Charles-Antoine Bridan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bridan.
image illustrant un sculpteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Charles-Antoine Bridan
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Charles-Antoine BridanVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Formation
Enfant

Charles-Antoine Bridan, né à Ravières le , et mort à Paris le , est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Martyre de saint Barthélémy (1779), Paris, musée du Louvre.

Élève de Jean-Joseph Vinache, Charles-Antoine Bridan remporte le second prix de sculpture en 1753 sur le thème de David livre aux Gabaonites les enfants de Saûl, puis, en 1754, le premier prix avec Le Massacre des Innocents. En 1756, il entre à l’École royale des élèves protégés. Pensionnaire de l'Académie de France à Rome, il reste en Italie jusqu'en 1762. Agréé par l'Académie lors de son retour en France, il devient académicien en 1772 avec son groupe en marbre Le Martyre de saint Barthélemy (Paris, musée du Louvre).

Le 30 décembre 1780, il est nommé professeur de sculpture à l'Académie Royale de peinture et de sculpture et confirmé le , en remplacement de Étienne Maurice Falconnet, lui-même n'aura pas de successeur[1]. Son fils Pierre-Charles Bridan est aussi sculpteur.

Il a eu notamment pour élèves son propre fils et Jean-Pierre Cortot.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Chappey, « Professeurs de l'École des beaux-arts (1794-1873) », Romantisme, 1996, no 93, p. 95-101.
  2. Didier Rykner, « Chartres : son patrimoine à la dérive, ses projets pharaoniques et inutiles », sur http://www.latribunedelart.com,‎ (consulté le 21 janvier 2017)
  3. senat.fr.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles François Viel des Saint Maux, exemplaire de la bibliothèque de l'université de Chicago, « Notice biographique sur Charles-Antoine Bridan, statuaire. », sur https://books.google.fr,‎ (consulté le 29 novembre 2016)
  • Stanislas Lami, Dictionnaire des sculpteurs de l'école française au dix-huitième siècle, Tome 1, Paris, Honoré Champion, 1911 (en ligne)
  • (de), Skulptur aus dem Louvre. Sculptures françaises néo-classiques. 1760-1830, [catalogue de l'exposition du 23 mai au 3 septembre 1990], Paris, musée du Louvre, 1990.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :