Pilatus P-3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pilatus P-3
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : Suisse Pilatus
Premier vol
Mise en service
Nombre construits 84
Équipage
2
Motorisation
Moteur Lycoming GO-435 C2 A2 (en)
Nombre 1
Type 6 cylindres
Puissance unitaire 240 ch
Dimensions
Envergure 10,50 m
Longueur 8,75 m
Hauteur 3,05 m
Surface alaire 16,50 m2
Masses
À vide 1 190 kg
Maximale 1 575 kg
Performances
Vitesse maximale 500 km/h
Plafond 5 000 m
Vitesse ascensionnelle 400 m/min
Rayon d'action 650 km

Le Pilatus P-3 est un avion d'entraînement militaire construit par Pilatus Aircraft en Suisse. L'avion a été conçu pour la formation primaire et avancée des futurs pilotes de jets (y compris les vols de nuit, voltige et le vol aux instruments).

Développement[modifier | modifier le code]

En 1952, Pilatus débute le développement d'un nouvel avion d'entrainement militaire. L'objectif était la création d'un appareil capable de former les pilotes pour un nouveau type d'avions de combat, les jets. Le premier prototype construit en 1953 vola le 3 septembre, piloté par Georg Gyssler.

L'avion biplace est de construction entièrement métallique avec un train d'atterrissage tricycle escamotable et des sièges en tandem. Il est prévu des racks sous les ailes pour des bombes légères d’entraînement ou des roquettes et une mitrailleuse dans une nacelle sous l'aile gauche.

Il a été produit en série pour les Troupes d'aviation et de DCA et a été le premier avion Pilatus exporté. Au total, 84 P-3 ont été produit et vendu[1].

À sa sortie, le P-3 était en avance sur son temps, par rapport à la concurrence, et il servi de base pour les développements des PC-7, PC-9 et PC-21 qui permirent à Pilatus de devenir le leader dans le domaine des avions d'entraînement[2]. Le Pilatus P-3.05 s/n 509 (A-871) fut transformé en PC-7 en 1982.

Versions[modifier | modifier le code]

  • P-3.01 : Le premier prototype (s/n / immatriculation HB-HON), moteur Lycoming GO-435-C2 de 240 ch. À l'origine une hélice bipale l'équipait, Pilatus est resté propriétaire de cet avion et s'en est servi comme banc d'essais pour le projet PC-7 à partir de 1966. Il a été testé par les Troupes d'aviation entre 1953 e 1954.
  • P-3.02 : Second prototype (militaire) (c/n 318 / immatriculation HB-HOO/A-801), moteur Lycoming GO-435 C2 A2 (en) de 240 ch, hélice tripale, deux radios militaires, points d'attache pour de l'armement. Premier vol en août 1954, exposé au Flieger Flab Museum de Dübendorf[2].
  • P-3.03 : 12 avions de série militaire (c/n 319 à 330) à partir de 1956[2].
  • P-3.04 : P-3 vendu à la Marine brésilienne[2] (c/n 331 à 336)
  • P-3.05 : 60 P-3 (c/n 452 à 511), construit par la Fabrique Fédérale d'avion d'Emmen (F+W) en collaboration avec Pilatus et la Fabrique d'avions et de véhicule d'Altenrhein (FFA). Dérive ventrale ajoutée pour éviter que l'appareil ne se mette en vrille[2].

Anciens opérateurs[modifier | modifier le code]

Les Troupes d'aviation ont reçu 72 des exemplaires de cet avion, la Marine brésilienne en a acquis 6. Les forces aériennes suisses ont utilisé le P-3 comme avion d'entraînement jusqu'en 1983, puis il a continué à être utilisé comme avion de liaison durant une autre décennie. En 1993-1995, 65 anciens avions des forces aériennes ont été vendus au marché privé.

Drapeau de la Suisse Suisse

  • Troupes d'aviation et de DCA : 72 x P-3
    • 1 x Pilatus P-3.02 (c/n 318 / immatriculation A-801) construit en 1956
    • 12 x Pilatus P-3.03 (c/n 319 à 330 / immatriculation A-802 à A-813) construits en 1956. Plus tard partiellement rétrofités au standard P-3.05
    • 60 x Pilatus P-3.05 (c/n 452 à 511 / immatriculation A-814 à A-873) construits en 1958 et 1959

Au moment de l'introduction du nouvel avion d'entrainement PC-7, le P-3 a commencé à être utilisé comme avion de liaison.

Drapeau du Brésil Brésil

  • Aviação Naval Brasileira : 6 x P-3-04 (c/n 331 à 336 / immatriculation N-501 à N-506, ex HB-HOA à HB-HOG) acquis en 1963, désignés U-3.


Le P-3-04 (s/n 335 / immatriculation HB-HOE) vola pour Swissair, respectivement l'école suisse de contrôle aérien (SLS), jusqu'à sa vente au Brésil en 1963.

Utilisateurs civils[modifier | modifier le code]

Lors de leur mise hors service entre 1991 et 1995, la majorité des P-3 des Troupes d'aviation furent vendu en trois tranches à des ventes aux enchères et reçurent des immatriculations civiles : États-Unis (30 appareils), Suisse (12), France (6), Allemagne (2), Canada (2) et Royaum-Uni (1). Parmi ceux-ci un grand nombre vol encore en 2018. D'autres P-3 furent placées dans des musées.

En avril 2018, douze P-3 sont inscrit au registre matricule suisse des aéronefs[3]. Parmi ceux-ci, cinq volent pour la patrouille acrobatique civile P3 Flyers (en).

Galerie[modifier | modifier le code]

P-3 exposés[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

Aéronefs comparables

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Our Heritage – P-3, pilatus-aircraft.com.
  2. a, b, c, d et e La saga du Pilatus P-3, Association pour le Maintien du Patrimoine Aéronautique
  3. Registre matricule des aéronefs, Office fédéral de l'aviation civile OFAC.

Liens externes[modifier | modifier le code]