TAURUS KEPD 350

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
TAURUS KEPD 350
Image illustrative de l'article TAURUS KEPD 350
Présentation
Type de missile missile de croisière
Constructeur TAURUS Systems GmbH
Coût à l'unité 950 000 EUR
Déploiement 2005
Caractéristiques
Moteur Williams P8300-15 Turbofan
Masse au lancement 1400 kg
Longueur 5,10 m
Diamètre 1,08 m
Envergure 2,064 m
Vitesse 800 km/h (M 0,80)
Portée 500 km[1]
Altitude de croisière 30–40 m
Charge utile 481 kg, Mephisto (Multi-Effect Penetrator, HIgh Sophisticated and Target Optimised)
Guidage Inertie, topographique, radar et infrarouge, GPS
Précision métrique
Plateforme de lancement avion

Le TAURUS KEPD 350, acronyme pour Target Adaptive Unitary and Dispenser Robotic Ubiquity System / Kinetic Energy Penetrator and Destroyer est un missile de croisière air-sol développé fin 2005 et fabriqué par la société germano-suédoise TAURUS Systems, et utilisé par l'Allemagne, la Corée du Sud et l'Espagne. TAURUS Systems GmbH est une société dont les actionnaires sont LFK (EADS/MBDA) et Saab Bofors Dynamics (en)[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le missile possède des caractéristiques de furtivité et a une portée qui excède 500 km[1]. Le Taurus est propulsé par un moteur turbofan à la vitesse de mach 0,8~0,9 et peut être utilisé sur les avions Tornado, JAS 39 Gripen et F/A-18 Hornet. Les tests ont débuté en 2014 sur la base Allemande de Manching avec l'Eurofighter Typhoon d'essai IPA7, afin de vérifier notamment l'aérodynamique du système avec deux missiles sous voilure[3] mais depuis les essais ne se sont pas poursuivis faute de financements. Des vols d'intégration ont également eu lieu sur Gripen.

La double charge explosive 481 kg est la Mephisto (acronyme pour Multi-Effect Penetrator, HIgh Sophisticated and Target Optimised) se compose d'une charge principale et d'une charge initiale pour assurer la pénétration des casemates, avec un effet de retardement de l'explosion de la charge principale. Le poids du missile est de 1 400 kg pour un diamètre de 1 m. Cette arme permet de frapper l'ennemi en profondeur, quelle que soit la défense aérienne (grâce à ses caractéristiques de furtivité) et à ses possibilité de contre-mesures). Le missile existe uniquement en version air-sol contrairement à ses concurrents TOMAHAWK et SCALP-EG qui existent aussi en version mer-sol.

Taurus exposé à l'ILA air show 2006.

MBDA Deutschland propose aussi une version antinavire[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Opérateurs[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : 600 commandés pour la Luftwaffe pour un coût global de 570 millions d'euros[5]. Les derniers exemplaires ont été livrés en décembre 2010[4]. 300 seront modernisés à raison de 75 par an d'ici 2020[6].

D'autres pays pourraient également commander des TAURUS[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Taurus Systems GmbH » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), whttp://www.taurus-systems.de, consulté le
  2. « Gripen Multi-Role Fighter Aircraft, Sweden », www.airforce-technology.com (consulté le 17 juillet 2007)
  3. Jean-Pierre Husson, « Allemagne:Missile Taurus sur l'Eurofighter Typhoon », RAIDS AVIATION, no 12,‎ , p. 64
  4. a, b et c (en) « Germany receives last Taurus cruise missile » (consulté le 19 décembre 2010)
  5. (en) « EADS N.V. », http://www.eads.com/ (consulté le 11 septembre 2007)
  6. Guillaume Steuer, « DéfenseL'Allemagne modernise ses missiles de croisière Taurus », sur Air et Cosmos,‎ (consulté le 18 février 2014)
  7. (en) http://www.mde.es/dgam/principalesprogramasaym.htm#M3
  8. (es) « El Ejército del Aire incrementa su capacidad operativa con la integración del misil TAURUS en el F-18 » (consulté le 15 juin 2009)
  9. La Corée du Sud va équiper ses chasseurs de missiles européens
  10. « La Corée du Sud réceptionne un premier lot de missiles TAURUS< », sur Air et Cosmos,‎ (consulté le 16 octobre 2016).
  11. « Germany receives last Taurus cruise missile » (consulté le 19 décembre 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]