Musée des beaux-arts de Chartres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux-arts.
Article général Pour un article plus général, voir Chartres.
Musée des beaux-arts
de Chartres
Entrée du musée des beaux-artsAncien évêché  Classé MH (1906, 1941)[1].
Entrée du musée des beaux-arts
Ancien évêché Logo monument historique Classé MH (1906, 1941)[1].
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Département Eure-et-Loir
Ville Chartres
Adresse 29, cloître Notre-Dame
28 000 Chartres
Monument Ancien évêché
Coordonnées 48° 26′ 56″ nord, 1° 29′ 17″ est
Informations générales
Type Municipal
Date d’inauguration 15 mai 1833[2]
Date de fermeture 1er janvier 2017
Conservateur Séverine Berger
Collections Peintures du XVIe au XXe siècles, sculptures, dessins, art océanien, objets d'arts, archéologie.
Nombre d’œuvres 50 000
Superficie 5 000 m2
Protection Logo monument historique Classé MH (1906, 1941)[1]
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 16 802 (2005)
16 342 (2006)
14 600 (2007)
12 780 (2008)
12 730 (2009)
11 225 (2010)
11 270 (2011)
5 196 (2012)
3 649 (2013)
9 615 (2014)[3]
Site web Musée des beaux-arts

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Musée des beaux-artsde Chartres

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

(Voir situation sur carte : Eure-et-Loir)
Musée des beaux-artsde Chartres

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée des beaux-artsde Chartres

Le musée des beaux-arts de Chartres, dans le département d'Eure-et-Loir, est le principal musée de la ville. Situé dans l'ancien palais épiscopal classé monument historique[1] avec un ensemble des XIIIe siècle, XVIIe siècle et XVIIIe siècle, à côté de la célèbre cathédrale, il abrite une collection d'œuvres d'art variée : peintures, dessins, sculptures, objets d'arts, archéologie, mobilier, etc.

Le musée bénéficie du label Musée de France. Il est fermé depuis le 1er janvier 2017[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Quelques dates permettent de retracer un bref historique du musée :

  • 1833 : création le 15 mai et installation dans une salle de l'hôtel de ville. L'ouverture au public a lieu le 18 mai 1834 ;
  • 1874 : construction d'une aile annexe de l'hôtel de ville ;
  • 1876 : achat de la Sainte Lucie de Zurbaran ; le musée bénéficie de legs nombreux et importants, tel celui de Noël Ballay, ancien gouverneur de l'Afrique-Occidentale française ;
  • 1939 : installation des collections dans les bâtiments de l'ancien évêché et inauguration le 9 juin par Georges Huisman, directeur général des Beaux-arts. Les dons se poursuivent, notamment celui des collections de la Société archéologique d'Eure-et-Loir ;
  • 1967 : les collections d'histoire naturelle sont transférées dans le nouveau muséum des sciences naturelles et de préhistoire ;
  • 2012 : le musée risque cependant de ne plus exister d'ici quelque temps. La municipalité n'est pas propriétaire des lieux, qui ont été affectés en 1905 au conseil général d'Eure-et-Loir, et se verra peut-être obligée de répartir toutes les œuvres d'art dans divers lieux chartrains, abandonnant à la fois un lieu imprégné d'histoire et une collection d'une grande richesse[5].
  • 2013 : un projet de rénovation du conseil général conduirait à transformer la salle à l'italienne et la chapelle de cet ancien palais épiscopal en salons de réception de la Cosmetic Valley[6].
  • 2015 : le muséum des sciences naturelles et de préhistoire est fermé et ses collections réintègrent le musée des beaux-arts, réduisant d'autant l'espace d'exposition : seul 1% des œuvres sont exposées.
  • 2017 : sur décision du maire Jean-Pierre Gorges, le musée ferme, en raison de la vétusté des bâtiments suite au non-entretien par la municipalité. Les collections seront déplacées et le personnel redéployé[7].
Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Collections[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

La collection de peintures (peinture ancienne et moderne) est la plus riche :

Renaissance[modifier | modifier le code]

La Renaissance italienne est notamment illustrée par une Vierge adorant l'enfant Jésus de Benvenuto Tisi[8].

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Pour le XVIIe siècle, sont réunies des œuvres de David Teniers le Jeune (Joueurs de boules dans la cour d'un estaminet, Le Concert, Tabagie de singes[8]), Karel Dujardin, Francisco de Zurbaran avec sa Sainte Lucie[9], Claude Vignon (Le Christ devant Pilate, esquisse[8]), Gaspard Dughet et Pierre Mignard (Portrait de Molière).

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

La section consacrée au XVIIIe siècle est particulièrement riche, avec des œuvres de Hyacinthe Rigaud (Portrait du duc de Saint-Simon et Le comte Jan Andrzej Morsztyn et sa fille), Nicolas de Largillierre (Portrait de Fontenelle), François Boucher (Berger endormi, volé en 1996[8]), Charles-Joseph Natoire (La Pêche[8]), Carle Van Loo (Adoration des bergers[10]), Jean-Honoré Fragonard, Jean-Baptiste Chardin (Le Singe peintre et Le Singe antiquaire), Jean-Baptiste Greuze, Joseph Vernet, Hubert Robert (Louis XIV devant l'aqueduc de Maintenon), Jean-Germain Drouais (Philoctète sur l'île de Lemnos), Elisabeth Vigée Le Brun, Pierre Paul Prud'hon.

Les écoles étrangères sont par exemple représentées par un portrait de Catherine II du peintre danois Vigilius Erichsen[8].

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

Pour les XIXe et XXe siècles, figurent des œuvres de François Gérard (Le Sacre de Charles X, à Reims, 29 mai 1825), Camille Corot (Le repos des chevaux[11]), Johan Barthold Jongkind, Paul Sérusier (Sainte Cécile[12]), André Derain (Portrait de Vlaminck[8]), Maurice de Vlaminck, Chaïm Soutine (Le Grand enfant de chœur, La Femme au lit ou La Liseuse, Les escaliers de Chartres[8]), Mathieu Cochereau (Le boulevard des Capucines et Cours fait par Prévost pour apprendre à peindre les panoramas)…

Deux salles sont consacrées à l'œuvre de Vlaminck avec une vingtaine d'œuvres présentées, une salle est consacrée à Maurice Marinot et une autre au peintre Jean Guérin, ami de Jean Cocteau ayant surtout travaillé aux États-Unis.

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Émaux[modifier | modifier le code]

Un ensemble exceptionnel d'émaux, classé monument historique au titre d'objet[13], de Léonard Limosin représentant les douze apôtres est également présenté.

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Sculpture[modifier | modifier le code]

En sculpture, il faut remarquer le bas-relief intitulé Tuerie d'Auguste Préault (bronze de 1851 réalisé à partir du plâtre original de 1834), considéré comme le manifeste du romantisme en sculpture.

Sont également exposées des œuvres du sculpteur souabe Ivo Strigel (Sainte Catherine[14], Saint Nicolas, vers 1490), de François Marchand (Saint Paul, vers 1540, présenté dans la chapelle), de Charles Antoine Bridan (La fidélité, la paire Jeune garçon tenant un oiseau et Jeune fille tenant un nid, Enfants à la chèvre daté de 1768[15]), ainsi que de Gabriel Jules Thomas, avec la maquette en plâtre de la statue de Marceau afin d'orner la façade du Louvre.

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Autres collections[modifier | modifier le code]

Le musée compte également une importante collection d'art océanien et africain (avec des pièces provenant de la collection personnelle de Maurice de Vlaminck), un ensemble de clavecins des XVIIe et XVIIIe siècles, ainsi qu'une collection d'armes anciennes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Ancien évêché et ses jardins, actuellement Musée des Beaux-Arts », notice no PA00097000, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « Musée des beaux-arts de Chartres », sur Association des personnels scientifiques des musées de la région Centre (consulté le 26 novembre 2016)
  3. Fréquentation des Musées de France, sur data.culturecommunication.gouv.fr
  4. Hervé Joubeaux, « Hervé Joubeaux, ancien directeur du Musée des Beaux-Arts de Chartres, réagit à sa fermeture », sur http://www.latribunedelart.com, (consulté le 13 janvier 2017)
  5. Jacques Joannopoulos, « Les adhérents des Amis du musée se sont réunis », L'Écho Républicain,‎ (lire en ligne)
  6. Jean-Michel Benquet, « Le musée des Beaux-Arts prépare sa mutation avec ses 50.000 objets », L'Écho Républicain,‎ (lire en ligne)
  7. Sébastien Couratin, « La Ville de Chartres ferme le musée des Beaux-Arts jugé vétuste et insalubre », lechorepublicain.fr, 23 décembre 2016.
  8. a, b, c, d, e, f, g et h Jean-Louis Gautreau, « Peintures des Musées de France », sur http://notesdemusees.blogspot.fr, (consulté le 27 janvier 2017)
  9. « La sainte Lucie – Francisco Zurbàran », sur Musée des beaux-arts de Chartres, (consulté le 7 décembre 2016)
  10. « L’adoration des bergers – Carl Van Loo », sur Musée des beaux-arts de Chartres, (consulté le 7 décembre 2016)
  11. « Le repos des chevaux », notice no 000PE000605, base Joconde, ministère français de la Culture
  12. « Sainte Cécile – Paul Sérusier », sur Musée des beaux-arts de Chartres, (consulté le 7 décembre 2016)
  13. « Plaques décoratives (12) : les douze apôtres », notice no PM28000171, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. « Novembre 2016: Sainte Catherine », sur Musée des beaux-arts de Chartres (consulté le 7 décembre 2016)
  15. Photo (C) RMN-Grand Palais / Michèle Bellot, « Enfants jouant avec une chèvre », sur http://www.photo.rmn.fr (consulté le 3 décembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]