Batobus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Compagnie des Batobus
logo de Batobus
Logo de la Compagnie des Batobus.

Création 23 mai 1989
Dates clés 1989 : création du service Bateaux-Bus
1996 : la concession est renouvelée pour treize saisons, sous la dénomination commerciale de Batobus
2002 : Batobus reçoit la certification AFNOR
2015 : Batobus ouvre sa neuvième station : Beaugrenelle
Forme juridique SARL
Slogan « Faites escale selon vos envies »
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Stéphanie Duthil
Activité Transports fluviaux de passagers
Produits Transport en commun, navette fluviale
Sociétés sœurs Seino Vision

Les Vedettes Paris Tour Eiffel

Effectif 37 (août 2018)
SIREN 350 540 324
Site web http://www.batobus.com/

Fonds propres en diminution −1 735 700  (août 2018)[1]
Chiffre d'affaires en diminution 7 973 000  (août 2018)[1]
Résultat net en diminution −307 000  (août 2018)[1]
Un Batobus à la pointe de l'Île Saint-Louis.
Un Batobus passant près de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Batobus est un service et une marque commerciale de la compagnie de la Compagnie des Batobus.

Ce service de transport fluvial assure, grâce à une flotte de huit embarcations, le transport de voyageurs sur la Seine à Paris sur 9 escales[2] qui desservent les monuments parisiens du bord de Seine[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1989, lors des célébrations du bicentenaire de la Révolution française, le secrétariat d'État aux Transports décide la création d'un service de bateaux-bus sur la Seine dans Paris. Le port autonome de Paris, auquel la gestion du service a été confié, choisit comme concessionnaire la compagnie des Bateaux parisiens, avec une concession renouvelable annuellement.

De 1989 à 1996, le service transporte annuellement environ 100 000 passagers. En 1996, la concession est renouvelée pour treize saisons touristiques, sous la dénomination commerciale de « Batobus »[3].

En 2001-2002, la fréquentation annuelle du service atteint 500 000 passagers.

Six escales sont alors prévues, quatre sur la rive gauche, et deux sur la rive droite. Trois escales sont ajoutées ultérieurement, allongeant le parcours des bateaux au jardin des plantes, en amont, à la tour Eiffel et à Beaugrenelle/Île aux Cygnes, en aval. En 2005, le service, qui a progressivement été allongé, devient annuel[3].

En 2007, Batobus remporte l'appel d'offres lancé par le Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) pour la création d'une navette fluviale régulière sur le bief de la Seine en amont de Paris. Ce service, baptisé Voguéo, est expérimenté durant trente-et-un mois, du 1er juin 2008 au 31 décembre 2010[3],[4].

Batobus conserve en quelque sorte la partie centrale parisienne de Voguéo.

Escales[modifier | modifier le code]

En 2019, les bateaux desservent neuf escales[2], six sur la rive gauche (RG) et trois sur la rive droite (RD) : Tour Eiffel (RG), Invalides (RG), Musée d'Orsay (RG), Saint-Germain-des-Prés (RG), Notre-Dame (RG), Jardin des plantes (RG), Hôtel de Ville (RD), Louvre (RD) et Place de la Concorde (RD).

Exploitation[modifier | modifier le code]

Desserte[modifier | modifier le code]

Le service est assuré selon une plage horaire qui va de 10 h à 17 h en semaine en basse saison jusqu'à une plage de 10 h à 21 h 30 en haute saison[5].

Chaque escale est desservie à raison d'un bateau toutes les quarante minutes en basse saison et seulement toutes les vingt-cinq minutes en haute saison[5].

Flotte[modifier | modifier le code]

Le parc de matériel se compose de huit embarcations. La vitesse est de six nœuds soit environ 12 km/h, vitesse limite autorisée sur le bief de la Seine à Paris.

Six trimarans, à double propulsion avant et arrière, permettant des manœuvres à 360°, assurent l'essentiel du service. Ces embarcations peuvent transporter jusqu'à deux cents passagers et une dizaine de bicyclettes. Ces bateaux sont dotés d'une terrasse à l'arrière, et d'un espace pour vélos à l'avant. Ils portent les noms de Vendôme, Odéon, Rivoli, Trocadéro, Bastille et Dauphine. Deux autres vedettes d'une capacité de cent-cinquante places, complètent la flotte les jours de forte affluence[3].

Tarification[modifier | modifier le code]

Le service est effectué aux risques et périls de l'exploitant. Celui-ci définit la consistance du service et en fixe les tarifs. Plusieurs formules forfaitaires sont proposées, pour un ou deux jours consécutifs. En 2014, les tarifs variaient de 15 à 18  selon le nombre de jours, avec un tarif enfant proposé aux moins de seize ans.

Batobus n'accepte pas les abonnements de transports en commun sur carte Navigo, utilisés en Île-de-France, mais propose toutefois une réduction aux porteurs des cartes Orange, Intégrale, Imagine'R, Émeraude et Améthyste ainsi qu'aux étudiants en général. Il existe par ailleurs un abonnement annuel. Il est proposé pour 60 € en 2014, 38 pour les moins de seize ans[3].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Le service transporte une clientèle pour l'essentiel touristique : les porteurs d'un titre de transport francilien qui bénéficient d'un tarif réduit sont en effet estimés à moins de 5 % du total des voyageurs. La fréquentation est en constante progression depuis le lancement du service et a atteint, en 2007/2008, 914 084 titres vendus pour environ 1,6 million de trajets (billets à utilisations multiples)[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Patrimoine de la RATP, éditions Flohic, 1996 (ISBN 2-84234-007-8).
  • Marc Gaillard, Du Madeleine-Bastille à Meteor, histoire des transports parisiens, Éd. Martelle, 1991, 224 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]