Bell OH-58 Kiowa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un aéronef image illustrant les forces armées des États-Unis
Cet article est une ébauche concernant un aéronef et les forces armées des États-Unis.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

OH-58A Kiowa
Image illustrative de l'article Bell OH-58 Kiowa
OH-58D Kiowa Warrior, version armée du OH-58D, ici armé de missiles antichars AGM-114 Hellfire.

Rôle Hélicoptère de reconnaissance
Constructeur Bell
Mise en service Mai 1969
Date de retrait Avril 2016 (US Army)
Nombre construit + 2 200
Dimensions
Image illustrative de l'article Bell OH-58 Kiowa

Le Bell OH-58 Kiowa est un hélicoptère militaire de reconnaissance fabriqué par Bell dérivé du Bell 206. Sa version OH-58D est la version militaire du Bell 407, elle-même dérivée du Bell 206L4. Il entra en service en mai 1969 sous la dénomination OH-58A et fut ensuite maintes fois amélioré. Il est un des hélicoptères les plus polyvalents de l'US Army.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Son armement est extrêmement variable, les versions A et C disposaient d'un minigun M134 tandis que l'OH-58D portait une mitrailleuse M296 dérivé de la mitrailleuse M2 Browning et un pod de 7 roquettes Hydra 70 de série et d'optiques améliorées ; le mat sur la photo au-dessus des pales n'existait pas dans les version A et C, il construit par Boeing est équipé d'une caméra haute-définition, d'un systéme d'imagerie thermique et d'un désignateur laser. La version Kiowa Warrior est quant à elle équipée de quatre missiles AGM-114 Hellfire.

La version D est motorisé par une turbine Rolls-Royce Model 250 de 485kW[1].

Il existe aussi une version de l'OH-58C dépourvue d'optique de reconnaissance équipée de quatre missiles AIM-92 Stinger sous la dénomination OH-58C/S.

Historique[modifier | modifier le code]

Les 375 OH-58D fournit à l'armée de terre américaine ont remplacé les AH-1 Cobra et le OH-58A et C dont les missions de reconnaissance. 120 Kiowas ont été déployés lors de l'opération Liberté irakienne. 29 hélicoptères ont été perdus au cours de la guerre d'Irak. La flotte de Kiowa à atteint 750 000 heures de vol en mission de combat fin 2011.

L'appareil est officiellement retiré du service actif au sein de l'armée américaine courant juin 2015. À titre d'hommage, une formation composée des 22 Kiowa en service du 17e Régiment de cavalerie (en) (3e division d'infanterie) de la base d'Hunter à Savannah à effectuée un dernier vol au-dessus de la Géorgie.

Il est toujours en service à cette date dans plusieurs pays dont l'Arabie saoudite (appareils neufs) et la Croatie et la Tunisie (à qui sont donné des appareils américains retiré du service)[2],[3].

Versions[modifier | modifier le code]

  • OH-58A- Première version entrée en service en mai 1969, pouvant être équipée de la mitrailleuse M134 Minigun.
  • CH-136 Kiowa- D'abord désigné COH-58A par le Canada qui en a acquis 74, il s'agit de la désignation canadienne du OH-58A.
  • OH-58B- Version d'exportation pour l'armée de l'air australienne (RAAF).
  • CAC CA-32- Version produite sous licence du OH-58A en Australie par la Commonwealth Aircraft Company pour la marine australienne et l'armée de terre (RAN et RAA).
  • OH-58C- Version disposant d'un moteur plus robuste, d'un tableau de bord plus grand et du détecteur de radar AN/APR-39.
  • OH-58C/S- Version de l'OH-58C équipée de quatre missiles anti-aériens AIM-92 Stinger.
  • OH-58D- Version améliorée disposant de l'optique de reconnaissance MMS (Mast-Mounted Sight) désigné également Bell 406 Combat Scout.
  • AH-58D Kiowa- OH-58D modifié par la Task Force 118 (4th Squadron,17th Cavalry) pour fournir de l'appui aérien. L'appareil dispose d'un système de contrôle de tir utilisé plus tard comme base pour le Kiowa Warrior. La désignation AH-58D n'est pas officielle mais est couramment utilisée pour désigner cette modification du OH-58D.
  • OH-58D Kiowa Warrior- Version armée de l'OH-58D, pouvant être équipé de missiles antichars AGM-114 Hellfire, de pods de 7 roquettes Hydra 70, de mitrailleuses M296 dérivées de la M2 Browning, ou encore de missiles anti-aériens AIM-92 Stinger.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :