Scaramouche (film, 1952)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scaramouche.
Scaramouche
Description de cette image, également commentée ci-après

Stewart Granger dans le rôle-titre

Titre original Scaramouche
Réalisation George Sidney
Scénario Ronald Millar
George Froeschel
Acteurs principaux
Sociétés de production Loew's
Metro-Goldwyn-Mayer
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film d'aventure
Durée 115 minutes
Sortie 1952

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Janet Leigh et Stewart Granger
Eleanor Parker et Stewart Granger
Janet Leigh et Mel Ferrer
Eleanor Parker, Henry Wilcoxon et Janet Leigh
Nina Foch

Scaramouche est un film américain réalisé par George Sidney, sorti en 1952.

Synopsis[modifier | modifier le code]

André Moreau, aventurier fantasque et volage, reçoit mission de protéger Philippe de Valmorin, comme un jeune frère pour lui. Philippe, pourtant aristocrate, s'est mis ses pairs et la royauté à dos en rédigeant sous le nom de Marcus Brutus des pamphlets qui appellent au soulèvement du peuple. Noël de Maynes, bretteur redouté, secrètement épris de la reine, a juré d'éliminer ce trublion. Une rencontre fortuite le lui permet. Philippe, inexpérimenté, succombe sous la lame terrifiante du marquis. Témoin, Moreau se découvre un sentiment inconnu : la haine. Mais lui-même n'a jamais porté l'épée. Il se tourne alors vers Doutreval, maître d'armes du marquis mais parfaitement rallié à la cause de ... Marcus Brutus. Recherché, Moreau se cache sous le masque de Scaramouche au cœur de la troupe de Gaston Binet, illuminée celle-ci par Léonore, l'amante de toujours de Moreau. Mais si la troupe connaît, grâce à cette nouvelle recrue, un succès grandissant qui la fait réclamer jusqu'à Paris, André Moreau, lui, a le cœur enfin pris par Aline de Gavrillac, jeune protégée de la reine qui ambitionne son union avec le beau marquis de Maynes. André ne peut se déclarer à Aline car il vient récemment d'apprendre que son vrai père s'appelait Gavrillac. Désormais reconnu comme une lame admirable, André recherche De Maynes qui lui échappe encore et encore grâce aux complots complices de Léonore, Aline et de la reine elle-même qui tient à préserver le nom des De Maynes. Au cours d'une représentation théâtrale, Scaramouche jette le masque face à son ennemi. Les deux hommes s'affrontent avec une rage accomplie. Vaincu, De Maynes ne réclame pas grâce mais André ne peut se résoudre à le tuer. Valmorin père lui explique alors que Gavrillac n'était pas son père mais qu'il couvrait de son nom la faute du vrai père d'André : De Maynes. Noël est donc le demi-frère d'André ! Ce lien remplace celui qu'il croyait partager avec Aline . Les deux jeunes gens peuvent enfin se marier... Léonore, sur son balcon les salue au passage et se tourne vers son nouveau compagnon qui ressemble à s'y méprendre à certain Napoléon Bonaparte...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs non crédités :

Commentaire[modifier | modifier le code]

Ce film est connu pour le très spectaculaire duel final entre Scaramouche et le marquis, le plus long de l'histoire du cinéma (7 minutes). André Moreau vainc le marquis de Maynes mais ne peut se résoudre à le tuer. Il apprendra un peu plus tard que Noël de Maynes est en réalité son demi-frère !

Le cadre historique de la France à la fin de l'Ancien Régime, tel qu'imaginé par Hollywood peut faire sourire... Inutile de chercher la moindre trace de vérité (ou même de vraisemblance) historique. Un gentilhomme ne se bat pas en duel avec un roturier et les députés à l'Assemblée avaient de toute façon autre chose à faire. On a même droit à l'apparition de Napoléon Bonaparte à la fin du film. Tout cela en fait n’a aucune importance : c'est de la pure distraction, du cinéma hollywoodien de la grande époque, qu’il convient d’apprécier en tant que tel. Pour beaucoup de cinéphiles, Scaramouche demeure le plus beau film de cape et d’épée jamais tourné.

La grâce de Mel Ferrer tient tout à la fois à ses réels talents d'escrimeur et à sa formation de danseur reçue à Broadway.

Lewis Stone, ici père de philippe de Valmorin, incarnait, dans la version muette, trente ans lus tôt... le marquis De Maynes.

Robert Coote, ici Gaston Binet, avait déjà été pour George Sydney, le plus improbable de tous les Aramis de l'histoire du cinéma.

DVD[modifier | modifier le code]

  • Le film est sorti chez Warner Home Vidéo France sous deux éditions :

- Edition collector coffret 2 DVD sous fourreau cartonné le au format 1.33:1 plein écran en français et anglais 2.0 mono avec sous-titres français sur le premier disque. Sur le second disque un Documentaire sur le film (52’) ; Rétrospective avec Mel Ferrer ; Cartoon MGM et une Bande-annonce [1] (*).

- Edition simple le toujours avec les mêmes spécificités techniques et sans bonus [2].

(*) Il est à noter que la version de 1923 muette sous-titrée en français d'une durée de h 4 est présente dans l'édition collector bien qu'elle ne soit pas inscrite sur la jaquette du fourreau cartonné.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]