Big Eyes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Big Eyes
Titre québécois Les Grands Yeux
Titre original Big Eyes
Réalisation Tim Burton
Scénario Scott Alexander
Larry Karaszewski
Acteurs principaux
Sociétés de production Silverwood Films
Electric City Entertainment
Tim Burton Productions
The Weinstein Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
Genre Drame biographique
Durée 105 minutes
Sortie 2014


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Big Eyes ou Les Grands Yeux au Québec[1] est un film américano-canadien réalisé par Tim Burton, sorti en 2014. Le film est inspiré d'un fait vécu. L'histoire de Margaret et Walter Keane est l’une des plus grandes impostures de l’histoire de l’art.

Le film obtient un accueil critique favorable et est nommé dans trois catégories aux Golden Globes (meilleure actrice dans un film musical ou une comédie pour Amy Adams, meilleur acteur dans un film musical ou une comédie pour Christoph Waltz et meilleure chanson originale), remportant celui de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1950 et au début des années 1960, le peintre Walter Keane connait un succès phénoménal et révolutionne le commerce de l’art grâce à ses énigmatiques tableaux représentant des enfants malheureux aux yeux immenses. Mais la surprenante et choquante vérité finit cependant par éclater : ces toiles ont été peintes par sa femme, Margaret. L’extraordinaire mensonge des Keane a réussi à duper le monde entier.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dick Nolan, journaliste dans un journal à scandale, raconte ce récit qui commence avec l'histoire de Margaret Ulbrich (du nom de son premier époux). En 1958, celle-ci décide de s'enfuir du domicile conjugal avec sa fille Jane et d'aller à San Francisco. Elle y déménage en quête de travail, mais, en dépit de son grand talent de peintre, les opportunités de trouver un emploi sont très peu nombreuses. La seule façon pour gagner de quoi vivre est constituée par la réalisation de portraits en public, même si le gain est minimal. C'est là qu'elle rencontre un autre peintre de rue du nom de Walter Keane. Celui-ci essaie de s'approcher de Margaret, pour laquelle il éprouve une forte attraction. Walter est en réalité un agent immobilier, qui déclare avoir comme hobby de peindre les rues de Paris, ville dans laquelle il prétend avoir vécu longtemps et où il aurait effectué ses études dans l'une de ses plus importantes écoles.

La peinture de Margaret est remarquable de par une caractéristique particulière, qui est de peindre des jeunes filles (inspirées de sa fille Jane) avec des yeux disproportionnés par rapport au reste du corps. Les deux peintres commencent à se fréquenter et après que l'ancien mari de Margaret a tenté de récupérer la garde de leur fille Jane, Walter propose à Margaret de l'épouser. Bien que cela semble précipité, Margaret, fascinée par le charisme et l'initiative de Walter, décide de l'épouser. Ils se marient à Hawaï et la première période du mariage en est heureuse. Walter est fasciné par le style de la peinture de Margaret et souhaite que ses peintures soient exposées dans les grandes galeries d'art qui rejettent toute proposition en raison de la prépondérance et de la mode de l'art abstrait.

Lors d'une soirée, Walter demande au propriétaire d'une boite de jazz, Enrico Banducci, d'exposer ses tableaux et ceux de sa femme. Banducci accepte mais il lui dédie un couloir menant aux toilettes de l'établissement, suscitant la colère de Walter. Ce dernier, furieux, lui assène un tableau de sa femme sur la tête. La publicité faite autour de l'incident intéresse le journaliste Dick Nolan et les gens affluent à la galerie pour admirer les œuvres exposées. Walter a constaté que le public était plus attiré par les peintures de Margaret et profitant du fait que de nombre d'entre elles étaient signées de son nom d'épouse "Keane", Walter décide de s'approprier frauduleusement la paternité de ces œuvres, affirmant qu'il en est le véritable auteur. Margaret finit par découvrir la supercherie de son mari et en dépit de sa déception conjugale, elle ferme les yeux puisqu'elle lui a apporté la fortune : des images de ses œuvres sont même vendues en supermarchés. Entretemps, la relation entre Margaret et Walter se dégrade et elle ne veut plus commettre de faux.

Partie vivre avec sa fille à Honolulu, Margaret fait connaissance des Témoins de Jéhovah. Apprenant que le mensonge est condamné par Dieu, elle décide de rétablir la vérité. Mais se rebeller contre la soif de profit, le succès et la méchanceté de Walter ne sera pas chose facile pour Margaret qui devra trouver, en soi, une grande force intérieure qu'elle n'a jamais eue jusqu'à présent. Margaret, dans sa recherche de vérité, découvre que les mensonges de Walter affectent également de nombreux autres aspects de sa vie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Tim Burton le 12 juillet 2012.

Distribution[modifier | modifier le code]

Christoph Waltz le 24 mai 2009.
Amy Adams le 27 février 2011.
Source et légende : Version française (VF) sur RS Doublage[5] et AlloDoublage[6]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Le scénario est écrit par Scott Alexander et Larry Karaszewski, qui avaient déjà écrit le précédent film biographique de Tim Burton : Ed Wood sorti en 1994. À l'origine, les deux scénaristes devaient réaliser le film et Tim Burton ne devait être que producteur[7],[8].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Lorsque le projet devait être réalisé par Scott Alexander et Larry Karaszewski, les rôles principaux devaient revenir à Kate Hudson et Thomas Haden Church. Reese Witherspoon et Ryan Reynolds sont ensuite évoqués[9],[10]. Ces rôles reviendront finalement à Amy Adams et Christoph Waltz[11].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu à Vancouver, San Francisco, au Royal Portbury Dock de Bristol en Angleterre ainsi qu'au Royal Hawaiian Hotel de Waikiki[12].

Contrairement à ses habitudes, Tim Burton abandonne ici le format 35 mm et tourne en numérique, en raison de restrictions budgétaires[11].

Musique[modifier | modifier le code]

Big Eyes
Music From the Original Motion Picture

Bande originale de divers artistes
Sortie [13]
Durée 53:32[14]
Genre musique de film, jazz, pop
Label Interscope Records[13]

La musique originale est composée par Danny Elfman, fidèle collaborateur de Tim Burton. De plus, la chanteuse pop Lana Del Rey interprète deux chansons inédites, Big Eyes et I Can Fly. Par ailleurs, on retrouve sur l'album des morceaux d'artistes comme Miles Davis ou Cal Tjader.

No TitreInterprète(s) Durée
1. Big EyesLana Del Rey 4:41
2. BludanActrices et acteurs de Big Eyes 3:15
3. DoxyMiles Davis & Sonny Rollins 4:55
4. Hey NowThe Red Garland Trio 3:41
5. TropicvilleActrices et acteurs de Big Eyes 3:10
6. Rik-A-TikThe Lively Ones 3:02
7. A Minor GoofCal Tjader 3:54
8. I Can FlyLana Del Rey 5:48
9. OpeningDanny Elfman 3:59
10. Who's the Artist?Danny Elfman 2:56
11. MargaretDanny Elfman 3:03
12. WalterDanny Elfman 4:49
13. VictoryDanny Elfman 4:59
14. End CreditsDanny Elfman 1:12

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Big Eyes obtient un accueil positif des critiques professionnels : 71 % des 82 critiques collectés par le site Rotten Tomatoes sont favorables, pour une moyenne de 6,610[15], tandis qu'il obtient un score de 62100 sur le site Metacritic, pour 34 critiques[16]. En France, l'accueil est également positif, avec une moyenne de 3,8/5 sur le site AlloCiné pour 33 critiques[17].

Box-office[modifier | modifier le code]

Lors de son premier week-end d'exploitation en salles aux États-Unis, Big Eyes prend la quinzième place du box-office avec 3 001 738 $, soit une moyenne de 2,297 $ sur les 1 307 salles le diffusant[18]. Il s'agit d'un des plus faibles démarrages dans la carrière de Tim Burton sur le territoire américain dans une importante combinaison de salles[19]. L'exploitation en salles sur le territoire américain s'achève en ayant engrangé 14 482 031 $. Au , avec 12 747 413 $ à l'étranger, le total des recettes mondiales à 27 229 444 $[18]. Il s'agit à ce jour du plus faible résultat au box-office du réalisateur depuis Ed Wood en 1994[19], confirmant ainsi les échecs successifs de Burton depuis 2012 aux États-Unis avec Dark Shadows et Frankenweenie[20].

En Italie, en janvier 2015, il prend la huitième place du box-office avec 1 114 145 € de recettes le premier week-end d'exploitation[21]. Il remonte d'une place le week-end suivant avec 536 100 €[22]. Il a engrangé un total de 2 193 502 € au cours de son exploitation.

En France, Big Eyes prend la troisième place du box-office le jour de sa sortie avec 967 entrées sur Paris sur 26 salles en première séance, constituant le pire démarrage de Tim Burton en vingt ans[23]. Sur Paris et sa périphérie, il totalise 1 408 entrées[24]. Il garde cette troisième place au box-office lors de son premier jour sur tout le territoire avec 18 420 entrées [25]. En premier week-end, Big Eyes totalise 147 573 entrées[26]. En première semaine, Big Eyes prend la quatrième place du box-office avec 221 977 entrées[26]. En fin d'exploitation, il a réussi à totaliser 383 114 entrées[27],[28]. 368 262 selon JP's Box Office (10.2021) ce qui est peu pour la France, mais la rentabilité mondiale que le site enregistre est néanmoins de 293%[réf. souhaitée].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « LES GRANDS YEUX (2014) », sur cinoche.com (consulté le )
  2. (en) « Big Eyes », sur The Numbers (consulté le )
  3. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  4. Centre national du cinéma et de l'image animée
  5. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage (consulté le ).
  6. « Fiche du doublage français du film » sur AlloDoublage, consulté le 31 mars 2015
  7. (en) Mike Fleming, Jr., « Indie Big Eyes To Star Reese Witherspoon And Ryan Reynolds », sur Deadline.com,
  8. (en) Daniel Miller, Jay A. Fernandez, « Reese Witherspoon, Ryan Reynolds to Star in Indie Biopic 'Big Eyes' », sur The Hollywood Reporter,
  9. (en) « Reese Witherspoon, Ryan Reynolds to Star in Tim Burton’s Big Eyes », Ryan Reynolds fan,
  10. (en) Brendan Bettinger, « Reese Witherspoon and Ryan Reynolds to Play Margaret and Walter Keane in Tim Burton’s BIG EYES », sur Collider,
  11. a et b Secrets de tournage - Allociné.fr
  12. (en) Lieux de tournage sur l’Internet Movie Database
  13. a et b (en) Big Eyes (Music from the Original Motion Picture - Various Artists - iTunes
  14. (en) « Various Artists - Big Eyes: Music From the Original Motion Picture », sur AllMusic (consulté le )
  15. (en) « Big Eyes (2014) », sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  16. (en) « Big Eyes Reviews », sur Metacritic (consulté le )
  17. « Big Eyes : critique presse », sur AlloCiné (consulté le )
  18. a et b (en) « Big Eyes », sur Box Office Mojo (consulté le )
  19. a et b « Tim Burton (Démarrages en salles aux États-Unis) », sur Box Office Mojo (consulté le )
  20. http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Big-Eyes-sera-t-il-le-plus-gros-flop-de-Tim-Burton-en-France-4151957
  21. « Box-office Italie : week-end du 2 au 4 janvier 2015 », sur cinemondial.com (consulté le )
  22. « Box-office Italie : week-end du 9 au 11 janvier 2015 », sur cinemondial.com (consulté le )
  23. Marine Glinel, « Box Office France : Divergente 2 surpasse le premier », sur braindamaged.fr, (consulté le )
  24. « Box-office 1ère séance du 18 mars 2015 », sur Jp's Box-office (consulté le )
  25. « Box-office premier jour du 18 mars 2015 », sur Jp's Box-office (consulté le )
  26. a et b « Box-office français de Big Eyes », sur Jp's Box-office (consulté le )
  27. « Flop 15 : Les films qui n’ont pas marché au box-office français en 2015 », sur Premiere.fr, (consulté le ).
  28. http://www.cbo-boxoffice.com/v4/page000.php3?inc=ficheart.php3&tid=6059

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]