude Scraire
  • 2002-2008 : Henri-Paul Rousseau
  • 2008-2009 : Richard Guay
  • 2009- : Michael Sabia

Mission et indépendance[modifier | modifier le code]

Le 15 , la Loi sur la Caisse de dépôt et placement du Québec a été amendée pour expliciter la mission de l’institution :

« 4.1 La Caisse a pour mission de recevoir des sommes en dépôt conformément à la loi et de les gérer en recherchant le rendement optimal du capital de ses déposants dans le respect de leur politique de placement tout en contribuant au développement économique du Québec. »

En juin 2015, la loi 38 a également amendé la loi constitutive de la Caisse pour préciser que celle-ci «agit en toute indépendance conformément aux dispositions de la présente loi ».

Organisation[modifier | modifier le code]

Le conseil d’administration de la Caisse est composé d’au plus 15 membres, dont les deux tiers doivent être indépendants. Il comprend un président, le président et chef de la direction de la Caisse, des représentants des déposants et des membres indépendants. Le conseil d'administration a pour mandat d’établir les grandes orientations de l’organisation et doit s’assurer que celle-ci fonctionne selon les exigences législatives et réglementaires. Le poste de président du conseil d’administration est distinct de celui du président et chef de la direction. 

Le gouvernement du Québec nomme les membres du conseil d’administration, après avoir consulté ce dernier. Le conseil d’administration de la Caisse a établi un profil d’expertise et d’expérience requis pour ses administrateurs indépendants[8].

Le comité de direction est composé du président et chef de la direction et des premiers dirigeants des divers secteurs de la Caisse. 

Les filiales immobilières Ivanhoé Cambridge et Otéra Capital employaient 1770 personnes au 31 décembre 2014[9].

Le bâtiment abritant les bureaux de la Caisse à Montréal sera renommé « Édifice Jacques-Parizeau », suite au décès de l'ancien ministre des Finances et premier ministre du Québec Jacques Parizeau[10].

Investissements[modifier | modifier le code]

Types d'investissement[modifier | modifier le code]

Le portefeuille de la Caisse est divisé en quatre grandes catégories d'actifs[11]:

  • Revenu fixe
    • Obligations
    • Dettes immobilières
    • Valeurs à court terme
    • Obligations à long terme
  • Placements sensibles à l’inflation
    • Immeubles
    • Infrastructures
    • Obligations à rendement réel
  • Actions
    • Actions Qualité mondiale
    • Actions canadiennes
    • Actions des marchés en émergence
    • Actions américaines
    • Actions EAEO
    • Placements privés
  • Autres placements

Diversification géographique[modifier | modifier le code]

Exposition géographique du portefeuille global de la Caisse, en pourcentage, basé sur le pays de l'établissement principal de l'émetteur de la société ou de l'émetteur de titres, ou, pour l'immobilier, sur l'emplacement géographique des biens[11]:

Région 2014 2013
Canada 52,6% 53,4%
États-Unis 21,8% 21,1%
Europe 14,1% 14,0%
Marchés en croissance 6,7% 6,9%
Autres régions 4,8% 4,6%
Total 100% 100%

Principaux déposants[modifier | modifier le code]

Parmi les principaux déposants de la Caisse[12] :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]