Joseph Boze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boze.
Joseph Boze
Joseph Boze - Self-Portrait - WGA03025.jpg

Autoportrait, 1782

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Joseph Boze, né à Martigues le , mort à Paris le , est un peintre de portraits et pastelliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès l’enfance, Joseph Boze montre des dispositions pour le dessin et entre à 17 ans à l’école pratique de dessin de Marseille. Selon le biographe Volcy-Boze, il suit à Paris l’enseignement de Maurice Quentin de la Tour.

Nommé peintre breveté de la guerre sous Louis XVI, il fait sa carrière en réalisant plusieurs portraits des membres de la cour dont le roi. Sous la Révolution, il peint plusieurs membres du Tiers état et de la convention notamment ceux de Mirabeau, Robespierre et Marat.

Après avoir témoigné lors du procès en faveur de Marie-Antoinette, il est arrêté et est enfermé à la Conciergerie. La chute de Robespierre lui évite l’échafaud. À sa libération, il part pour la Hollande et ensuite pour l’Angleterre. Il revient à Paris en 1798 et continue sa carrière jusqu’en 1826 date de sa mort.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Esquisse pour le portrait de Mirabeau de Boze
  • Portrait de Pierre-Charles Bonnefoy du Plan, garde des meubles de la Reine Marie-Antoinette et concierge du Petit Trianon (1732-1824), 1783, pastel sur papier bleu marouflé sur toile de 64,9 cm sur 54,1 cm, Versailles, Musée des château de Versailles et de Trianon. (Ce portait fut précédemment attribué à Joseph Ducreux.)
  • Portrait du négociant bordelais Pierre-Paul Nairac en 1786[1].
  • Louis-Antoine de Bourbon, duc d'Angoulême, 1785, huile sur toile, San Francisco, Musée des Beaux-Arts, Palais californien de la Légion d'Honneur (don de Grace Hamilton Kelham en 1962).
  • Portait de Petion, président de la Convention Nationale, huile sur toile, 1792 collection particulière
  • Un Général de la Révolution, entre 1791 et 1794, huile sur toile, Paris, Musée Carnavalet, (achat de la ville de Paris en 1897).
  • le Général Bonaparte et son chef d’état-major le général Berthier à la bataille de Marengo, de Joseph Boze avec la collaboration de Robert Lefèvre et de Carle Vernet, huile sur toile 289 par 232 cm, Paris, Fondation Napoléon.

Anecdote[modifier | modifier le code]

  • Boze en juin 1782 fit l’essai avec l’aide de Jacques de Vaucanson d’un frein sur un véhicule hippomobile. Plusieurs localités escarpées furent choisies pour cette expérience : Chaillot, puis Le Pecq.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Lieux symboliques en Gironde. Trois siècles de franc-maçonnerie à Bordeaux., Florence Mothe, page 111

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Fabre, Xavier Salmon et Laurent Hugues, Joseph Boze, 1745-1826, Portraitiste de l’Ancien Régime à la Restauration, catalogue de l’exposition présentée à Martigues, au musée Ziem, du 18 novembre 2004 au 20 février 2005, Somogy (ISBN 2-850567-68-X)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :