Napoléon (mini-série)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Napoléon

Titre original Napoléon
Genre Mini-série historique
Acteurs principaux Christian Clavier
Isabella Rossellini
John Malkovich
Gérard Depardieu
Pays d'origine Drapeau de la France France
Drapeau du Canada Canada
Chaîne d'origine France 2
Super Écran
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 4
Durée 360 minutes
Diff. originale

Napoléon est une mini-série historique en coproduction Canada-France en quatre épisodes de 100 minutes, réalisée par Yves Simoneau et diffusée en France à partir du sur France 2, au Québec du 2 au à Super Écran puis rediffusée à la Télévision de Radio-Canada.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette série retrace l'histoire du Général Bonaparte, devenu consul à la suite du coup d'état du 18 Brumaire, puis Empereur en 1804 à la demande du Sénat. Basée sur le roman de Max Gallo dont elle respecte la division en quatre parties, elle présente un Napoléon plus humain et parfois même manipulé par son entourage contrairement aux idées reçues.

  1. Le Chant du départ (1795 - 1800)
  2. Le Soleil d’Austerlitz (1800 - 1807)
  3. L’Empereur des rois (1807 - 1812)
  4. L’Immortel de Sainte-Hélène (1812 - 1821)

Déroulement[modifier | modifier le code]

Lors du premier épisode de la série, on voit le général Bonaparte épouser Joséphine de Beauharnais et se lancer dans la campagne d'Italie avec la fougue de la jeunesse, n'hésitant pas à risquer sa vie dans les combats. Il remarque que Joséphine le trompe avec un autre militaire, mais finit par lui pardonner, abandonnant son projet de divorce. Il se lance par la suite dans la campagne d'Égypte en 1798 et rentre en France en 1799. Son frère Joseph lui propose de faire un Coup d'État et choisit comme partenaires Roger Ducos et Emmanuel-Joseph Sieyès pour renverser le Directoire. Le coup d'État manque de peu d'échouer mais Bonaparte devient Premier Consul. Réorganisant profondément la société, il établit le Concordat en 1801 et devient consul à vie en 1802.

La mini-série reproduit le sacre le et explique la victoire d'Austerlitz un an après jour pour jour. On voit ensuite Napoléon lors de la bataille d'Iéna. Il rencontre la jeune Marie Waleska, remporte la bataille d'Eylau et écrase les Russes à la bataille de Friedland. Il conclut la paix de Tilsit avec le tsar Alexandre mais piétine en Espagne. En 1808 il organise une autre rencontre avec celui-ci à Erfurt, où il comprend qu'il n'obtiendra pas le soutien du tsar pendant qu'il est en Espagne. En 1809, il divorce de Joséphine qui est stérile et ne peut lui donner une descendance directe pour asseoir sa dynastie. Cette même année l'Empire d'Autriche lui déclare la guerre et c'est la victoire de Wagram, bien que le maréchal Lannes soit mort à Essling. En 1810, il épouse Marie-Louise d'Autriche et le , après un accouchement difficile, la nouvelle impératrice donne naissance à un fils : le Roi de Rome, que l'on croyait mort-né. En 1812 il se lance avec 600 000 hommes dans la campagne de Russie, entre à Moscou mais doit se replier, n'obtenant pas la paix souhaitée. La retraite s'engage par des températures négatives et l'armée est presque intégralement détruite.

En 1813 les principales puissances européennes se liguent contre l'Aigle affaibli, à savoir l'Empire d'Autriche, l'Empire russe, le Royaume de Prusse, le Royaume-Uni et la Suède. Il est vaincu et doit se battre sur le territoire national lors de la campagne de France en 1814. L'Empire s'effondre, il abdique et obtient la souveraineté de l'ile d'Elbe. Échappant à la surveillance des Anglais, il tente un dernier éclat lors des Cent-Jours mais est définitivement vaincu à Waterloo le et doit de nouveau abdiquer en faveur de son fils Napoléon II. Napoléon Ier finit sa vie sur l'ile de Sainte-Hélène, en tissant sa légende.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

Les deux premiers épisodes obtiennent un très bon score lors de leur première diffusion française avec respectivement 37,6 % le lundi et 31,5 % le lendemain[1].

Titre Date de diffusion Audience France PDM
Napoléon Le Chant du départ (1/4) 7 octobre 2002 9 063 000 téléspectateurs 37,6 %
Le Soleil d’Austerlitz (2/4) 8 octobre 2002 7 632 000 téléspectateurs 31,5 %
L’Empereur des rois (3/4) 14 octobre 2002 7 208 000 téléspectateurs 29 %
L’Immortel de Sainte-Hélène (4/4) 21 octobre 2002 6 731 000 téléspectateurs 27,4 %

Polémique[modifier | modifier le code]

L'homme politique italien Umberto Bossi, fondateur de la Ligue du Nord, a dénoncé le téléfilm comme étant « de la pure propagande de style jacobin » qui vise à « transformer en héros celui qui est responsable de la mort de pas moins de 200 000 Italiens ». Selon lui, « Napoléon n'est qu'un dictateur qui, en Italie, a effacé les principes démocratiques et anéanti les peuples du Nord ». Bossi a également critiqué le fait que le téléfilm soit financé et diffusé par la chaîne italienne Rai Uno. L'acteur Gérard Depardieu lui a répondu que « Ce n'est pas Bossi qui décide si Napoléon a été ou pas un monstre. ». Isabella Rossellini a aussi pris la parole pour défendre la fidélité historique du téléfilm. Les polémiques autour de Napoléon ont ainsi alimenté les revendications pour la production de téléfilms consacrés à des épisodes méconnus de l'histoire italienne[2].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Le rôle du prince Murat est joué par Claudio Amendola. Dans le Napoléon de Sacha Guitry, le rôle de Caroline Murat, sœur de l'empereur et épouse du prince Murat, était tenu par Anna Amendola.
  • Le téléfilm fut réalisé en plusieurs versions, en français avec les acteurs francophones et anglais avec les acteurs anglophones. Les voix du téléfilm finale sont post-synchronisées.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « SUPERPJ - AUDIENCES TV DEPUIS 1990 - AUDIENCES TELE », sur web.archive.org, (consulté le 3 mai 2020)
  2. Salvatore Aloise, « Polémique en Italie », sur lemonde.fr,

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]