Saurer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wiktionnaire Pour une définition du mot « saurer », voir l’article saurer du Wiktionnaire.
Adolf SAURER A.G.
logo de Adolf SAURER A.G.
Création 1853
Dates clés
  • 1982, se concentre sur les métiers à tisser
  • 2006, rachat par OC Oerlikon
  • 2013, rachat par Jinsheng Group
Disparition 1982, cessation de fabrication de camions et bus
Fondateurs Franz Saurer
Forme juridique SA
Siège social Arbon Drapeau de la Suisse Suisse
Activité machines industrielles
Produits machines textiles
Société mère Jinsheng Group
Effectif 3.800 (2013)
Site web http://www.saurer.com
Chiffre d’affaires 990 millions CHF (2013)

Saurer AG (anciennement Adolph Saurer AG) est une entreprise suisse fabriquant des machines textiles, auparavant aussi constructeur de camions et autobus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

En 1853, Franz Saurer crée une entreprise de fonderie à Saint-Georgen près de Saint-Gall en Suisse. L'entreprise déménage à Arbon en 1862 et commence, une année plus tard, à développer des machines à broder. En 1888, Saurer fabrique ses premiers moteurs à essence, destinés à l'industrie, comme génératrice mais aussi pour la production agricole. En 1896, la société produit sa première automobile, mais Saurer délaisse ce créneau au début du XXe siècle, pour ne construire que des autobus et des camions.

Le développement international[modifier | modifier le code]

À la mort du fondateur, ses fils Adolph Saurer et Julius Emil Saurer prennent la direction de l'entreprise. En 1903, un camions de 5 tonnes et de 30 chevaux à soupapes latérales opposées est lancé. Trois ans plus tard, ce modèle est équipé de pneus pleins en caoutchouc. En 1905, des camions de 1,5, 2,5 et 3 tonnes apparaissent. À cette époque, les véhicules Saurer gagnent de nombreux prix dans les concours internationaux en Europe.

Stand Saurer, au Salon des véhicules industriels de décembre 1908.
Un car alpin Saurer sur la route du col du Saint-Gothard en 1930

En 1909, Safir Co. à Zurich achète une licence pour construire des camions Saurer et construit le premier moteur Diesel haut régime. Des usines d'assemblage sont installées en Allemagne et en France (Saurer France SA, 1910) pour ces marchés. En parallèle, la compagnie Mack Trucks obtient l'autorisation de construire des camions Saurer, pour l'Amérique du Nord jusqu'en 1918 où l'accord prit fin.

En 1911, un camion Saurer cinq tonnes traverse à pleine charge l'Amérique du Nord. Il est le premier véhicule a réaliser cette traversée continentale[1].

Environ 4000 camions légers à transmission par cardan et camions lourds à transmission par chaînes ont été construits entre 1904 et 1915. Cette production et les innovations qui l'accompagne ont permis à Saurer de remporter 48 prix et médailles à des concours internationaux entre 1907 et 1912[1].

En 1915 débute la construction sous licence des véhicules chez MAN. Ce sont les premiers camions fabriqués par la firme allemande. La licence durera jusqu'en 1918 et deux ans plus tard, MAN introduit sur le marché des camions sous son propre nom. Un camion Saurer cinq tonnes transporte une pièce de fonderie pesant 13 tonnes sur le Mont Wilson en Californie pour la réalisation du plus grand observatoire astronomique du monde[1].

En 1920, à la mort d'Adolph Saurer, c'est son fils Hippolyt qui prend la direction de l'entreprise. En 1929, Saurer achète son rival suisse Berna AG d'Olten et propose, deux ans plus tard des 2, 3, 4, et 5 tonnes. Dans la même période, et jusqu'en 1937, la compagnie fabrique quatre modèles en Angleterre sous le nom de Armstrong-Saurer, à Newcastle upon Tyne dans une usine qui appartient à Sir W. G. Armstrong Whitworth. Les modèles de base étaient :

  • le Defiant, avec un moteur diesel de 4 cylindres,
  • le Dauntless avec un moteur diesel 6 cylindres,
  • le Dominant avec trois essieux,
  • le Samson avec quatre essieux, boîte de vitesse surmultipliée et freins à air comprimé.

En 1925, Saurer avait une concession automobile au Brésil.

En 1934, un nouveau camion, du nom de Type C est inauguré. Ce modèle, à capot et cabine avancée, permet de transporter des charges allant jusqu'à 10 tonnes et sera produit jusqu'en 1963. En 1938, la compagnie présente des véhicules tout-terrains à vocation militaire destinés au transport de pièces d'artilleries.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En tant que motoriste, Saurer produisit durant la guerre plusieurs modèles de moteurs Hispano-Suiza 12Y jusqu'au 12Y-51 pour équiper les Morane-Saulnier fabriqués en Suisse pour les Troupes d'aviations suisses. Le 12Y-31 fut produit sous licence pour équiper les Morane-Saulnier MS.406H/D-3800 [2]. Le moteur Hispano-Suiza 12Y-51 de 1 050 ch fut installé sur le MS.412/D-3801[3]. Un développement local, le Saurer YS-2 de 1 250 ch, vit le jour pour équiper le MS.450/Doflug D-3802[4]. Il devait beaucoup aux premiers prototypes du 12Z. Un dernier dérivé est construit en 1944, le moteur Saurer YS-3 de 1 450 ch et installé sur le prototype Doflug D-3803[5].

Avant et au cours de la Seconde Guerre mondiale, la firme développe également des camions militaires pour l'Armée suisse avec des configurations d'essieux : Saurer M4 4x4, Saurer M6 6x6, et Saurer M8 8x8.

Durant la Shoah, des camions de Saurer Vienne Autriche, (détaché de Saurer Suisse depuis 1937) de type BT 4500 et 5 BHw[6] ont servi à gazer des victimes de Nazis, des modèles spécialement transformés à cette fin (Gaswagen) ayant été livrés à l'armée allemande par la Firme Gaubschat à Berlin[7],[8],[9].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Camion Saurer.

En 1946, Saurer construit des autobus type 6H et 4ZP avec moteur latéral ou en position arrière et d'une transmission à quatre rapports. Dès 1952, Saurer présente un moteur suralimenté avec un compresseur à vis.

Au milieu des années 1950, les nouvelles dispositions règlementaires ajoutées à la demande des utilisateurs de disposer de moteurs plus puissants et moins bruyants, imposent de concevoir des nouveaux moteurs. Ce sera les type DC et DCU dont la puissance variera de 160 à 210 Ch.

En 1956, Saurer, vend son usine française, dont la production est à peine de 528 véhicules annuels (en 1956), à Simca qui la fusionnera dans Unic pour former sa division "Véhicules industriels" baptisée Simca Industries. La gamme Saurer France restera en fabrication jusqu'en 1957.

En 1959, une nouvelle gamme est proposée du nom de Type D, avec deux châssis de base le 20 et le 50, des configurations avec moteurs diesel de 120 et 240 chevaux, toutes roues motrices sont offerts. En 1974, un porteur du nom de 5DF en configuration 8x4, est lancé.

En 1971, Saurer lance son moteur D1KT de 310 Ch. Un turbocompresseur remplace au grand regret des chauffeurs le compresseur à vis.

En 1972, Saurer abandonne la construction de bus. Pour des questions de rationalisation, elle cesse d'utiliser ces propres boîtes à vitesse au profit de boîtes ZF.

En 1973, le moteur D1KT est amélioré pour atteindre 330 CV, c'est le D2KT.

En 1974, Saurer reprend la fabrication d'autobus en étroite collaboration avec le constructeur britano-danois Leyland-DAB (en).

L'année 1976 voit l'arrivée des camions modèles D180 et D230, les deux en 4x2, ainsi que les D290, et D330, de 4x2, 6x2, 6x4 et 8x4.

En 1978, les liens avec Leyland-DAB se faisant plus mince, Saurer réalise avec les PTT le car postal du type RH. Le moteur D4KT-B, dont le couple et la puissance sont atteints à un régime abaissé de 200 tr/min, est présenté.

En 1982, à la surprise générale, la direction générale du groupe Saurer annonce qu'elle va arrêter la fabrication de camions. Toutes les commandes anciennes seront honorées mais les véhicules seront construits par la nouvelle société NAW. les deux plus importants fabricants suisses de camions, Saurer et FBW de Wetzikon s'associent pour former NAW. Deux ans plus tard, la société sera dépecée, le bureau d'études, très lié à IVECO lui reviendra tandis que les ateliers de montage seront rachetés par Mercedes-Benz.

Le dernier camion civil sortit d'usine le 8 décembre 1983 et le dernier véhicule militaire 10DM le 27 février 1986.

En 2013, Saurer AG devient SAURER[modifier | modifier le code]

À partir de 1982, Saurer AG poursuit ses activités dans la seule fabrication de métiers à tisser. La société a été une première fois rachetée en 2006 par le groupe suisse OC Oerlikon, lui-même repris en juillet 2013 par le groupe chinois Jinsheng[10]. Toutes les marques sous lesquelles les métiers à tisser Saurer (rebaptisée SAURER en majuscules) Schlafhorst, Zinser, Allma, Volkmann, Jinsheng & Saurer Embroidery, ainsi que les composants Accotex, Daytex, Fibrevision, Heberlein, Temco & Texparts, sont maintenues.

Véhicules[modifier | modifier le code]

Camions[modifier | modifier le code]

  • A-Type (1918), environ 2700 camions construits
    • Camion-citerne (1923)
  • B-Type (1926), environ 2700 châssis construits
    • 2BH (1925)
    • 3B à 5B (1928), avec moteurs 4 et 6 cylindres BR, BN et BL d’une puissance de 60 à 100 CV
    • LC-2
  • C-Type (1934), environ 22000 camions construits
    • Saurer 2C
    • Saurer 4C
    • Saurer 4M et 6M (1938), véhicules tout-terrain à essieux pendulaires, destinés à la traction de pièces d’artillerie
  • D-Type (1959), châssis de type 20 et 50, moteurs diesel de 120 ou 240 chevaux
    • 2D, 3D, 5D avec moteur D2KT-B 280 cv, (et 5DU, 5DCS) 2DM et 5DM (chiffre = selon le châssis et le poids, M = toutes roues motrices)
    • 4 DM, 4DF camion-citerne (1976)
    • 2DF, S2DF (tracteur a sellette) et 5DF (5DF 6x4 (1973), 5DF 8x4 (1974))(chiffre = selon le poids en charge)
  • D180 et D230 4x2 (1974)
    • D 180 F (camion nacelle)
    • D 230 BN (camion pont-basculant), D 250F
  • D290 et D330 4x2, 6x2, 6x4 et 8x4 (1974)
    • D250 BF 4x4 avec moteur D3KT-B, D290 BF 4x4 avec moteur D3KT-B, D330 BF 4x4 avec moteur D4KT-B (B = Bison (high torque rise), F = cabine avancée à traction intégral) (1982)
    • D 290 F, D 290B (version cabine museau en camion pont-basculant), D 290 BFD, D 290N (pont-basculant)
    • D 330 N, D 330 B, D330 BN

Autobus[modifier | modifier le code]

  • Saurer 2A
  • Type B
    • 2BHP, 3BHP et 3BHPL (1925)
    • Saurer AD
  • Type C, environ 1000 bus construits
    • Saurer Hess 1C (1935)
    • Saurer Hess 2C
    • 3 C-H (H = Hochsitzer (cabine avancée)), moteur CT1D à 6 cylindres, 105 CV, 1 exemplaire en 1937
    • Saurer 4H
    • Saurer 6H (1946), bus à grande capacité
    • Saurer 4ZP (1946), bus à grande capacité
    • Saurer S4C (1948)?
    • Saurer 3CT-1DA (1949)
    • Saurer 2H-Reisewagen (1952)
    • Saurer N2C Alpenwagen II (1954)
    • Saurer L4C Alpenwagen IIIa (1953?)
  • Type D:
    • Saurer 3DUR (D = moteur type D, U = Unterflur (sous-plancher), R = Rechtslenker (conduite à droite))
    • Saurer 3DUX Alpenwagen (1955) (X = châssis en forme de X)
    • Saurer 5DUP (P = Plattform (bus urbain avec plateforme arrière))
    • Saurer 3DUK-50 (1968-1973)(K = Kurswagen (voiture de ligne)), 2,3 mètres de large
    • Saurer 5DUK , 2,50 mètres de large
  • Saurer RH (1978), réalisé avec les PTT (R = Reisewagen (car de tourisme))
  • Saurer RH 525-23 Postkurswagen Typ IV (1978)
  • Saurer RH 580-25 (1980), notamment pour la poste, (carrosserie Hess, Lauber ou Tüscher)
  • Saurer 5K (1981), également une version magasin Migros
  • Saurer SLK

Trolleybus[modifier | modifier le code]

  • Saurer Trolleybus 411LM
  • Saurer Trolleybus 415
  • Saurer Trolleybus GT560
    • GT560 640-25

Véhicules militaires[modifier | modifier le code]

Les véhicules Saurer au sein de l'Armée suisse[modifier | modifier le code]

  • Saurer M6 (de) 2,5 t 6x6: 409 véhicules, en service à partir de 1940 jusqu'à environ 1979, 2 + 20 soldats
    • 16 véhicules radio, en service à partir de 1943
  • Saurer M8 3,5 t 8x8: 77 véhicules (dont le prototype de 1940), en service à partir de 1942 jusqu'en 1976, 2 + 20 soldats
  • Saurer M4 (de) 4x4:
    • Saurer M4 modèle 1946 M 1,5 t: 50 véhicules de 1946 à environ 1985, 2+6 soldats
    • Saurer M4 modèle 1952 M 2,25 t: 396 véhicules de 1952 à environ 1986, 2+8 soldats
  • Saurer 2 CM (de): également fabriqué sous licence par Berna et FBW
  • Saurer 4 CM 5 t 4x4:
    • Camion d'école de conduite (double pédales), en service à partir de 1949 jusqu'en 1978
    • Camion de transport de bois 6,2 t (tracteur et remorque): 9 camions en services à partir de 1958 dans les troupes des sapeurs de chars.
  • Saurer 2DM (de) / Berna 2 VM 4x4 4,9 t: environ 3200 véhicules Saurer en toutes versions et 800 véhicules en toutes versions produit sous licence par Berna, en service à partir de 1964
    • Camion de transport avec treuil
    • Camion avec pont basculant 4.75 t, 50 camions, en service dans les troupes du génie et de sauvetage à partir de 1968, une version pour chasse-neige
    • Camion à benne basculante 5 t Saurer / Berna, 32 camions, en service à partir de 1968
    • Camion avec plate-forme élévatrice 4.5 t Saurer / Berna (arsenaux et places d'arme)
    • Camion-citerne aviation 5 300 l Saurer/ Berna, 20 camions, en service de 1964 à 2009
    • Camion transport de matériel long Saurer / Berna , avec "remorque-essieux" chargeable sur le tracteur, 19 véhicules en service dans les troupes du génie à partir de 1970
    • Camion pour appareil dégivreur de pistes
    • Véhicule de déblaiement neige 4x4 Saurer / Berna / (avec système brosse/aspirateur à balayures/chasse-neige Peter), 31 camions en service à partir de 1971
    • Camion pour chasse-neige/dégivrage 4.9t
    • Camion nettoyage de piste 4x2 Saurer 2 DM / Berna 2 VM / Schörling SV2, 15 camions en service à partir de 1969
    • Camion avec conteneur hélico Alouette III (matériel et tanker 1700 l de kérosène)
  • Saurer D 330 N (de) 6x4: 72 camions avec à benne basculante, en service à partir de 1980 dans les troupes du génie et de sauvetage
  • Autocar Saurer
    • Saurer L4 C Alpenwagen IIIa 4x2: années 1970, à l'origine cars postaux construit pour les PTT.
    • Berna 2H:
  • Saurer 6DM 4x4:
    • Transport: 800 véhicules dont 250 avec treuil, 2+36 soldats sur le pont, en service à partir de 1983
    • Camion de pièces de rechange, en service à partir de 1984 dans les troupes de réparation avec la remorque atelier.
    • Camion d'extinction (canon à eau 3900 l/min, 1900 litres d'eau, 200 l de produit moussant), 21 véhicules de transport modifiés (par Brändle Wil), en service au sein des Forces aériennes à partir de 1988. Un véhicule est en service au sein des pompier de l'aéroport de Sion.
  • Saurer 10DM (de) 6x6:
    • Transport: 300 véhicules dont 100 avec treuil, 2+44 soldats sur le pont, en service à partir de 1983
    • Les troupes du génie et de sauvetage en exploitent plusieurs versions spéciales: véhicule assortiment transport eau, véhicule assortiment incendie, en service à partir de 1983.
    • Camion de pièces de rechange en plusieurs versions, en service à partir de 1983 dans les troupes de réparation avec la remorque atelier.
    • Camion grue: 100 véhicules en service à partir de 1983
    • Camions pour le système de radar TAFLIR en plusieurs versions dont la plateforme radar

Remorques[modifier | modifier le code]

  • Remorque à 1 essieu Saurer
    • Transport
    • Groupe électrogène remorque 15 kVA 380/220 V pour radio SE-403

Véhicules en service au sein de services du feu[modifier | modifier le code]

  • Saurer véhicule de pompier de 1909
  • Saurer tonne-pompe de 1927 (Romanshorn)
  • Saurer véhicule transport personnel et échelle de 1928 (Arbon)
  • Saurer 4B: tonne-pompe de 1929 (Herzogenbuchsee, aérodrome de Zurich)
  • Saurer 4BL: tonne-pompe (Wil)
  • Type C: tonne-pompe (Rorschach), tranport (Berne)
    •  ?: (Gossau 1954)
    • échelle (Spreitenbach 1956, Zurich), tonne-pompe (Zurich)
    • 4C Diesel: tonne-pompe (Zurich)
    • S4C: échelle (Bâle)
    • N4C: échelle (Ardon 1941)
  • Type D: (Emmen)
    • Saurer fourgon: (Bâle puis Neuchâtel dès 1958)
    • Saurer 2DM: camion de pompier (Saint-Gall 1963, GVZ Gebäudeversicherung Kanton Zürich), tonne-pompe (TLF Tanklöschfahrzeug) (Baden, Sargans, Wetzikon[11]), échelle/Autodrehleiter (Einsiedeln, Herisau 1971 - 2004[12], Saint-Gall 1965, Spreitenbach)
    • Saurer 4DM: pionnier (Wetzikon[13])
  • Saurer 5DFS: semi-remorque canon grande puissance mousse (Firmenich à Genève 1968)
  • Saurer ?: transport (Glaris 1968)
  • Saurer ?: Löschfahrzeug (pompiers d'entreprise de Saurer)
  • Saurer 5DF: échelle avec nacelle (Muri BE 1972)
  • Saurer D230: tonne-pompe TLF, (Affoltern am Albis, Arosa (1982))
  • Saurer D290B: tonne-pompe (Amriswil)
  • Saurer D330B
    • 4x4: tonne-pompe (Baden),
    • 6x4: Tanklöschfahrzeug Rosenbauer TLF-F (1976) et camion benne 4x8 (GVZ Gebäudeversicherung Kanton Zürich), plateforme avec grue (Bâle)
  • Saurer 6DM: camion de pompier Löschfahrzeug (GVZ Gebäudeversicherung Kanton Zürich), extinction 16 tonnes de réserve d'eau (1800 l), de mousse (200 l) et de poudre (500 kg) (utilisé par les pompiers de l'aéroport de sion, utilisé avec une remorque de réserve d'eau (15 tonnes) de 12000 (canon à eau/mousse), mise en service en 1985)[14].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans la bande-dessiné «L’Affaire Tournesol», Tintin et le capitaine Haddock empruntent un bus Saurer 3C-H de Swissair. Un modèle réduit de ce bus, avec les héros de la bd, a été produit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Les dates et faits importants, saurer-romandie.ch
  2. Rickard, J. (12 December 2012), Morane-Saulnier M.S.406H/ D-3800, HistoryOfWar.org. - [1]
  3. Rickard, J. (12 décembre 2012), Morane-Saulnier M.S.412/ D-3801, HistoryOfWar.org. - [2]
  4. Rickard, J., 18 décembre 2013, Morane-Saulnier M.S.450, HistoryOfWar.org. - [3]
  5. Rickard, J., 15 juillet 2013, Doflug D-3803, HistoryOfWar.org. - [4]
  6. Nazi Gaz Vans, Rob Arndt, consulté le 2 décembre 2011.
  7. Saurer figure comme exportateur suisse de matériel de guerre vers l'Allemagne p. 189 du Rapport final de La Suisse, le national-socialisme et la Seconde Guerre mondiale.
  8. Contrairement à ce que prétend Claude Lanzmann dans le film Shoah (voir aussi territoires-mémoires.be) et Jean-François Forges dans Éduquer contre Auschwitz, p. 28.
  9. Mathias Beer Les camions à gaz
  10. « Le chinois Jinsheng Group rachète OC Oerlikon’s Natural Fibre and Components »
  11. (de)TLF (Tanklöschfahrzeug), oldtimer-wetzikon.ch.
  12. Autodrehleiter Saurer 1971, feuerwehr-herisau.ch
  13. (de)PIF (Pionierfahrzeug), oldtimer-wetzikon.ch.
  14. Avia 54, pompiers-sion.ch.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Peter-J Davies, L'encyclopédie mondiale des camions, Manise, , 256 p. (ISBN 978-2841982141)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]