Thoré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

le Thoré
Illustration
Le Thoré à 500 m de sa confluence avec l’Agout.
Caractéristiques
Longueur 61,7 km [1]
Bassin 608 km2 [1]
Bassin collecteur la Garonne
Débit moyen 15,9 m3/s (Labruguière)
Régime pluvial
Cours
Source Massif central
Montagne noire
· Localisation Verreries-de-Moussans
· Coordonnées 43° 26′ 25″ N, 2° 43′ 15″ E
Confluence l'Agout
· Localisation Castres
· Coordonnées 43° 34′ 53″ N, 2° 13′ 02″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Hérault
Tarn
Régions traversées Occitanie

Sources : SANDRE:« O43-0400 », Géoportail, Banque Hydro

Le Thoré est une rivière du sud de la France qui coule dans les départements de l'Hérault et du Tarn. C'est un affluent de l'Agout en rive gauche, donc un sous-affluent de la Garonne par le Tarn

Géographie[modifier | modifier le code]

De 63,7 km de longueur[1], le Thoré prend sa source dans la Montagne noire en Haut-Languedoc commune de Verreries-de-Moussans Hérault et il arrose la ville de Mazamet avant de se jette dans l'Agout entre les communes de Castres et de Navès dans le département du Tarn

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

  • L'Arn : 55,7 km
  • L'Arnette : 26,5 km
  • Le Rieuvergnet : 5,9 km
  • Ruisseau de Candesoubre : 16,2 km
  • Ruisseau de Peyreillès : 7,8 km
  • Ruisseau d'Issalès : 10,5 km
  • Ruisseau d'Aussillon : 6,7 km
  • Ruisseau de Nartaud : 6,4 km
  • Ruisseau de Merlaussou : 6,3 km
  • Ruisseau de Rieubon : 7 km
  • Ruisseau de Courbas : 6,7 km
  • Ruisseau d'Aiguefonde : 6,1 km
  • Ruisseau d'Aupillac : 8,2 km
  • Ruisseau de la Resse : 8,3 km
  • Ruisseau de Montibont : 8,4 km

Tang de Strahler[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Thoré est une rivière abondante mais fort peu régulière, à l'instar de ses voisines issues de la région de la Montagne noire et des Cévennes.

Le Thoré à Labruguière[modifier | modifier le code]

Son débit a été observé durant 33 ans (1967-1999), à Labruguière, localité du département du Tarn située peu avant son confluent avec l'Agout[2]. La surface ainsi étudiée est de 550 km2, soit 90 % de la totalité du bassin versant de la rivière qui en fait 608.

Le module de la rivière à Labruguière est de 15,9 m3/s[2].

Le Thoré présente des fluctuations saisonnières de débit fort marquées, comme très souvent dans le bassin du Tarn. Les hautes eaux se déroulent en hiver et au début du printemps, et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 18,6 à 30,4 m3/s, de décembre à mai inclus (avec un maximum assez net en février). À partir du mois de mars cependant, le débit diminue progressivement (18,6 m3/s en mai), puis chute de manière importante en juin (9,65 m3/s) ce qui mène aux basses eaux d'été qui ont lieu de juillet à septembre inclus, entraînant une baisse du débit mensuel moyen jusqu'à 3,13 m3/s au mois d'août. Mais ces moyennes mensuelles ne sont que des moyennes et cachent des fluctuations bien plus prononcées sur de courtes périodes ou selon les années.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : O4394010 - le Thoré à Labruguière pour un bassin versant de 550 km2[2]
(Données calculées sur 33 ans)
Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Aux étiages, le VCN3 peut chuter jusqu’à 0,940 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, ce qui ne peut être qualifié de sévère.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être très importantes, compte tenu de la petitesse relative du bassin versant. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 140 et 210 m3/s. Le QIX 10 est de 260 m3/s, le QIX 20 de 300 m3/s, tandis que le QIX 50 se monte à pas moins de 360 m3/s. Ces valeurs sont nettement moins élevées que celles qui prévalent sur le versant méditerranéen des Cévennes (Orb, Hérault, Gardon etc) ou de la Montagne noire (Orbiel par exemple).

Le débit instantané maximal enregistré à Labruguière a été de 544 m3/s le 7 décembre 1996, tandis que la valeur journalière maximale était de 265 m3/s le 17 décembre 1995. Si l'on compare la première de ces valeurs à l'échelle des QIX de la rivière, l'on constate que cette crue était largement supérieure au QIX 50, et probablement bien plus que centennale, dans tous les cas très exceptionnelle.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

Le Thoré est une rivière très abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 916 millimètres annuellement, ce qui est près de trois fois supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, et aussi largement supérieur à la moyenne du bassin de la Garonne (384 millimètres par an) et de l'Agout (565 millimètres par an). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint de ce fait le chiffre très élevé de 28,9 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Ressource relative à la géographie : SandreVoir et modifier les données sur Wikidata