Selves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Selve.
la Selves
Illustration
La Selves au "Combayre" - 5 km en aval du Village de Laguiole.
Caractéristiques
Longueur 44,5 km [1]
Bassin 200 km2 [1]
Bassin collecteur la Garonne
Débit moyen 6,4 m3/s (A sa confluence) [2]
Régime pluvial
Cours
Source Massif central
· Localisation Laguiole
· Altitude 1 330 m
· Coordonnées 44° 42′ 04″ N, 2° 55′ 48″ E
Confluence la Truyère
· Localisation Entraygues-sur-Truyère
· Coordonnées 44° 40′ 28″ N, 2° 34′ 30″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Aveyron
Régions traversées Occitanie

Sources : SANDRE:O7780500, Géoportail, Banque Hydro

La Selves est une rivière française du Massif central qui coule dans le département de l'Aveyron. C'est un affluent de la Truyère en rive gauche, donc un sous-affluent de la Garonne par le Lot.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Lac des Galens

La Selves, longue de 44,5 km[1], prend sa source dans l'Aveyron sur le revers ouest plateau de l'Aubrac sur la commune de Laguiole à 1 330 mètres d'altitude, affluent de la Truyère (rive gauche) dans le lac du barrage de Couesques commune d'Entraygues-sur-Truyère.

Elle traverse le lac des Galens, un petit lac de 50 hectares, avec ses berges en pente douce et ses barques de pêcheurs qui se situe à Soulages-Bonneval au pied de la la Montagne de Crestou. Le barrage-réservoir de Maury, au confluent de la Selves et du Selvet, alimente l'usine de Lardit, sur la Truyère. La centrale EDF, du type « lac », a un réservoir d'une capacité utile de 35,12 millions de mètres cubes. La puissance installée est de 45 080 kW et la productibilité moyenne annuelle de 107 millions de kilowatts-heures.

Département et communes traversés[modifier | modifier le code]

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

  • Ruisseau de la Nuech : 4,9 km
  • Ruisseau du Vayssaire : 9,3 km
  • Ruisseau de Rudignous : 3,7 km
  • Ruisseau de Maganiou : 7,2 km
  • Ruisseau de la Roque : 3 km
  • Le Selvet : 25,7 km

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Selves est une rivière très abondante mais irrégulière, à l'instar de ses voisines de la région.

La Selves à Campouriez[modifier | modifier le code]

Son débit a été observé sur six ans (entre 1935 et 1940), à Campouriez, localité située tout près de son confluent avec la Truyère[2]. La surface étudiée est de 189 km2, soit la quasi-totalité du bassin versant de la rivière.

Le module de la rivière à Campouriez était de 6,39 m3/s.

La Selves présente des fluctuations saisonnières de débit bien marquées. Les hautes eaux se déroulent en hiver et au printemps, et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 9,27 à 12,02 m3/s, de décembre à avril inclus (avec un maximum en février). À partir du mois de mai, le débit baisse rapidement jusqu'aux basses eaux d'été qui ont lieu de juin à octobre, entraînant une baisse du débit mensuel moyen atteignant 1,17 m3/s au mois d'août. Mais ce ne sont que des moyennes et les fluctuations sont bien plus prononcées sur de courtes périodes ou selon les années.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : O7685010 - LA Selves à Campouriez pour un bassin versant de 189 km2[2]
(Données calculées sur 6 ans de 1935 à 1940)

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues de la Selves peuvent être importantes, proportionnellement bien sûr à la taille de son bassin versant. La série des QIX n'ont jamais été calculés, étant donnée la trop courte durée d'observation des débits.

Le débit journalier maximal enregistré à Campouriez a été de 205 m3/s le 7 décembre 1937.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La Selves est une rivière fort abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 1 066 millimètres annuellement, ce qui est supérieur à trois fois la moyenne d'ensemble de la France (320 mm/an). C'est bien sûr aussi largement supérieur à la moyenne du bassin de la Garonne (384 mm/an). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 33,8 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Pêche[modifier | modifier le code]

La Selves est un cours d'eau de première catégorie[3]. On y rencontre la truite fario le vairon, le goujon et le chevesne dans ses parties basses[3], alors que la controversée écrevisse de Californie est aussi présente.

Art[modifier | modifier le code]

La Selves et ses rives boisées ont été l'une des principales sources d'inspiration de la série de toiles Le Pays vert du peintre Jean Labellie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - La Selves (O7780500) » (consulté le 14 décembre 2013)
  2. a, b et c Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Selves à Campouriez (O7685010) » (consulté le 1er novembre 2014)
  3. a et b « Pêche en Viadène - La Selves », sur pecheviadene.weebly.com (consulté le 22 février 2016)