Riberot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Riberot
Illustration
Le Ribérot en amont de la Maison du Valier
Caractéristiques
Longueur 13,8 km [1]
Bassin [1]
Bassin collecteur la Garonne
Régime nivo-pluvial
Cours
Source Pyrénées
· Coordonnées 42° 47′ 03″ N, 1° 03′ 22″ E
· Localisation "Bacher" Les Bordes-sur-Lez
· Coordonnées 42° 53′ 00″ N, 1° 01′ 01″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Ariège
Régions traversées Occitanie

Sources : SANDRE, Géoportail

Le Riberot est une rivière du sud-ouest de la France, dans le département de l'Ariège et un sous-affluent de la Garonne par le Lez et le Salat. Sa vallée est connue pour conduire au refuge des Estagnous, au pied du mont Valier (2 838 m), la montagne emblématique du Couserans.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du mot «riberot» (prononcer "ribérotte") est limpide : il s'agit d'un mot occitan gascon (correctement orthographié «riberòt») et qui signifie simplement «petite rivière».

Géographie[modifier | modifier le code]

De 13,8 km de longueur[1], le Riberot prend sa source dans les Pyrénées en Ariège et se jette dans le Lez au lieu-dit "Bacher", au village des Bordes-sur-Lez.

Prenant sa source sur la commune, à la frontière espagnole, il forme l'Étang Long (2 125 m) puis l'Étang Rond (1 931 m), avant de se déverser sous la forme de la Cascade de Nérech (1 352 m au pied de la cascade). Puis il s’écoule sous la forme d'une rivière ou d'un petit torrent jusqu'à Bacher (611) où il se jette dans le Lez.

Département et commune traversée[modifier | modifier le code]

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

  • Ruisseau de Peyralade : 4,2 km
  • Le Muscadet : 2,2 km
  • Le Trapech : 2,9 km
  • Ruisseau de Lazié : 2,2 km

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Riberot (O0430500) » (consulté le 3 février 2014)