Antoon Kruysen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Antoon Kruysen
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ChartresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Mouvement

Antoon Kruysen est un peintre néerlandais né à Boxtel (Brabant) le , mort à Chartres (Eure-et-Loir) le .

Des œuvres d'Anton Kruysen sont conservées aux Pays-Bas à la Kruysenhuis[1], musée consacré à la famille Kruysen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils aîné du peintre Jan Kruysen (Liempde, - Eindhoven, ) et de Barbara van Dijk. Par sa mère, il descend du grand peintre Antoine van Dyck (1599-1641)[2].

Dès 1910, il expose ses premières oeuvres, tout en suivant une formation à l'Académie des arts plastiques de Rotterdam.

Après son mariage, il part s'installer avec son épouse à Dreux (Eure-et-Loir) en raison de la mauvaises santé de son jeune fils. Il fait sa première exposition importante à Genève où il est remarqué par les critiques d'art. Les Kruysen résideront successivement à Saint-Georges-Motel (à partir de 1924) puis à Anet (route de Sorel).

Il participe en 1924 à une exposition au profit d'oeuvres de guerre dans les salons du ministère de l'intérieur à Paris. Après la mort de son fils en 1928, il part s’installer avec son épouse à Paris, puis les époux partent vivre à Aix-en-Provence (1930). Bon organiste et très doué pour le chant, Antoon Kruysen renonce à chanter au profit de la peinture afin de pouvoir continuer à fumer la pipe.

Il retourne vivre à Anet (Eure-et-Loir) en 1933. Après que sa femme l'ai quitté en 1934, emportant avec elle leur fils Bernard en Provence, il rencontre en 1935 Lucienne Donné (Louck) qui habite Villemeux (Eure-et-Loir) qu'il épouse en 1936.

En raison des menaces de guerre, il décide en 1936 de retourner vivre avec sa conjointe aux Pays-Bas, il s’installe dans le bassin houiller, à l’extrême nord du Brabant dans le district où naquirent Jérôme Bosch, Breughel, Van Gogh et Van Dongen. Les époux vivent à différents endroits aux Pays-Bas, dont Oirschot où ils séjournent pendant toute l’occupation allemande ; en 1944, il est arrêté par l'occupant, alors que Paris vient d’être libéré, lorsqu’il retrouve la liberté, il découvre sa maison entièrement détruite.

En 1947, les Kruysen déménagent à Villemeux (Eure-et-Loir) dans la belle-famille d’Antoon. Celui-ci se lie d’amitié avec René Bellanger, peintre amateur éclairé et propriétaire d’une affaire de machines agricoles à Dreux, ils font conjointement une exposition de leurs oeuvre dans l’ancienne chapelle de la Grand-rue à Dreux puis à Chartres à l’Hôtel de France, place des Epars.

En 1949, il expose ses oeuvres à Dreux, à la galerie Paul Bâton. En 1951, il déménage à Charpont et expose 105 toiles à Paris à la Galerie des Beaux-arts, 140, rue du Faubourg-Saint-Honoré, o il n'avait pas eu d'exposition depuis 1929, c'est probablement la plus importante de son vivant. En 1953, il rencontre à Chartres, à l’hôtel du Grand Monarque, Duc de Levis-Mirepoix, propriétaire du château de Montigny-le-Gannelon, qui jouera un rôle de mécène en mettant notamment à sa disposition une maison à Chartres, avenue Maunoury, dans laquelle il s'installe en 1955.

En 1961, du au , il expose à la galerie Boissière à Paris 16° 52, rue Boissière de trente-huit toiles récentes[2]. En 1969, de janvier à mars, il expose chez Camille Renault au Bateau de Pierre à Broué, ce sera sa dernière exposition.

Déjà très malade, il parvient à peindre sa dernière oeuvre : un oiseau mort gisant sur un coin de table[3].

Il meurt à Chartres le . Ses obsèques religieuses ont lieu à l'église de Villemeux-sur-Eure où il est inhumé.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il épouse en 1920 à Rotterdam Willy van Berkel, fille d’un riche industriel flamand (Balances Berkel) avec laquelle il a un fils Pimy qui est emporté par une méningite. Il a un second fils, Bernard Kruysen, né à Montreux (Suisse) en 1933, qui deviendra un célèbre baryton.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

L’œuvre d’Antoon Kruysen est marquée à la fois par les racines flamandes du peintre et par l’influence de Cézanne, Modigliani, Soutine et Vlaminck. Avant de trouver son propre style, Antoon Kruysen a été très influencé par son père, Jan Kruysen, et s’est nourri des travaux des grands noms de son époque, notamment Picasso et Chagall.

D’un caractère impulsif et capricieux, il peint rapidement avec une palette très étendue. Cette pratique, qui peut parfois laisser une impression d’œuvre inachevée, relève d'un effet voulu car il pouvait être très précis. Il aime à peindre des funérailles, des tsiganes, des ivrognes, des clochards, des clowns… La peinture d'Antoon Kruysen fait souvent ressortir les aspects tristes et ridicules de la vie et de la société.

Des toiles d’Antoon Kruysen ont été achetées par le musée du Jeu de Paume à Paris.

Le musée des beaux-arts de Chartres en possède plusieurs, et notamment :

  • La cathédrale illuminée. Vue prise du pont Saint-Hilaire, huile sur toile, 1956.
  • La cathédrale de Chartres, huile sur toile, 1960.

Une partie de l’œuvre du peintre est conservée au musée Kruysenhuis[1], consacré à la famille Kruysen.

Le reste est la propriété de collectionneurs privés. Sont notamment recensées les œuvres beauceronnes, et plus spécifiquement euréliennes, suivantes[4] :

  • Halte des gitans (Orée de village en Beauce), huile sur toile 50 x 62 cm, collection privée, France.
  • La cathédrale de Chartres vue de Lucé, huile sur toile, collection privée, France.
  • Le Printemps à Anet, huile sur toile 49,9 x 61 cm, collection privée, France.
  • Neige à Charpont, huile sur toile 51 x 65,1 cm, collection privée, France.
  • Gerbes à Charpont, huile sur toile 24 x 33 cm, collection privée, France.
  • Roulottes à Charpont en hiver, huile sur toile 50 x 65,1 cm, collection privée, France.
  • Le Cimetière de Chartres, huile sur toile 60 x 50,2 cm, collection privée, France.
  • Le chevet de la Cathédrale de Chartres, huile sur toile 65 x 50,3 cm, collection privée, France.
  • Le repos des clochards à Chartres, huile sur toile 60 x 50 cm, collection privée, France.
  • La Cathédrale de Chartres, vue de la Place Morard, huile sur toile 65,4 x 50,2 cm, collection privée, France.
  • La route de Dangeau au printemps, huile sur toile 50,3 x 65 cm, collection privée, France.
  • Paysage sur la route à Mézières en Drouais, huile sur toile 50 x 65,1 cm, collection privée, France.
  • Environs de Nogent-le-Roi, huile sur toile 50,2 x 60,5 cm, collection privée, France.
  • Le bois d'Ouerre et la tour hollandaise, huile sur toile 60,2 x 50,3 cm, collection privée, France.
  • Prunay-le-Gillon au printemps, huile sur toile 60,2 x 50,1 cm, collection privée, France.
  • Printemps à Prunay-le-Gillon, huile sur toile 60,4 x 50 cm, collection privée, France.
  • Orage en été à Saint Luperce, huile sur toile 50,3 x 65,1 cm, collection privée, France.
  • Cour de maison à Villemeux, huile sur toile 60,5 x 50 cm, collection privée, France.
  • Hiver en Beauce, huile sur toile 60,4 x 50,2 cm, collection privée, France.
  • Épouvantail en Beauce, huile sur toile 50 x 65 cm, collection privée, France.
  • Paysage de Beauce en automne, huile sur toile 50 x 65,1 cm, collection privée, France.
  • Orage en Beauce, huile sur toile 60,2 x 50,1 cm, collection privée, France.
  • Arc-en-ciel en Thymerais, huile sur toile 50,5 x 60 cm, collection privée, France.
  • La Cathédrale de Chartres la nuit, 1957-1958, huile sur toile, collection privée, France.
  • Soir d'orage, 1959, huile sur toile 46 x 61 cm, collection privée, France
  • Le village, 1956, huile sur toile 51 x 61,5 cm, collection privée, France
  • La Noce - Mariage hollandais, huile sur toile 75 x 60,5 cm, collection privée, France

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Une rétrospective de son oeuvre est organisée au musée de Chartres (ancien évêché) du au .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Kruysenhuis De Moriaan 9a, 5688 ER Oirschot - Pays-Bas.
  2. a et b L'Écho républicain de la Beauce et du Perche, 2 mars 1961
  3. L'Écho républicain de la Beauce et du Perche, 6 avril 1977 : "Un oiseau mort aura été la dernière toile d'Anton Kruysen"
  4. Guy Briolet, Martine Dumortier, Françoise Lécuyer-Champagne, Jean-Pierre Pierre-Ivan, Maïté Vallès-Bled, L'Eure-et-Loir et les peintres, préface de Martial Taugourdeau, Jean Legué éditeur à Chartres, juin 1992 (ISBN 9782950074539).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Un grand artiste ami de la France, Antoon Kruysen », L'Écho Républicain de la Beauce et du Perche, .
  • Guy Briolet, Martine Dumortier, Françoise Lécuyer-Champagne, Jean-Pierre Pierre-Ivan, Maïté Vallès-Bled, L'Eure-et-Loir et les peintres, préface de Martial Taugourdeau, Jean Legué éditeur à Chartres, (ISBN 9782950074539).
  • (nl) Site de la Kruysenhuis

Liens externes[modifier | modifier le code]