Napoléon Ier au cinéma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Albert Dieudonné dans le rôle de Napoléon Bonaparte dans Napoléon d'Abel Gance (1927).

Napoléon Ier au cinéma concerne les représentations de ce dernier dans des productions cinématographiques depuis les années 1890.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le personnage de Napoléon Bonaparte, devenu l'empereur Napoléon Ier, qui règne entre 1804 et 1815 a été interprété par de nombreux acteurs dans des films historiques, de comédies ou d’œuvres uchroniques. Parmi les films les plus marquants, ceux d'Abel Gance Napoléon et Austerlitz, le Napoléon de Sacha Guitry, et le Waterloo de Serge Bondartchouk. Parmi les acteurs représentatifs, hormis Albert Dieudonné, Raymond Pellegrin ou Marlon Brando, Émile Drain occupe une place particulière en étant l'acteur qui a le plus souvent interprété Napoléon au cinéma[1]. À la télévision, plusieurs téléfilms et séries lui ont été consacrées, dont celle d'Yves Simoneau, diffusée en 2002, avec dans le rôle-titre Christian Clavier.

Selon l'historien et critique de cinéma Antoine de Baecque, « avec plus de 700 apparitions de Napoléon sur le grand écran […] et à peu près 350 à la télévision, l'Empereur est l'un des personnages historiques les plus représentés sur les écrans ». Des projets ambitieux, portés par de grands réalisateurs ont été envisagés, mais n'ont pas abouti, comme Charlie Chaplin, Peter Jackson ou encore Stanley Kubrick, ce dernier s'étant lancé dans de vaste recherches (15 000 photos pour les lieux de tournages à travers l'Europe, 17 000 images relatives à Napoléon et même confection de centaines de costumes avant d'être freiné par la MGM et United Artists)[1].

Liste de films[modifier | modifier le code]

Débuts du cinéma[modifier | modifier le code]

Entre-deux guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1970[modifier | modifier le code]

Dessins animés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Antoine de Baecque, « Monstre de cinéma », L'Histoire no 401, juillet-août 2014, p. 110.

Lien externe[modifier | modifier le code]