Thomas Langmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Langmann.
Thomas Langmann
Description de cette image, également commentée ci-après
Thomas Langmann en 2012 à la 37e cérémonie des César.
Naissance (47 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession Producteur
Acteur
Réalisateur
Scénariste
Films notables Comme acteur :
Les Années sandwiches
Comme producteur :
Astérix aux Jeux olympiques
L'Instinct de mort / L'Ennemi public n° 1
The Artist

Thomas Langmann, né le à Paris, est un producteur de cinéma, acteur, réalisateur et scénariste français. Il a notamment produit The Artist.

Il est le fils du producteur et réalisateur Claude Berri, le frère de l'acteur Julien Rassam, le neveu des producteurs Jean-Pierre Rassam et Paul Rassam et le cousin du producteur Dimitri Rassam.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et famille[modifier | modifier le code]

Thomas Langmann est le fils du producteur et réalisateur Claude Berri, issu d'une famille juive ashkénaze, et d'Anne-Marie Rassam, issue d'une famille chrétienne de la bourgeoisie libanaise[1]. Il est le neveu des producteurs Jean-Pierre Rassam et Paul Rassam[2]. Son frère Julien Langmann, décédé en 2002, était acteur sous le nom de Julien Rassam ; il a un demi-frère, Darius, doctorant en philosophie[3].

Révélation critique en tant qu'acteur (années 1990)[modifier | modifier le code]

Après des études à l'École des Roches, Thomas Langmann fait, dans son enfance, une première apparition en tant qu'acteur dans le film Je vous aime, réalisé par son père. Il poursuit ensuite une carrière de comédien, accédant directement aux premiers rôles. À l'âge de 17 ans, il tient la vedette du film Les Années sandwiches, qui lui vaut une nomination au César du meilleur espoir masculin[2]. Dans Bille en tête, il interprète un adolescent qui tente de séduire une femme mariée, interprétée par Kristin Scott-Thomas. On le voit en 1991 dans les rôles principaux des films Nuit et Jour, de Chantal Akerman, et Paris s'éveille, réalisé par Olivier Assayas. Ce dernier rôle lui vaut une seconde nomination au César du meilleur espoir masculin[1].

Au cours des années 1990, Thomas Langmann raréfie sa présence devant la caméra, puis abandonne le métier d'acteur pour celui de producteur. D'abord collaborateur de son père, il vole ensuite de ses propres ailes en créant à 24 ans sa propre société de production, La Petite Reine (en référence à Renn Productions, la société de son père)[2],[4].

Percée en tant que producteur (années 2000)[modifier | modifier le code]

Ses premières productions sont des comédies populaires : Le Boulet, d'Alain Berbérian (2001) et Double Zéro, de Gérard Pirès (2002). Mais les deux films sont des échecs critiques.

Cependant, parallèlement, il collabore avec son père en tant que producteur associé sur Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, un énorme succès critique et commercial de l'année 2002.

Le producteur enchaîne avec des comédies cette fois plus personnelles et expérimentales : en 2005 Foon, de Les Quiches, et en 2007Steak, de Quentin Dupieux. Mais ces deux films déçoivent commercialement. En 2006, il est en revanche producteur associé sur un succès critique et commercial, Nos jours heureux, seconde réalisation d'Éric Toledano et Olivier Nakache.

L'année 2008 lui permet de défendre deux gros projets, lui valant d'être considéré en France comme un « poids lourd du 7e art »[3] : tout d'abord le polar en deux parties L'Instinct de mort et L'Ennemi public no 1. Réalisé par Jean-François Richet et consacré au gangster Jacques Mesrine, incarné par Vincent Cassel, ce diptyque vaut à Langmann le prix Daniel Toscan du Plantier 2009, décerné en marge des César du cinéma.

Parallèlement, sort le blockbuster comique Astérix aux Jeux olympiques, l'un des plus gros budgets de l'histoire du cinéma français. Langmann produit, mais aussi co-écrit et co-réalise lui-même cette suite avec Frédéric Forestier, et confie chaque rôle du film à une personnalité médiatique. Le film coûte 78 millions d'euros et réunit plus de 6 millions de spectateurs français, quand le précédent opus signé Alain Chabat coûte 50,3 et réunit 14 millions de français. Par ailleurs, les critiques sont très mauvaises.

Consécration et confirmation (2011-2012)[modifier | modifier le code]

Le producteur de The Artist au déjeuner des nommés des César du cinéma 2012.

En 2009, il travaille sur un projet expérimental de Xavier Gens, Vanikoro, qui ne se concrétisera pas. En revanche, il produit en 2010 une comédie potache avec José Garcia, Le Mac, qu'il co-écrit, et dont la réalisation est confiée à Pascal Bourdiaux.

L'année 2011 marque un second tournant de sa carrière de producteur : sort le remake, La Nouvelle Guerre des boutons, dont il confie la réalisation à Christophe Barratier et parvient à réunir un casting de stars autour des enfants : Laetitia Casta, Guillaume Canet, Kad Merad, Gérard Jugnot et Marie Bunel. Le film bat de peu la version sortie la même année réalisée par Yann Samuell.

Mais surtout, il accède à la reconnaissance critique avec un projet risqué : un film en noir et blanc intitulé The Artist, réalisé par Michel Hazanavicius. Grand succès international, ce film remporte l'année suivante l'Oscar, le BAFTA et le César du meilleur film ainsi que le Golden Globe de la meilleure comédie.

La même année, la comédie dramatique Mon père est femme de ménage, première réalisation de la romancière Saphia Azzeddine, passe inaperçu dans les salles, malgré le prix du public au Festival international du film de comédie de l'Alpe d'Huez et la présence de François Cluzet en tête d'affiche.

En 2012, il produit un projet ouvertement commercial, la comédie populaire Stars 80, qu'il co-réalise avec Frédéric Forestier. Comme Astérix 3, le film est un joli succès commercial, à défaut de convaincre la critique.

Projets récents (depuis 2013)[modifier | modifier le code]

Les années suivantes sont cependant marquées par des échecs : en 2013, le thriller horrifique Maniac, de Franck Khalfoun, au casting mené par Elijah Wood et Nora Arnezeder, passe inaperçu.

L'année 2014 est marquée par trois déceptions : la comédie populaire Les Francis, de Fabrice Begotti, est un flop critique et commercial ; le thriller Colt 45, de Fabrice Du Welz, passe inaperçu, et enfin sa seconde collaboration très attendue avec Michel Hazanavicius, The Search, déçoit la critique.

En 2015, d'autres retrouvailles : Franck Khalfoun dirige Vincent Cassel et François Cluzet pour la comédie dramatique Un moment d'égarement. Et en 2016, la comédie d'action À fond, de Nicolas Benamou, a pour tête d'affiche José Garcia.

En 2017, une autre comédie, Stars 80, la suite, est un échec critique et commercial.

Début 2018, ses sociétés La Petite Reine SAS et La Petite Reine Production SAS, sont placées en procédure de sauvegarde[5].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Thomas Langmann est, avec sa compagne d'alors Frédérique, le père d'une fille[6], née en 2002.

En 2008, il est condamné à quatre mois de prison avec sursis pour des violences commises sur la mère de sa fille. Revenant en 2013 sur cet événement, il déclare : « Évidemment, on ne tape pas sur une femme. Que voulez-vous que je vous dise ? Je me suis excusé, c'était mal, mais personne n'a essayé de comprendre que la violence pouvait être des deux côtés. Rien ne m'a été épargné. On m'a même comparé à Bertrand Cantat... »[3].

Entre 2012 et 2017, il est en couple avec la journaliste et mannequin Céline Bosquet[3]. Il l'épouse le 21 juin 2013 à la mairie de Sartène, en Corse-du-Sud. La cérémonie religieuse a eu lieu le lendemain, en l'église de Porto-Vecchio. En avril 2018, une enquête préliminaire est ouverte contre Thomas Langmann pour « messages malveillants réitérés » et « menaces » à l'encontre de Céline Bosquet, laquelle a porté plainte pour violences et harcèlement. Ils ont un fils et une fille[6]. Le couple est en instance de divorce[7],[8]. À la suite de cette plainte, Thomas Langmann est placé en garde à vue le 2 mai 2018.

Faits divers[modifier | modifier le code]

En 2005, Thomas Langmann agresse François Samuelson, l'agent de Benoît Magimel, acteur qui s'était désisté au dernier moment pour incarner le rôle de Jacques Mesrine dans le film qu'il produit. Finalement, Vincent Cassel récupère le rôle et le producteur est condamné à verser un euro de dommages-intérêts à François Samuelson et payer 2 000 euros au titre des frais de justice.

Après avoir été exclu du film Rien à déclarer, il attaque Jérôme Seydoux en justice pour ne pas avoir respecté le contrat de préférence signé entre le réalisateur Dany Boon et son père, Claude Berri. Jérôme Seydoux est condamné à lui verser 2 millions d'euros[3].

Lors du tournage d'Astérix aux Jeux olympiques, Thomas Langmann avait été accusé d'avoir fait appel à une société d'escort girls[3], une accusation qui s'est révélée infondée. La directrice de la société d'escort girls a été emprisonnée un temps pour incitation à la prostitution, extorsion de fonds, chantage et infraction à la loi sur les stupéfiants. Elle a finalement été acquittée par la justice après un accord passé avec les plaignants.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Producteur associé[modifier | modifier le code]

Producteur délégué[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Présentateur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Les informations ci-dessous proviennent du site Internet Movie Database[9]

Récompense[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

en tant que producteur[modifier | modifier le code]

en tant qu'acteur[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Interview de Thomas Langmann par Isabelle Morizet, émission « Il n’y a pas qu’une vie dans la vie » sur Europe 1, 13 janvier 2013
  2. a, b et c Judith Perrignon, « Thomas Langmann, le nouveau nabab », Le Monde, Magazine,‎ (lire en ligne)
  3. a, b, c, d, e et f Sophie des Déserts, « Thomas Langmann - L'affranchi », in Obsession no 10, supplément du Nouvel Observateur, mai 2013, pages 64-71.
  4. Biographie sur allocine
  5. Les sociétés de production de Thomas Langmann placées en procédure de sauvegarde, Le Figaro, 5 mars 2018
  6. a et b Pauline Delassus, « Thomas Langmann, la fête est finie », Paris Match, semaine du 26 avril au 2 mai 2018, p. 76-81.
  7. Jean-Marc Ducos, « L’épouse du producteur Thomas Langmann porte plainte pour violences et harcèlement », leparisien.fr, 2 avril 2018.
  8. Jean-Marc Ducos, « Une enquête préliminaire ouverte contre Thomas Langmann pour «menaces» », leparisien.fr, 3 avril 2018.
  9. (en) Awards for Thomas Langmann - Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :