Peter Cushing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cushing.
Peter Cushing
Description de cette image, également commentée ci-après
Peter Cushing dans Les Maîtresses de Dracula (1960)
Nom de naissance Peter Wilton Cushing
Naissance
Kenley (en), Royaume-Uni
Nationalité Union Jack Britannique
Décès (à 81 ans)
Canterbury, Royaume-Uni
Profession Acteur

Peter Wilton Cushing est un acteur britannique, né le à Kenley (en), dans le comté de Surrey (aujourd'hui dans le district londonien de Croydon) et décédé le à Canterbury au Royaume-Uni.

Il est connu pour avoir incarné à l'écran des personnages allant d'Abraham Van Helsing à Sherlock Holmes en passant par Victor Frankenstein et Doctor Who. Il apparaît également dans Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir et Rogue One: A Star Wars Story[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après sa formation d'acteur de théâtre en Angleterre, ce fut comme doublure, puis figurant, qu'il mena sa carrière à Hollywood jusqu'en 1942. Rentré en Angleterre, il obtint de petits rôles dans Hamlet de Laurence Olivier en 1948, Moulin rouge de John Huston en 1952 ainsi que dans Vivre un grand amour, réalisé par Edward Dmytryk en 1955[2]. En 1976, dans la série Chapeau Melon et Bottes de Cuir, il tient le rôle du Pr Von Claus dans l'épisode Le Repaire de l'aigle (Épisode 1 - Saison 1).

Il se spécialise dans les productions de films fantastiques, d'horreur et d'aventures des studios Hammer. Il est, avec son ami Christopher Lee, l'un des acteurs vedettes de la Hammer. Parmi ses rôles les plus célèbres, on notera le professeur Abraham Van Helsing, le baron Victor Frankenstein, le shérif de Nottingham, ou le Doctor Who.

Il interprète également le détective Sherlock Holmes dans Le Chien des Baskerville en 1959 au cinéma, ainsi que dans une série télévisée de la BBC diffusée en 1968.

Star Wars[modifier | modifier le code]

En 1977, il est le Grand Moff Tarkin, l'ambitieux et cruel officier militaire supervisant la station spatiale Etoile Noire, dans Un Nouvel Espoir, premier film de la saga Star Wars de George Lucas. Il est alors le seul acteur connu du film, avec Alec Guinness. Son personnage sera repris en 2011, dans la série animée Star Wars : The Clone Wars.

En 2016, il réapparaît à l'écran dans Rogue One : A Star Wars Story de Gareth Edwards 22 ans après sa mort, grâce à une technique novatrice de capture de mouvement qui permet de greffer une représentation 3D de son image sur les performances d'un autre comédien, Guy Henry[3],[4],[5]. La « résurrection » numérique d'un acteur décédé a soulevé de nombreuses questions techniques et morales[6].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Années 1930 et 40[modifier | modifier le code]

Années 50[modifier | modifier le code]

Années 60[modifier | modifier le code]

Années 70[modifier | modifier le code]

Années 80[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

et aussi :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Comment Rogue One a fait tourner Peter Cushing, 23 ans après sa mort", Sciences et Avenir
  2. Dictionnaire du cinéma, Jean-Loup Passek, Larousse, 2006. p. 195
  3. Rogue One, ou le nouvel espoir de Peter Cushing et de la motion capture
  4. Star Wars : la belle surprise Rogue One
  5. Hubert Heyrendt, « "Rogue One": voici ce que nous pensons du dernier Star Wars », lalibre.be,‎ (lire en ligne)
  6. Rogue One et la magie controversée de la résurrection numérique (le Figaro)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Peter Cushing, Past forgetting : memoirs of the Hammer years, London, Weidenfeld and Nicolson, , 112 p. (ISBN 978-0-297-79283-3).
  • (en) Deborah Del Vecchio et Tom Johnson (préf. Barry Morse et Sydney Morse), Peter Cushing : the gentle man of horror and his 91 films, Jefferson, N.C, McFarland & Co, , 465 p. (ISBN 978-0-899-50654-8).
  • (en) Freddie Francis, « In Memory of Peter Cushing », Sight and Sound, septembre 1994, p. 3 (nécrologie).
  • Nicolas Stanzick, Dans les griffes de la Hammer, Latresne, le Bord de l'eau, , 2e éd., 483 p. (ISBN 978-2-356-87068-1).
  • Éric Escofier (préf. Didier Lefèvre), Peter Cushing : la star de la Hammer films, Nice, É. Escofier, , 275 p. (ISBN 978-2-954-14690-4).

Liens externes[modifier | modifier le code]