Mort-vivant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un mort-vivant du film américain Plan 9 from Outer Space (1959)
Philip Burne-Jones, The Vampire, 1897

Les morts-vivants sont, dans la culture populaire, des êtres morts qui continuent à se manifester. Au sens strict, le terme désigne un cadavre réanimé, en général par magie, comme les zombies, et au sens étendu, les esprits de personnes mortes revenues comme fantômes. Les cadavres réanimés possèdent encore leur corps, par opposition aux esprits, spectres et fantômes, qui peuvent être morts mais ne possèdent plus de ce dernier, et sont donc parfaitement intangibles. Il existe des morts-vivants de tous les types dans la plupart des croyances, dont la symbolique a été reprise pour les œuvres modernes. Les morts-vivants forment un thème populaire des romans et des films d’horreur, ainsi que de jeux de rôle. Les vampires et les zombies ont vu une abondante littérature et filmographie leur être consacrée.

Bram Stoker considérait le titre The Un-Dead (littéralement : le non-mort ou le mort-vivant) comme le titre original de son roman Dracula, publié en 1897[1] et l'usage de ce terme dans ce roman traduit dans de nombreuses langues est en grande partie responsable du sens moderne du mot « mort-vivant ». Le nom de mort-vivant s'appliquait à l'origine uniquement aux vampires, mais le sens s'est étendu à de nombreuses autres créatures surnaturelles au fil du temps. Plus communément, il est employé pour désigner tout être surnaturel qui manifeste des symptômes de vie après la mort, mais son usage est très variable.

Définition[modifier | modifier le code]

Le terme de mort-vivant fait référence à un être plongé dans un état intermédiaire entre la vie et la mort, et qui subsiste tant bien que mal sous cette forme précaire. La manifestation du mort-vivant peut se faire par le biais d'un corps physique à l'état de cadavre, ou celui d'un corps immatériel, ce qui est le cas des fantômes et autres âmes en peine, qui sont des esprits persistants de personnes mortes. Il s'agit cependant de différencier les deux sens de Mort-vie : certaines créatures sont des personnes auparavant bien vivantes, mais déchues à l'état de morts-vivants suite à un évènement particulier (vampires, liches, goules ...) tandis que les autres sont des personnes décédées, puis revenues à la vie de façon incomplète par l'intermédiaire de la magie (fantômes, momies, squelettes...). À noter que le terme zombie peut désigner aussi bien un cas que l'autre. Cependant, on considère qu'au sens strict, la définition ne s'applique qu'aux morts ressuscités (Morts redevenus partiellement vivants), plongés dans un état de déliquescence qui les rend non responsables de leurs actes. Les vivants corrompus que sont les vampires et les liches s'apparentent davantage à des créatures démoniaques, car ils ont accompli un rite et conclu un pacte avec les puissances occultes en toute connaissance de cause.
Les morts-vivants ne ressentent généralement plus la douleur, manifestent des facultés surnaturelles (invulnérabilité aux attaques non rituelles, insensibilité à la fatigue...), tandis que leurs intentions sont presque toujours hostiles aux vivants. Les vampires sont ainsi réputés s'abreuver du sang de leurs victimes pour se maintenir en état de mort-vie, les liches répandre des maléfices, les fantômes hanter les lieux de leur passé, et les zombies se nourrir de chair humaine.


Goule[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Goule.

La goule est issue du folklore Arabe[2] et Perse[3], elle apparaît dans les contes des Mille et Une Nuits et forme une classe de Jinn, comme les Éfrits par exemple, vue comme engeance du diable, Iblis. Les goules changent de forme en prenant le plus souvent l'apparence d'une hyène ou d'une femme, mais sont reconnaissables à leurs pieds fourchus, seul élément constant de leur apparence[2]. La ghula, féminisation du mot arabe, est l'équivalente arabe/perse de Lilith (Lamia)[3]. Elle affectionne les cimetières où elle déterre les cadavres pour s'en nourrir et dans d'autres endroits peu fréquentés. La goule hante aussi le désert sous les traits d'une jeune femme et elle dévore les voyageurs qui succombent à ses appels. De nombreux récits terrifiants destinés aux enfants ont pour acteur principal une goule dans les pays du Maghreb, elle y joue souvent le rôle du Grand méchant loup[2].

Liche[modifier | modifier le code]

Liche
Article détaillé : Liche.

La liche est issue de la littérature et des jeux fantastiques ; il s'agit d'un sorcier mort qui se maintient dans un état de mort-vie grâce à ses pouvoirs magiques. C'est traditionnellement une créature maléfique, hautement intelligente, autonome et surtout, très puissante. La transformation d'un sorcier en liche peut se faire pour des raisons diverses, pas toujours maléfiques. On fait une distinction importante entre les liches, créatures douées de volonté, et de simples zombies ou squelettes morts-vivants qui n'ont pas choisi leur sort, et qui n'ont plus aucune volonté propre. Ces derniers sont en général utilisés comme des esclaves, ou des marionnettes, par un nécromancien qui les manipule de manière plus ou moins consciente. Elles sont invincibles.

Momie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Momie.

Une momie est, à l'origine, un cadavre qui a été préservé de la destruction et de la putréfaction pour des raisons naturelles ou par des techniques humaines. Dans la culture populaire, les momies s’animent, généralement pour punir les profanateurs de leur tombe.

Squelette[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Squelette (monstre).

Un squelette est un mort-vivant qui a perdu toute sa chair putréfiée, ses os se maintenant par la magie ou un autre phénomène mystique. Par défaut, le terme désigne un squelette humain. Cette créature se retrouve fréquemment dans les histoires en rapport avec l'horreur, le surnaturel ou l'aventure fantastique. Ils sont particulièrement courants dans le domaine de la fantasy, où ils sont des ennemis récurrents peu difficiles à vaincre. En général, ce sont des squelettes de personnes mortes qui sont animées par des nécromanciens.

Vampire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vampire.

Les vampires sont issus de divers folklores et superstitions populaires, ils se nourrissent du sang des vivants afin d'en tirer une force vitale. La légende des vampires puise ses origines dans des traditions mythologiques anciennes et l'on retrouve des êtres légendaires dotés de caractéristiques vampiriques dans toutes sortes de cultures à travers le monde. Le vampire fut popularisé en Europe au début du XVIIIe siècle et émergea plus spécifiquement en Europe orientale, particulièrement dans les Balkans où ils étaient dépeints comme des revenants en linceul qui, visitant leur aimée, causaient mort et désolation dans le voisinage. À la même époque, le bénédictin lorrain Augustin Calmet, décrit le vampire comme un « revenant en corps », se distinguant ainsi des revenants immatériels tels que les fantômes ou esprits[4].

Le personnage plus charismatique et sophistiqué du vampire des fictions modernes est apparu avec la publication en 1819 du livre The Vampyre de John Polidori dont le héros mort-vivant fut inspiré par Lord Byron dont Polidori était le médecin personnel. Le livre remporta un grand succès mais c'est l'ouvrage que Bram Stoker écrivit en 1897, Dracula, qui reste la quintessence du genre, établissant une image du vampire toujours populaire de nos jours dans les ouvrages de fiction, même s'il est assez éloigné de ses ancêtres folkloriques dont il ne conserve que peu des spécificités originelles.

Zombie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Zombie (mort-vivant).

Les zombies, dont le nom désigne à l'origine des revenants propres au folklore lié au vaudou haïtien, sont décrits dans les films d'horreur et de nombreux jeux vidéo comme des cadavres qui s’animent par un procédé magique, religieux, scientifique, ou de nature inconnue. Ils ont généralement une intelligence limitée et peu, ou pas, de volonté propre. Ils sont manipulés par un démiurge extérieur ou leur seul désir est de tuer pour dévorer de la chair humaine. Contrairement aux vampires qui ont généralement l'allure d'hommes normaux, ils arborent divers stigmates laissés par la décomposition, voire continuent de pourrir après leur réanimation. Bien que leur nom provienne du créole haïtien, les zombies de fiction sont surtout issus de l'imaginaire macabre de l'Europe médiévale et ils n'ont pas grand-chose en commun avec les zombies du vaudou, lesquels ne tuent pas les vivants pour se nourrir. Généralement, dans les jeux vidéo ou les films, les zombies n'ont aucune coordination des membres, ne peuvent pas monter les échelles ou nager, sont attirés par le bruit et l'odeur du sang. Rien à voir avec les zombies vaudous qui eux, sont invoqués pour devenir des serviteurs, ne se nourrissent de rien et craignent le sel. En effet, le sel les pousserait à s'enterrer et à se faire une sépulture eux-mêmes.

Autres créatures légendaires[modifier | modifier le code]

D'autres créatures ont eu moins de succès dans la culture populaire, qui a largement repris les zombies et les vampires, bien qu'elles possèdent aussi les attributs des morts-vivants : il s'agit des Draugr, équivalents scandinaves des fantômes, des Jiangshi, équivalents chinois des zombies, et des Ahkiyyini de la mythologie inuit.

Les Vetâlas sont des morts-vivants de l'hindouisme, qui apparaissent notamment dans Les Contes du vampire (XIe siècle).

Créatures spécifiques à un univers particulier[modifier | modifier le code]

Esotérisme[modifier | modifier le code]

Le terme de "deux fois né" recouvre aussi l’appellation du dieu Dionysos et des initiés de la tradition dionysiaque.

Article détaillé : Dionysos.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Les morts-vivants sont des adversaires populaires dans de nombreuses œuvres en rapport avec l'horreur. Ils figurent en bonne place dans de nombreux jeux de rôle, jeu de rôle sur ordinateur, MMORPG et jeux de stratégie. Dans de tels jeux, des règles spéciales sont souvent utilisés pour combattre les morts-vivants.

Dans Donjons et Dragons et d'autres systèmes similaires, les prêtres ou clercs sont avantagés pour combattre les morts-vivants et peuvent tenter de repousser ou d'anéantir ces entités en invoquant leur divinité ou en canalisant « l'énergie positive » (énergie de la vie qui anime et guérit les créatures vivantes, et qui est l'antithèse de l'énergie négative, qui anime et guérit créatures mortes-vivantes.) Cela force les morts-vivants à s'éloigner de l'ecclésiastique, les clercs puissants sont capables de détruire complètement les plus faibles créatures mort-vivantes avec cette capacité. Bien que l'acte de repousser les morts-vivants se base essentiellement sur la foi, un symbole sacré est habituellement exigé en tant que pôle de puissance divine invoquée. Les clercs servant les dieux du mal peuvent prendre le contrôle des morts-vivants de la même façon, au moyen de la nécromancie[6].

Dans Donjons et Dragons et autres jeux tels que Final Fantasy , les morts-vivants, peuvent être blessés en utilisant des effets magiques qui guérissent les êtres vivants normaux[7].

Dans les jeux vidéo tels que World of Warcraft, les morts-vivants gagnent des avantages qui viennent de leur état de morts-vivants, tels que l'immunité aux maladies, à la peur, au contrôle mental, à certaines blessures, au poison, et une foule d'autres effets, qu'ils soient physiques ou mentaux, et qui ne s'appliquent pas à des êtres à chair vivante.

Des personnages morts-vivants apparaissent dans de nombreux rôles, généralement comme horde d'opposants (zombies ou squelettes). Certains jeux proposent des morts-vivants comme personnages jouables, comme Vampire : la Mascarade et World of Warcraft . D'autres, comme Diablo 2 , permettent au joueur de prendre le rôle d'un Nécromant et d'élever des morts-vivants à partir de cadavres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « About Dracula » (consulté le 21 mai 2006)
  2. a, b et c article "ghoul." de l'Encyclopædia Britannica 2007 Ultimate Reference Suite DVD. (2007)
  3. a et b Thousand Nights and a Night notes: Ghuls
  4. Dom Augustin Calmet, Traité sur les apparitions des anges, des démons et des esprits et sur les revenants, et vampires de Hongrie, de Bohème, de Moravie et de Silésie, 1751
  5. Bestiarium de Halo 3
  6. (en) « Special Attacks: Turn Or Rebuke Undead » (consulté en 2006-05-11)
  7. (en) « Spells: Cure Light Wounds » (consulté en 2006-05-21)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • La Mort-vie : déification du genre, sorte de dieu tutélaire des Morts-vivants.
  • Chat de Schrödinger, en référence à son état d'indétermination quantique qui le place hors de la vie et de la mort

Bibliographie[modifier | modifier le code]