Canadair CL-415

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Canadair CL-415
Canadair CL-415 « Pélican 33 » de la Sécurité civile française, en phase de largage.
Canadair CL-415 « Pélican 33 » de la Sécurité civile française, en phase de largage.

Rôle Avion bombardier d'eau
Constructeur Bombardier (Canadair)
Équipage 2
Premier vol
Mise en service
Client principal Drapeau du Canada Canada
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la France France
Coût unitaire 37 millions de dollars US
Production 95 exemplaires
Années de production 19932015
Dérivé de Canadair CL-215T
Dimensions
Image illustrative de l’article Canadair CL-415
Longueur 19,82 m
Envergure 28,60 m
Hauteur 8,98 m
Aire alaire 100,33 m2
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 12,88 t
Max. au décollage • Terrestre : 19,89 t
• Depuis l'eau : 17,70 t
Max. à l'atterrissage 16,78 t
Kérosène 5 812 l
Fret 6 137 litres d'eau
Motorisation
Moteurs 2 turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada PW123AF
Puissance unitaire 1 780 kW
(2 420 ch)
Performances
Vitesse de croisière maximale 333 km/h
Vitesse maximale 377 km/h
Autonomie 2 443 km
Plafond 4 500 m
Vitesse ascensionnelle 8,1 m/s

Le Canadair CL-415, également désigné sous le nom de Bombardier 415 par son constructeur, est un avion bombardier d'eau amphibie spécialisé dans la lutte contre les feux de forêts. Il peut également remplir diverses autres missions, telles que la recherche, le sauvetage et le transport de personnes ou de marchandises.

Fabriqué par Bombardier Aéronautique, successeur de la société Canadair acquise en , le Canadair CL-415 a été construit de à pour remplacer le Canadair CL-215 dont il est une évolution.

En , Bombardier Aéronautique a revendu l'ensemble des actifs de sa branche hydravions amphibies à la société Viking Air qui assure désormais le service après-vente de l'avion[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le CL-415 est le successeur du CL-215, le plus célèbre des Canadair. Initialement dérivé en tant que CL-215T, un CL-215 remotorisé et muni d'additions aérodynamiques, il fut par la suite développé en tant que CL-415, à partir cette fois de cellules neuves, bénéficiant d'une structure renforcée augmentant la masse maximale, et d'un système de bombardement à quatre portes au lieu des deux originelles. L'appareil fut ensuite rebaptisé Bombardier 415, quelques années après l'acquisition de Canadair par Bombardier, en 1986. Par rapport au CL-215, il est équipé de turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada PW123AF (au lieu des Pratt & Whitney R-2800-83AM), ce qui lui offre une capacité d'emport plus importante (6 137 litres d'eau). Autre innovation, on peut mélanger en vol des produits retardants à l'eau embarquée. Comme son aîné, il fait le plein d'eau directement en vol en passant en rase-motte au-dessus d'un lac, d'une rivière, ou même de la mer, en déployant des écopes sous le fuselage. Le plan d'eau doit avoir une profondeur minimale de 1,40 mètre et le survol en remplissage s'effectue sur une longueur d'environ 450 mètres à une vitesse sur l'eau variable entre 140 et 160 km/h (entre 75 et 85 nœuds approximativement). Cette opération d'écopage est assez délicate et nécessite une formation spéciale des pilotes. Les écopes sont de petites ouvertures de 10 × 12 cm placées sous le fuselage. Il faut de 9 à 12 secondes d'écopage pour remplir les deux réservoirs de 3 000 litres chacun.

En tant qu'avion spécialisé, le CL-415 est actuellement unique sur le marché. Son vol inaugural date de et les premières livraisons de . Il est robuste et particulièrement fiable, car il est utilisé dans un environnement très difficile où il doit résister à la corrosion saline, aux manœuvres à basse altitude et à des conditions atmosphériques changeantes.

Il existe des variantes militaires pour la recherche et sauvetage, le transport et la surveillance des côtes appelés CL-415MP (pour « Multi Purpose », « polyvalence » en anglais). Ils peuvent être équipés de radars de surveillance, de détecteurs infrarouge frontaux, de radars à antenne latérale, de systèmes de navigation avancés et de puissants équipements de communication. Ils sont adaptés aux missions amphibies longue portée, avec la possibilité d'amerrir pour un sauvetage, d'arrestation de contrevenants ou de repérage de nappes d'huile[2].

Les Canadairs CL-415 sont aussi surnommés « Pélican » en France et « Super scoopers » aux États-Unis[3],[4].

Bombardier a annoncé la fin de la production de l'avion en [5]. Le modèle, assemblé sur le site de North Bay, en Ontario, a engendré 95 commandes.

Variantes[modifier | modifier le code]

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Le Canadair CL-415 a été produit à 95 exemplaires entre et . Le tableau ci-dessous reprend la liste des différents utilisateurs, les Canadair CL-215 transformés en CL-415 (notamment la version CL-415EAF) n'étant pas comptabilisés.

Liste des utilisateurs du Canadair CL-415 au [6],[7].
Pays Livraison En service Propriétaire / Exploitant Commentaires
Drapeau du Canada Canada (Manitoba) 4 4 Exploité par la société Air Spray (en) pour le compte du gouvernement du Manitoba
Drapeau du Canada Canada (Ontario) 9 9 Ministère des Richesses naturelles de l'Ontario
Drapeau du Canada Canada (Québec) 8 8 Service aérien gouvernemental
Drapeau du Canada Canada (Terre-Neuve-et-Labrador) 6 5 Gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador 1 avion perdu
Drapeau de la Croatie Croatie 6 6 Aviation militaire et la défense aérienne
Drapeau de l'Espagne Espagne 4 4 Armée de l'air
Drapeau des États-Unis États-Unis 4 4 Détenu et exploité par la société Aeroflite
Drapeau de la France France 15 12 Sécurité civile 3 avions perdus
Drapeau de la Grèce Grèce 10 7 Force aérienne 6 Version CL-415GR
1 Version CL-415MP
3 avions perdus
Drapeau de l'Italie Italie 22 19 Exploité par la Società Ricerche Esperienze Meteorologiche (sv) pour le Corpo nazionale dei vigili del fuoco 3 avions perdus
Drapeau de la Malaisie Malaisie 2 2 Agence malaisienne d'application des lois maritimes Version CL-415MP
Drapeau du Maroc Maroc 5 5 Forces royales air
Total 95 85

Accidents rapportés[modifier | modifier le code]

Sur les 95 avions construits, 10 appareils ont été rendus inutilisables à la suite d'accidents[8].

Liste des accidents du Canadair CL-415
Date Pays Numéro de série Immatriculation Circonstances
Drapeau de la France France 2025 F-ZBFQ Lors d'un exercice d'entrainement dans la baie de La Ciotat (France), l'équipage simule une panne moteur puis effectue un amerrissage d'urgence. L'équipage augmente la puissance du moteur pour tenter de décoller mais l'avion se renverse. Le pilote est tué et le copilote est grièvement blessé. L'enquête révèlera que les trappes de largage de l'eau étaient ouvertes lors de l'amerrissage, provoquant de fortes vibrations et la perte de contrôle de l'avion lors de son décollage.
Drapeau de l'Italie Italie 2008 I-DPCN Lors de son approche pour larguer son chargement d'eau sur un incendie près d'Esine (Italie), l'avion s'écrase contre des arbres après avoir été pris par des turbulences. Le pilote et le copilote sont blessés, dont un grièvement. L'enquête conclura à une erreur de pilotage.
Drapeau de la France France 2018 F-ZBEZ Lors d'un exercice d'écopage sur le Lac de Sainte-Croix (France) par un vent de travers, un flotteur d'aile se détache en heurtant l'eau. L'avion plonge dans le lac, les débris du flotteur ayant possiblement bloqués la gouverne de profondeur. Le pilote instructeur et un copilote en formation sont tués, le second copilote en formation est gravement blessé.
Drapeau de l'Italie Italie 2051 I-DPCK L'avion a heurté une ligne électrique après avoir largué son chargement d'eau sur un incendie en Toscane (Italie). Le flotteur droit s'est séparé de l'aile et un incendie s'est déclaré sur l'aile endommagée. Les pilotes ont perdu le contrôle de l'avion qui s'est écrasé dans un quartier résidentiel sur une maison inoccupée. Le pilote et le copilote ont été tués. L'enquête conclura à une erreur de pilotage.
Drapeau de la France France 2011 F-ZBEO Après voir largué son chargement d'eau sur un incendie près de Calvi en Corse, le fuselage s'est brisé en deux au niveau de l'empennage, provoquant le crash de l'avion. Le pilote et le copilote ont été tués. Les causes de la rupture du fuselage n'ont pas pu être clairement identifiées, l'enquête n'ayant pas révélée de dommages sur la structure de l'avion ni de dépassement des contraintes admissibles. Les phénomènes aérologiques provoqués par l’incendie (turbulences, convection d'air, etc.) sont une cause probable de l'accident selon l'enquête.
Drapeau de la Grèce Grèce 2039 2039 L'avion s'est immobilisé en mer à la suite d'une avarie. L'appareil s'est renversé lors de son remorquage. Il sera renfloué et déclaré irréparable, puis stocké à la base aérienne d'Elefsis.
Drapeau de la Grèce Grèce 2055 2055 L'avion s'est écrasé lors de la lutte contre un incendie dans région de Diliso, sur l'île d'Eubée. Le pilote et le copilote ont été tués.
Drapeau de l'Italie Italie 2045 I-DPCX L'avion a heurté le sommet d'une colline lors de la lutte contre un incendie dans le parc naturel régional de Sirente-Velino près d'Acciano (Italie). Le pilote a été tué et le copilote grièvement blessé. L'enquête conclura à une erreur de pilotage.
Drapeau du Canada Canada 2076 C-FIZU Après son amerrissage sur un lac pour remplir ses réservoirs d'eau, l'avion ne parvient pas à redécoller. Les manœuvres du pilote pour tenter d'augmenter la distance de décollage provoquent la rupture des flotteurs des ailes et un brusque tangage. L'avion heurte violemment l'eau et s'immobilise à la verticale. Le pilote et le copilote parviennent à s'extraire de l'avion sans être blessés. À la suite d'une erreur de pilotage, la quantité maximale d'eau à prélever a été dépassée entrainant une surcharge de l'avion.
Drapeau de la Grèce Grèce 2050 2050 L'avion s'est retourné en tentant d'amerrir à proximité de Michaniónas à 20 km au sud-ouest de Thessalonique. Le pilote et le copilote ont été blessés[9],[10].

Légende urbaine[modifier | modifier le code]

Une légende urbaine veut qu'un plongeur ait été retrouvé sur les lieux d'un incendie éteint par un bombardier d'eau. Les écopes utilisées par les Canadair sont de la taille de petites ouvertures de 10 × 12 cm, afin de ne pas freiner l'avion en phase d'écopage. De plus, les écopes présentent des grilles dont les espaces font à peine la taille d'un doigt. Un tel événement est donc impossible, mais cette légende urbaine est quand même reprise dans le film La Turbulence des fluides de Manon Briand, ainsi que dans le livre Barney's version de l'écrivain Mordecai Richler. Il existe une variante de cette légende urbaine avec les « paniers » (Bambi bucket), réservoirs d'eau accrochés sous certains hélicoptères bombardiers d'eau, qui est tout aussi fausse.

L'origine de cette rumeur viendrait de la découverte d'un plongeur avec tout son attirail mort au sommet d’une montagne après un incendie sur l'île grecque de Thassos. Histoire compilée dans l'ouvrage « Das Kaninchen, das den Jäger erschoß. Und andere bizarre Todesfälle » (Le lapin qui a tué le chasseur, et autres morts étranges) des allemands Helmut Krausser et Marcel Hartges, où la mort est attribuée à un Canadair[11].

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Antony Angrand, « Bombardier se sépare de ses Canadair », .
  2. « Bombardier CL-415 », Bombardier (consulté le ).
  3. (en) Zev Yaroslavsky, « Fighting fire with some super friends », sur Los Angeles County, (consulté le ).
  4. (en) Dana Bartholomew, « Canadian Super Scoopers arrive early in L.A. County to take on fire season », Los Angeles Daily News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. « Bombardier annonce la fin de production de son modèle 415. », sur 09-27, (consulté le ).
  6. (en) « Airframes Database, Family: Canadair CL-215 / CL-415 », sur aerialvisuals.ca, (consulté le )
  7. (en) « In-Service Aircraft », sur aerialfirefighter.vikingair.com, (consulté le )
  8. (en) « Bombardier CL-415 », ASN Aviation Safety Network (consulté le ).
  9. (en) « Hellenic Air Force suffers its second CL-215 crash of the year. », sur agairupdate.com, (consulté le )
  10. (en) « ASN Wikibase Occurrence # 166027 », ASN Aviation Safety Network (consulté le ).
  11. (de) Helmut Krausser et Marcel Hartges, Das Kaninchen, das den Jäger erschoß. Und andere bizarre Todesfälle, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt Tb., , 111 p. (ISBN 3-499-22617-0 et 978-3-499-22617-5, présentation en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]