Alofi (île)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alofi
Image illustrative de l’article Alofi (île)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel îles Horn
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 14° 20′ 00″ S, 178° 02′ 00″ O
Superficie 17,78 km2
Point culminant mont Kolofau (pt) (417 m)
Géologie Atoll surélevé
Administration
Collectivité d'outre-mer Wallis-et-Futuna
Démographie
Population hab. (2018)
Densité 0,06 hab./km2
Plus grande ville Alofitai
Autres informations
Fuseau horaire UTC+12
Géolocalisation sur la carte : Wallis-et-Futuna
(Voir situation sur carte : Wallis-et-Futuna)
Alofi
Alofi
Géolocalisation sur la carte : océan Pacifique
(Voir situation sur carte : océan Pacifique)
Alofi
Alofi
Îles en France

Alofi est une île de Polynésie, dans l'océan Pacifique occidental, formant avec Futuna (à 2 km au nord-ouest) et quelques récifs l'archipel des îles Horn. Elle fait partie de Wallis-et-Futuna, territoire d'outre-mer français. Elle est située dans le royaume d'Alo.

Géographie[modifier | modifier le code]

Alofi au sud et Futuna au nord.

Île de 17,78 km2 d'origine volcanique, elle est très pentue, culminant à 417 m au mont Kolofau (pt)[1] (autrefois appelé Mont Bougainville[2]). Elle est entourée d'un récif corallien partiellement exondé, ce qui en fait un atoll surélevé[3]. Elle n'est distante de Futuna que de 1,8 km. Le chenal qui les sépare est appelé Vasa en futunien[1].

La forêt primaire couvre 70 % de la surface d'Alofi[1].

Elle est pratiquement inhabitée (un seul habitant permanent à Alofitai en 2018)[4], mais elle a été habitée auparavant, avec plusieurs villages et chefferies installées[1].

Plage d'Alofi en fin de journée.

Les différents terrains sont possédés par les familles futuniennes qui les cultivent.

La pointe Afaga, située à l'extrémité méridionale de l'île est, de toutes les terres françaises, le point le plus éloigné de Paris (16 252 km)[réf. nécessaire].

À l'extrémité ouest de l'île se trouve la grotte de Loka, lieu de pèlerinage pour les Futuniens et source d'eau douce.

Futuna et Alofi vues depuis l'espace (image orientée vers l'ouest).

Histoire[modifier | modifier le code]

Premiers habitants et premières chefferies[modifier | modifier le code]

La date du premier peuplement d'Alofi est incertaine. Cependant, des fouilles archéologiques menées dans les années 1970-1980 ont révélé la présence de céramiques à Mamalua à Alofi. À Futuna, le site de Tavai, fouillé par Patrick V. Kirch en 1974, daterait de la période Lapita, les traces d'occupation humaines remontant à 200 av. J.-C.[1], et celui d'Asipani remonterait à 700 av. J.-C.[1]

Des fouilles réalisées à Alofitai montrent la présence de poissons, coquillage et hameçons de pêche : « ceci montre que ces Océaniens anciens d'Alofi se nourrissaient de l'exploitation du petit lagon d'Alofitai tandis que ceux de Futuna, où il n'y a pas de lagon, devaient puiser l'essentiel de leur nourriture dans les ressources du sol »[1].

Suite à une pression démographique importante, les habitants qui résident en bord de mer vont peu à peu occuper l'intérieur des terres à partir du VIe siècle : c'est le passage de la période Kele Uli (« terre noire ») à la période Kele Mea[1]. Plusieurs chefferies se mettent en place, à Mauifa, Tui Saavaka et Vakalasi ; une dernière chefferie, le Fale Tolu, apparaît plus tardivement[5].

Tandis que plusieurs forts sont construits à Futuna, un fort est érigé sur le mont Kolofau[5].

Tentatives d'invasions tongiennes[modifier | modifier le code]

Entre 1476 et 1504, les Tongiens envahissent Alofi. Le chef Gaatialili, qui régnait sur Uvea, investit le fort du mont Kolofau et projette d'envahir Futuna ; il est tué durant la guerre de Pakafu qui s'ensuit. Les invasions tongiennes à Futuna et Alofi s'arrêtent définitivement vers 1565 lorsque Kauulufenuafekai tente de conquérir Futuna et est battu à Leava[5].

Contact européen[modifier | modifier le code]

Le , Futuna et Alofi sont visitées par les navigateurs néerlandais Willem Schouten et Jacob Le Maire.

Rivalités entre chefferies et unification[modifier | modifier le code]

Les différentes chefferies existantes à Alofi sont en rivalité, voire en guerre. À la fin du XVIIe siècle, Mauifa, le chef de Loka chasse la chefferie Fale Tolu ; début XVIIIe, le chef Tui Asoa chasse le Tui Saavaka d'Alofi et le contraint à partir à Poi (Futuna). Une tentative d'élargir la zone d'influence de la chefferie d'Asoa se solde par une défaite militaire[5].

Un chef, Veliteki, parvient néanmoins à conquérir progressivement toute l'île d'Alofi du milieu du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle, en battant les différentes chefferies installées : d'abord le Mauifa, puis le Valakasi et enfin le Fale Tolu. Plusieurs batailles ont lieu à Alofitai. La conquête d'Alofi terminée, les belligérants tentent de conquérir Futuna[5].

Les guerres incessantes entraînent le dépeuplement de l'île et la perte des titres de chefferie propres à Alofi, « effacés par les guerriers de Futuna »[6]. Suite à ces combats, les contours des deux royaumes d'Alo et de Sigave se dessinent ; ils sont fixés définitivement lors de la guerre du Vai de 1839. Alofi fait partie du royaume d'Alo[5].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Dans les années 2000, Alofi n'est habitée que par une seule personne[7]. L'île est cultivée par des familles de Futuna qui y possèdent des champs. C'est également une destination touristique prisée des Futuniens[8]. Alofi est sous la responsabilité d'un ministre coutumier[9].

En 2019 et 2020, des fouilles archéologiques sont menées par Christophe Sand, de l'IRD, pour comprendre pourquoi l'île s'est dépeuplée. Ces fouilles ont montré qu'Alofi avait été peuplée par 3 000 personnes[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Daniel Frimigacci et Bernard Vienne, Aux temps de la terre noire : ethnoarchéologie des îles Futuna et Alofi, Peeters Publishers, , 251 p. (ISBN 978-2-87723-030-8, lire en ligne), p. 11, 24, 45.
  2. Edwin Grant Burrows et Suzanne Manuaud, Futuna, ethnologie et actualité, Société d'études historiques de la Nouvelle-Calédonie, (lire en ligne), p. 11.
  3. « Islands of Wallis and Futuna (France) » (consulté le 22 juin 2017).
  4. « Décret no 2018-1152 du authentifiant les résultats du recensement de la population 2018 des îles Wallis et Futuna », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 27 février 2019).
  5. a b c d e et f Daniel Frimigacci et Bernard Vienne, Aux temps de la terre noire : ethnoarchéologie des îles Futuna et Alofi, Peeters Publishers, , 251 p. (ISBN 978-2-87723-030-8, lire en ligne), p. 161-165.
  6. Daniel Frimigacci et Bernard Vienne, Aux temps de la terre noire : ethnoarchéologie des îles Futuna et Alofi, Peeters Publishers, , 251 p. (ISBN 978-2-87723-030-8, lire en ligne), p. 61.
  7. « Découvrir Futuna - Tourisme à Wallis et Futuna », sur wallis-futuna.travel (consulté le 23 avril 2021).
  8. « Alofi, ça vous tente pour vos vacances ? », sur Wallis-et-Futuna la 1ère (consulté le 17 décembre 2020).
  9. « Environnement à Alofi : dernier avertissement du ministre coutumier aux "visiteurs indélicats" », sur Wallis-et-Futuna la 1ère (consulté le 17 décembre 2020).
  10. « Futuna : des fouilles archéologiques sur l'île de Alofi pour comprendre son dépeuplement », sur Wallis-et-Futuna la 1ère (consulté le 17 décembre 2020).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]