Boondael

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Boondael (en néerlandais Boondaal) est un quartier résidentiel dans la Région de Bruxelles-Capitale, en grande partie situé dans la commune d'Ixelles, mais avec des morceaux dans la ville de Bruxelles et de Watermael. Boondael correspond à la zone située entre le bois de la Cambre, les avenues Johanna, Armand Huysmans et Pierre Curie, ainsi que le morceau de voie ferrée de la ligne 26 entre la boondael et l'intersection avec la ligne de chemin de fer 161[1].  Au nord de cette zone on trouve Solbosch du nom d'un bois qui a maintenant disparu.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Boondael, viendrait de Boendael, comme l'atteste la prononciation[2]. Ce qui voudrait dire vallée du haricot ou de la fève des marais[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Boondael était un hameau rural et une seigneurie. La plus ancienne mention du lieu remonte à 1234, sous la forme "Bondale". La propriété est située dans le domaine ducal, et est une chapellenie dépendant de la paroisse d'Uccle[3]. Au XVe siècle, une chapelle est fondée par William de Hulstbosch. Aux XVe et XVIe siècles, le hameau fut très prospère, grâce à une importante industrie de la bière[3]. La chapelle fut détruite par des émeutes religieuses mais à chaque fois elle fut reconstruite. L'industrie de la bière fini par se déplacer à Ixelles-Le-Vicomte, qui devint plus importante que Boondael et fournit la bière aux habitants de cette dernière[3]. C'est à ce moment que Ixelles-Le-Vicomte, pris le dessus dans la seigneurie, (et dans ce qui plus tard devient la commune d'Ixelles)[4] Sur le carte de Ferraris depuis les années 1770,  on y voit la mention du hameau de Boondael entre la forêt de Soignes et le hameau de Langeveld à l'ouest et à Watermael à l'est.

Quand à la fin de l'Ancien Régime, la création des communes a été décidée en vertu de la règle française en 1795, Boondaal a été réuni avec le hameau de Bas-Ixelles et de Haut-Ixelles, plus proche de la ville de Bruxelles, pour former la commune d'Ixelles[pas clair][2]. En 1842, la chapelle de Boondael a été reconstruite dans sa forme actuelle. Le village resta rural au cours du XIXe siècle tandis que dans le nord-ouest, l'urbanisation bruxelloise continue son avancée sur Ixelles. Après la Première Guerre mondiale l'urbanisation a atteint également Boondael. En 1940, la nouvelle église Saint-Adrien est construite[2].

Visites[modifier | modifier le code]

Le trafic et le transport[modifier | modifier le code]

Le long de la ligne de chemin de fer 26 on trouve la garde de Boondael. À l'ouest de Boondae sur le territoire de Bruxelles se trouve l'avenue Franklin Roosevelt, qui forme la N24.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wijkmonitoring Brussel - afbakening wijken Studiedienst van de diensten van het Verenigd College van de Gemeenschappelijke Gemeenschapscommissie van Brussel-Hoofdstad, 15/05/2013.
  2. a b c et d Boondael, dans : Dictionnaire d'Histoire de Bruxelles, Collection Dictionnaires, Éditions Prosopon Bruxelles, 2013, pp. 106.
  3. a b c d et e Ameeuw, Bruxelles au fil des jours et des saisons La Ville - La Région - La Périphérie., LASNE, Édition de l'ARC, , 404 p.
  4. Marc Meganck et Alain Guillaume, Atlas du sous-sol archélogique de la région de Bruxelles : Bruxelles-Ixelles, t. 15, Bruxelles, Direction des Monuments et des sites Musées royaux d'Art et d'Histoire, , 143 p. (ISBN 2-9600502-4-X)