Maison Picassiette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maison Picassiette
Présentation
Destination initiale
Habitation
Fondation
Style
Architecte
Raymond Isidore (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Usage
Patrimonialité
Localisation
Adresse
22, rue du ReposVoir et modifier les données sur Wikidata
Chartres, Eure-et-Loir
Flag of France.svg France
Coordonnées

La maison Picassiette est un exemple d'architecture naïve constituée de mosaïques de faïence et de verre coulées dans le ciment. Elle est située à Chartres et dépend du musée des Beaux-Arts de la ville[1].

La maison a été construite par un seul homme Raymond Isidore[Note 1] (), dit Picassiette, employé communal de la ville de Chartres pour laquelle il travaillait en tant que cantonnier, puis balayeur du cimetière.

Une fois sa maison construite, il eut l'idée de réaliser des fresques recouvrant tout peu à peu. Sa vie a été totalement consacrée à la construction et à la décoration de sa maison et du jardin, notamment à l'aide de débris de céramiques et de porcelaines, entre autres des assiettes qu'il se procurait dans les décharges publiques, d'où son surnom « pique-assiette ».

Considéré comme un original, Raymond Isidore connaît une médiatisation tardive : dans les années 1950, la presse s'intéresse à lui. Mais sa fin de vie, dans son espace saturé de mosaïques, est tragique. Son inspiration tarie, lui-même épuisé, il connaît des troubles mentaux. Par une nuit d'orage, il s'enfuit de chez lui à travers les champs, en proie à un délire de fin du monde. Retrouvé et ramené chez lui, il meurt peu après. Il repose au cimetière Saint-Chéron de Chartres[2].

Description[modifier | modifier le code]

Intérieur[modifier | modifier le code]

Les fresques réalisées par Raymond Isidore à l'intérieur de sa maison représentent des vues du mont Saint-Michel, de Chartres et de ses alentours. Il les a agrémentées de pâquerettes faites de bouts d'assiettes cassées.

Peu à peu, tout l'intérieur des trois pièces d'habitation, murs et plafonds, s'est retrouvé recouvert de fresques rehaussées de mosaïques. Le mobilier, devant quand même être déplacé à l'occasion, a été peinturluré, mais de façon mosaïque. Le sol a été recouvert de mosaïques faites de débris de marbrerie.

Extérieur[modifier | modifier le code]

C'est lorsque Picassiette n'a plus eu de place pour ajouter quoi que ce soit, à l'intérieur de la maison, qu'il s'est attaqué à l'extérieur et que la fresque a été complètement abandonnée au profit de la mosaïque, plus résistante aux intempéries.

Après les murs de la maison, ce sont les allées et les murs d'enceinte du jardin qui furent l'objet de cet inlassable travail de décoration.

Sources d'inspiration[modifier | modifier le code]

Selon sa veuve et ses deux beaux-fils, ses rêves nocturnes furent la source de son inspiration.

De son côté, Maarten Kloos, architecte, ( Le paradis terrestre de Picassiette, Encre Éditions, Paris 1979) rapporte ce propos d'Isidore livré aux journalistes  :

" Je voyais des débris de vaisselle briller dans les champs. On jette des choses, des êtres. Moi-même j'ai été un détritus: j'étais dans la misère. J'étais dans la mort puisqu'on m'a mis au service du cimetière, j'étais comme quelqu'un qui est caché, qu'on a caché. Je devais sortir, me sauver de la mort pour rejoindre mon esprit (...) On m'a mis balayeur dans un cimetière comme quelqu'un qu'on rejette parmi les morts alors que j'ai des capacités pour faire autre chose ainsi que je l'ai prouvé"

Pour Jean-Yves Jouanais, critique d'art, conservateur de musée, ( Des nains, des jardins, essai sur le Kitch pavillonnaire, Hazan éditions, Paris 1999):

" L'œuvre d'Isidore fut le fruit d'un profond ressentiment, l'expression d'une revendication sociale teintée d'anarchisme"

Pour Patrick Macquaire, éducateur spécialisé, ethnologue, ( Le monde selon Isidore, la poétique urbaine du balayeur, HD édition, Paris 2021) Isidore, marqué par sa condition de balayeur du cimetière découvre dans la mosaïque, un support d'organisation sociale qui rejoint la préoccupation des habitants de la cité de transit: proche de chez lui elle est construite derrière le cimetière. Inspiré, Isidore veut inspirer les autres:

" Je pense trop. Je pense la nuit aux autres qui sont malheureux. Ça m'empêche quelquefois d'être heureux. L'esprit m'a dicté ce que je devais faire pour embellir la vie. Beaucoup de gens pourraient en faire autant, mais non ils n'osent pas. Moi, j'ai pris mes mains et elles m'ont rendu heureux. Je voudrais être un exemple "

Lors de la reconstruction du quartier, inspirés par Picassiette, les habitants réalisent de nombreuses mosaïques, créent une entreprise associative et le Prix Picassiette.

Pour Paul Fuks, médecin, psychanalyste, ( Le jardin d'assiettes, Éditions Ides et Calendes, Neuchâtel 1993) L'interprétation, dans une perspective jungienne, des rêves qui ont inspiré Isidore, révèle un mythe christique de mort et de résurrection.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • [réf. nécessaire] : Raymond Isidore, balayeur au cimetière de Chartres, achète une parcelle de terre en friche rue des Rouliers (actuellement rue du Repos) et entreprend aussitôt, et seul, la construction d'une maisonnette sans étage, sans eau courante ni commodités.
  •  : il y emménage avec sa femme et les deux fils de celle-ci. Sa vie se confond désormais avec la décoration de la maison et du jardin attenant.
  • 1938 : début de l'aménagement de la maison. Ses matériaux de prédilection sont les débris de vaisselle récupérés dans les décharges des alentours, d'où le sobriquet donné par le voisinage de « Picassiette », c'est-à-dire « Picasso de l'assiette ».
  • 1945-1951: Début de la décoration de la première cour et de l'extérieur de la maison.
  • 1952 : première publication de la maison Picassiette dans la revue "Radar"
  • 1953-1956 : construction de la chapelle et du logement d'été.
  • 1956-1957 : décoration de la cour noire.
  • 1958 : construction du porche et du mur d'enceinte du jardin
  • 1958-1962 : décoration du jardin et construction du tombeau bleu.
  • 1964 : mort de Raymond Isidore.
  • 1979: Maarten Kloos, architecte, publie chez Encre éditions, collection les banlieues de l'art, un ouvrage illustré et documenté, enrichi d'importants propos de Raymond Isidore, de journalistes, de visiteurs et de voisins: " Le paradis terrestre de Picassiette". Premier du genre, il est doté de sources et de références qui permettront à des travaux comme ceux de l'association des 3R, de Paul Fuks et de Patrick Macquaire, de valoriser la maison Picassiette et la pensée du balayeur Raymond Isidore.
  • 1981 : la ville de Chartres acquiert la maison.
  • 1983 : la maison Picassiette est classée monument historique[3].
  • Mort d'Adrienne Dousset, veuve de Raymont Isidore.
  • 1989 Création au sein de l'association les 3R (Rénover, Restaurer, Réhabiliter), d'une structure d'insertion par l' activité économique, d'une régie de quartier, d'un atelier mosaïque qui, à côté d'activités d'entretien d'espaces extérieurs et d'entrées d'immeubles, soutiendront la réhabilitation du quartier des Hauts-de-Chartres: la démarche emprunte largement au balayeur sa philosophie d'exclu: " Elle mobilise les habitants autour de la mosaïque conçue comme une métaphore de la complexité." (réf: Le monde selon Isidore, Éditions HD ).
  • 1996 : L'association les 3R crée avec sa régie les Rencontres Internationales de Mosaïque[4] . Organisé tous les deux ans, l'évènement donne lieu à la remise du prix Picassiette. La structure poursuit la réalisation de nombreuses mosaïques sur le quartier des Hauts de Chartres (mais aussi rue des Petites Filles Dieu et rue Georges Fessard). Un jalonnement de mégalithes, ( blocs de gré rose issus d'une carrière d'Erquy et partiellement recouverts de mosaïques) est installé de la Maison Picassiette rue du repos, jusqu' à la rue Jules Hetzel et dans le petit bois des Hauts-de-Chartres en passant par la rue des Hauts de Chartres et la rue Isidore. Il souligne l'important retentissement de l’œuvre de Raymond Isidore sur le quartier et sur sa reconstruction [5].
  • 2003 : la ville confie à la régie des 3R la gestion de la chapelle Saint-Éman, espace dévolu à la mosaïque contemporaine situé en contrebas de la cathédrale. La régie des 3R installe au sol un jalonnement de petites mosaïques qui relie la chapelle à la maison Picassiette. Il traverse le cimetière municipal où est enterré Picassiette. Le Centre Social, qui fédère l'association de gestion de la Maison pour Tous et l'association les 3R, créateur de l'espace petite enfance, des secteurs d'animation et des centres de loisir du quartier, des actions scolaires et des fêtes est municipalisé avec l'ensemble des centres sociaux par décision de l'équipe municipale élue en 2001. La régie et l'association les 3R se redéploient sur l'ensemble des quartiers d'habitat social de la ville. Elles se concentrent sur des actions d'insertion par l'économique et maintiennent, avec le soutien des habitants, leur référence à Picassiette.
  • 2014 : l'association les 3R, fête le 25e anniversaire de la création de la régie de quartier, la dixième édition du prix Picassiette, le 50e anniversaire de la disparition de Raymond Isidore à la chapelle du lycée Fulbert, à la chapelle Saint-Éman, sur les boulevards de la ville.
  • 2015 : la régie des 3R, inaugure la décoration en mosaïque d'un poste électrique aux allures de sémaphore. Situé à l'entrée du quartier aux abords de la rue de Sours, proche de la Maison Picassiette, il en est autant le témoin que la vigie. Il a fait l'objet d'une présentation illustrée dans : Postes Électriques - Enedis - Street art en 2018.
  •  : la maison Picassiette subit un acte de vandalisme. La nuit, un individu y entre par effraction et brise la maquette de la cathédrale de Chartres édifiée par Picassiette dans le jardin[6]. Le suspect est ensuite appréhendé. La mairie de Chartres décide de prendre en charge la restauration de cette partie du monument, évaluée à environ 10 000 euros[7].
  • 2018 : Gérard Brand, mosaïste d'Obernai, achève le portrait de Picassiette, auquel il consacre un important manuscrit musif[à définir], (livre objet, mosaïque sertie de métal et constituée de tesselles, de pierres, d'objets, d'images, de textes) visible sur son site. Le manuscrit a pris place dans une bibliothèque consacrée aux artistes et acteurs de la mosaïque contemporaine qui à terme comprendra une centaine d'ouvrages. Il a été réalisé pour le congrès annuel de l'association internationale de mosaïque contemporaine (AIMC). Il est régulièrement présenté lors d'expositions. La Maison Picassiette l'a accueilli en 2020 à l'occasion du Prix Picassiette organisé à Chartres durant les Rencontres Internationales de Mosaïque.
  • 2018 : Le XVIe congrès de l'AIMC organisé en France pour la première fois, à Paray-Le-Monial, par des artistes venus de 35 pays, a élu Raymond Isidore membre d'honneur, à titre posthume, sur proposition de Patrick Macquaire et du président grec de l'AIMC, Nikos Tolis.
  • 2020: Les Euréliens, éditions Sutton, publient les témoignages par Pascal Le Rest, de Paul Fuks et Patrick Macquaire sur leurs recherches et travaux respectifs autour de Picassiette.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edgardo Franzosini, Monsieur Picassiette : Raymond Isidore et sa cathédrale (trad. de l'italien par Philippe Di Meo), JC Lattès, Paris, 1998, 159 p. (ISBN 2-7096-1825-7). Réédité: La Baconnière, Genève, 2021, 144 p. (ISBN 978-2-889600-49-6)
  • Paul Fuks, Picassiette : le jardin d'assiettes (photogr. de Robert Doisneau, Jacques Verroust et Paul Fuks), Ides et Calendes, Neuchâtel, 1992, 125 p. (ISBN 2-8258-0042-2)
  • Caroline Holmes, « La maison Picassiette, Chartres » in Folies et fantaisies architecturales d'Europe (photographies de Nic Barlow, introduction de Tim Knox, traduit de l'anglais par Odile Menegaux), Citadelles & Mazenod, Paris, 2008, p. 194-197 (ISBN 978-2-85088-261-6)
  • Maarten Kloos, Le Paradis terrestre de Picassiette, Encre, Paris, 1979, 102 p. (ISBN 2-86418-017-0)
  • Patrick Macquaire, Le quartier Picassiette : un essai de transformation sociale à Chartres, L'Harmattan, Paris, [2008], 2018, 184 p. Traduction italienne : Il quartiere Picassiette, Arte del mosaico e transformazione sociale a Chartres, Edizioni Girasole, Ravenna 2017. (ISBN 978-2-296-07268-8)
  • Patrick Macquaire, Picassiette ou le complexe d'Isidore, Cultures et Sociétés, , Ed Téraèdre Paris (ISBN 978-2-36085-017-4)
  • Patrick Macquaire, " L'esprit Picassiette", Mosaïque Magazine, N°12-13-14-15, , janvier et , , Mosaïque Magazine, Paris, {{ISSN:2114-2793}}
  • Clovis et Claude Prévost, Raymond Isidore, dit Picassiette, de Chartres, Chêne, Paris, 1978, 75 p. (ISBN 2-85108-164-0)
  • Maïthé Vallès-Bled, Picassiette : guide du visiteur, Association des amis du Musée des Beaux-arts de Chartres, 2002, 34 p. (ISBN 2-9518542-0-X)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour lever toute ambiguïté, Isidore est le nom et Raymond le prénom.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les amis du musée des beaux-arts de Chartres », sur www.amis-musees.fr (consulté le ).
  2. Cimetières de France et d'ailleurs
  3. « Maison Picassiette, actuellement musée Picassiette », notice no PA00097013, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. Les Rêveurs de mosaïque : Prix Picassiette, premières rencontres internationales de Chartres, éd. Association les 3R, Chartres, 1997, 64 p. (ISBN 2-9514318-0-5) ; Les Nouveaux mosaïstes : Prix Picassiette ; 2e Rencontres Internationales de Mosaïque de Chartres éd. Association les 3R, Chartres, 1999, 83 p. (ISBN 2-9514318-1-3).
  5. Patrick Macquaire, Le quartier Picassiette, édition L'Harmattan, Paris, 2008.
  6. Hélène Bonnet, « Fait divers - La cathédrale de la maison Picassiette saccagée à Chartres », L'Écho républicain,‎ (lire en ligne).
  7. Que devient la cathédrale de Picassiette, vandalisée en février, à Chartres ?, L'Écho républicain, 21 juillet 2017.