Volp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
le Volp
Le Volp au pont du diable.le Volp sur Commons
Le Volp au pont du diable.
Caractéristiques
Longueur 40,3 km [1]
Bassin 137 km2 [1]
Bassin collecteur Garonne
Débit moyen 1,02 m3/s (Montberaud) [2]
Régime pluvio-nival
Cours
Source source
· Localisation Lescure
· Altitude 545 m
· Coordonnées 43° 01′ 36″ N 1° 15′ 44″ E / 43.0267, 1.2621 (Source - le Volp)
Confluence Garonne
· Localisation Gensac-sur-Garonne
· Altitude 234 m
· Coordonnées 43° 12′ 24″ N 1° 06′ 34″ E / 43.2068, 1.1095 (Confluence - le Volp)
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Ariège, Haute-Garonne
Arrondissements Saint-Girons, Muret
Cantons Couserans Est, Portes du Couserans, Cazères, Auterive
Régions traversées Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Sources : SANDRE:« O06-0400 », Géoportail, Banque Hydro

Le Volp est une rivière du sud-ouest de la France, dans les deux départements de l'Ariège et de la Haute-Garonne, en "nouvelle hyper" région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et un affluent droit de la Garonne.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom viendrait des Volques[note 1] Tectosages (Toulouse) dont il représentait peut-être la limite méridionale. Le Volp est sans doute à l'origine du petit pays de Volvestre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il prend sa source dans l'Ariège, sur la commune de Lescure entre les quatre lieux-dits Montassés, la ferme Cabos, Plapourque et la Bousigues, à l'ouest de Clermont, à 545 m d'altitude[3].

Son cours est globalement du sud-est vers le nord-ouest[4].

Il se jette dans la Garonne en face et à l'aval de Cazères (Haute-Garonne), au nord de la commune de Saint-Christaud, sur la commune de Gensac-sur-Garonne, à 234 m d'altitude[5].

Sa longueur est de 40,4 km[1].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans les deux département de l'Ariège et de la Haute-Garonne, Le Volp traverse les douze communes[1] suivantes (huit en Ariège et quatre en Haute-Garonne), de l'amont vers l'aval, de Lescure (source), Montesquieu-Avantes, Montjoie-en-Couserans, Contrazy, Montardit, Mérigon, Sainte-Croix-Volvestre, Fabas, Montberaud, Le Plan, Saint-Christaud, Gensac-sur-Garonne (confluence).

Soit en termes de cantons, le Volp prend source dans le canton du Couserans Est, traverse les canton des Portes du Couserans, canton de Cazères, conflue dans le canton d'Auterive, le tout dans les arrondissement de Saint-Girons et arrondissement de Muret.

Toponyme[modifier | modifier le code]

L'hydronyme du Volp est sans doute à l'origine du petit pays de Volvestre, composant de la commune de Sainte-Croix-Volvestre.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Le Volp traverse les cinq zones hydrographiques O060, O061 O062, O063, O064, pour une superficie totale de 137 km2[1]. Ce bassin versant est constitué à 50,62 % de « territoires agricoles », à 48,95 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 0,21 % de « territoires artificialisés », à 0,05 % de « surfaces en eau »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Volp a cinquante-trois tronçons affluents référencés[1] dont :

  • la Bergère ou le Baumet : 7,7 km
  • Ruisseau de la Forêt : 4,4 km
  • Riou Bedet : 4,9 km
  • Ruisseau de la Quère : 5,1 km
  • Ruisseau de la Boussège : 11,2 km

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Volp à Montberaud[modifier | modifier le code]

Une station hydrologique est en service à Montberaud depuis le (48 ans) pour un bassin versant de 91 km2 et à 274 m d'altitude[2].

Le module ou moyenne annuelle de son débit est à Montberaud de 1,01 m3/s[2].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : O0624010 - Le Volp à Montberaud pour un bassin versant de 91 km2 et à 274 m d'altitude[2]
(le 08-04-2016 - données calculées sur 49 ans de 1968 à 2016)
Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, ou débit minimal du cours d'eau enregistré pendant trois jours consécutifs sur un mois, en cas de quinquennale sèche s'établit à 0,044 m3/s[note 2],[2].

Crues[modifier | modifier le code]

Sur cette période d'observation, le débit journalier maximal a été observé le pour 57,70 m3/s. Le débit instantané maximal a été observé le [note 3] avec 140,0 m3/s en même temps que la hauteur maximale instantanée de 414 cm soit 4,14 m[2].

Le QIX 2 est de 47 m3/s, le QIX 5 est de 70,0 m3/s, le QIX 10 est de 85,0 m3/s, le QIX 20 est de 99,0 m3/s et le QIX 50 est de 120,0 m3/s[2].

L'alimentation pluviale explique les sautes de son débit, les crues brutales lors d'orage qui peuvent prendre, parfois, un caractère catastrophique.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 350 millimètres annuellement, ce qui est un peu supérieur à la moyenne en France, à 300 mm/an. Le débit spécifique (Qsp) atteint 11,1 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. selon les fluctuations entre p et q que l'on observe dans les langues celtiques.
  2. un peu plus de quatre pour cent du module à 1,010 m3/s
  3. à 10h00

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Volp (O06-0400) » (consulté le 15 octobre 2013)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Volp à Montberaud [Sainte-Croix-Volvestre] (O0624010) » (consulté le 17 avril 2016)
  3. Source du Volp sur Géoportail (consulté le 17 avril 2016).
  4. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 17 avril 2016)
  5. Confluence du Volp avec la Garonne sur Géoportail (consulté le 17 avril 2016).