Peugue (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Peugue)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peugue.

le Peugue
Illustration
Carte.
OpenStreetMap
Caractéristiques
Longueur 13,5 km
Bassin collecteur la Garonne
Débit moyen (Mérignac)
Nombre de Strahler 3
Organisme gestionnaire syndicat intercommunal des Jalles de Lande à Garonne (SIJALAG)
Régime pluvial
Cours
Source source
· Localisation Pessac
· Altitude 51 m
· Coordonnées 44° 47′ 09″ N, 0° 42′ 06″ O
Confluence Garonne
· Localisation Bordeaux
· Altitude m
· Coordonnées 44° 50′ 33″ N, 0° 33′ 58″ O
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Les Ontines
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Cantons Pessac-1, Pessac-2, Mérignac-1,Mérignac-2 Bordeaux-8, Bordeaux-4, Bordeaux-3
Régions traversées Nouvelle-Aquitaine
Principales localités Pessac, Mérignac, Bordeaux

Sources : SANDRE:« O9720500 », Géoportail

Le Peugue est une rivière française du département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine, affluent de la Garonne.

Géographie[modifier | modifier le code]

De 13,5 kilomètres de longueur[1], il prend sa source dans la commune de Pessac, à 51 mètres d'altitude[2] au lieu dit « bois des sources du Peugue »[3].

Après un parcours globalement du sud-ouest vers le nord-est[4], son cours sert de frontière entre Mérignac (au nord) et Pessac (au sud)[5].

Le Peugue conflue en rive gauche de la Garonne, au centre de Bordeaux en aval immédiat du pont de pierre[6].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de la Gironde, le Peugue traverse trois communes[1] et sept cantons :

Soit en termes de cantons, le Peugue prend source dans le canton de Pessac-1, traverse les canton de Pessac-2, canton de Mérignac-1, canton de Mérignac-2 canton de Bordeaux-8, canton de Bordeaux-4 et conflue canton de Bordeaux-3, le tout dans le même arrondissement de Bordeaux.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Bordeaux Métropole s'occupe de la gestion de ce cours d'eau.

Affluents[modifier | modifier le code]

Les Ontines sur la commune de Mérignac

Le Peugue a deux affluents référencés[1] :

  • le Bras du Peugue (rive gauche), un kilomètre sur la commune de Pessac ;
  • les Ontines (rive gauche), 5,7 kilomètres, sur les deux communes de Bordeaux et Mérignac qui a lui-même un affluent, le ruisseau du Pas de l'Âne (rive droite), 1,2 kilomètre sur la commune de Mérignac.

Donc son rang de Strahler est de trois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Peugue et la Devèze en 1756, Cassini.

Avec la Devèze, il formait un delta marécageux, qui fut creusé par les Romains au Ier siècle apr. J.-C., pour en faire un port (qui se situait sous l'église Saint-Pierre).

Autrefois le Bois des Sources du Peugue s’est formé, à une époque indéfinie, sur un site pessacais dénommé « Le Domaine des Anguilles ». En effet, après un long périple depuis l’océan Atlantique, plus exactement depuis la mer des Sargasses, ces anguilles, venant de loin, arrivaient jusqu’au Peugue, remontaient jusqu’à sa source, pour rejoindre enfin les bassins circulaires environnants, les lagunes, et constituant ainsi de véritables viviers.

Des dunes de sable se formèrent le long des rives du Peugue et tout le long de son cours, permettant, au XIXe siècle, l’exploitation de verreries telle que celle du Vallon.

Le Peugue était le canal de la mer signalé par les rôles gascons (documents officiels d’actes ou titres).

Dans Bordeaux, l'axe du Peugue a été transformé fin du XIXe siècle pour la création d'une rue la voie du Peugue, aujourd'hui devenue le cours Alsace-Lorraine[7].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot d’origine latine pelagus signifiant eaux débordées d’une rivière, a donné peugue en gascon. Il est ainsi resté dans la langue moderne avec le sens de « pleine mer », « le large »[8].

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

Sur son cours, des moulins étaient implantés : moulin d'Arles, moulin de Noès[9].

Du fait de sa situation géographique, le Peugue a favorisé l'installation du Centre hospitalier spécialisé Charles-Perrens au XIXe siècle.

Le Peugue a été jugé inapte à accueillir des espèces migratoires à cause de nombreux obstacles infranchissables pour les anguilles, les lamproies, les flets ou les mulets[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Peugue (O9720500) » (consulté le 12 avril 2013)
  2. « Source du Peugue » sur Géoportail (consulté le 12 avril 2013).
  3. « Sources du Peugue », sur http://www.pessac.fr, Ville de Pessac (consulté le 12 avril 2013)
  4. Géoportail, « Géoportail », IGN, (consulté le 5 mars 2013)
  5. « Le Peugue à colin-maillard », sur http://www.sudouest.fr, Sud-ouest 19 aout 2011 à 6h00 (consulté le 12 avril 2013)
  6. « PLU Bordeaux métropole - Bassin du Peugue aval » [PDF], sur bordeaux-metropole.fr,
  7. « La voie du Peugue », sur http://archives.gironde.fr, Archives départementales de la Gironde (consulté le 12 avril 2013)
  8. Jacques Clémens, Président des Amis des Vieux Papiers de Pessac, « Peugue, hydronyme girondin », sur Si le Peugue m'était conté..., Fédération des quartiers de Pessac, (consulté le 13 août 2016).
  9. « Mais ou a disparu le Peugue », sur http://perso.numericable.fr/arts-et-l/arts-loisirs-arlac, Arts et loisirs d'ARLAC 33700 Mérignac (consulté le 12 avril 2013)
  10. « Etude des potentialités piscicoles des affluents de l’estuaire : cas des migrateurs amphihalins (anguille européenne, lamproies marine et fluviatile, mulets et flet) » [archive du ], DREAL Limousin (consulté le 13 août 2016)