Château de Saumur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Saumur
Image illustrative de l’article Château de Saumur
Période ou style Médiéval et Renaissance
Type Forteresse
Château de la Loire
Début construction Xe siècle
Fin construction XVIe siècle
Propriétaire initial Thibaud, comte de Blois,
Destination initiale Forteresse
Propriétaire actuel Commune de Saumur
Destination actuelle Musée
Protection Logo monument historique Classé MH (1964)
Coordonnées 47° 15′ 25″ nord, 0° 04′ 21″ ouest[1]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Drapeau de l'Anjou Anjou
Département Maine-et-Loire
Région Blason région fr Pays-de-la-Loire.svg Pays de la Loire
Commune Saumur

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Château de Saumur

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Saumur

Le Château de Saumur s'élève à Saumur en Maine-et-Loire, au confluent de la Loire et du Thouet. Il est classé monument historique depuis le [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Château de Saumur, façade sud. Miniature de septembre dans Les Très Riches Heures du duc de Berry, vers 1440, musée Condé, Ms.65, f.9v

Le château de Saumur a connu ses premières fortifications sous Thibaud Ier le Tricheur, comte de Blois, au Xe siècle. Les premières pierres sont posées autour de l'abbaye bénédictine de Saint-Florent. En 1026, il devint propriété du comte d'Anjou, le célèbre Foulques Nerra qui le légua à ses héritiers Plantagenêt. Philippe Auguste, roi de France et capétien, l'annexa à la couronne. Il brûla les premières fortifications cette même année avant de faire construire un donjon de forme barlongue et des contreforts.

En 1227, Saint Louis fait rehausser le fort puis, à partir de 1367, Louis Ier d'Anjou, petit-fils de Philippe VI, fait remplacer les vieilles tours rondes par des tours octogonales[3]. René d'Anjou améliore sensiblement le confort de l'ensemble du château qu'il surnomme le « château d'amour », lequel figure dans les Très Riches Heures du duc de Berry (folio du mois de septembre y représentant les vendanges).

Au XVIe siècle, un architecte-militaire italien resté sous le nom de Bartholomeo (vraisemblablement le père d'Ercole Negro[4]), renforce les défenses du château en y construisant une enceinte selon un tracé à l'italienne. Le château devient ensuite une prison sous l'ordre de Napoléon. Les travaux prennent 6 ans mais les cellules ne seront utilisées que 3 mois jusqu'à l'exil de Napoléon. Il devient ensuite un un dépôt de munitions sous Louis XVIII mais les habitants de Saumur se plaignent souvent des explosions qui ont lieu dans le château. C'est en 1862 qu'il est classé Monument Historique. Au début du XXe siècle, la ville rachète le château à l'État et le rénove progressivement, y installant un musée des arts décoratifs (donation du comte Charles Lair pour une majeure partie des œuvres exposées, céramique et mobilier) ainsi que celui du Harnachement.

Structure du rempart reconstruit

Le , la partie ouest du rempart nord s'est effondrée et a endommagé une partie des habitations situées en contrebas. Il s'ensuivit un chantier de stabilisation du sous-sol et de reconstruction du rempart qui s'est achevé en 2007.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le château dispose d'un escalier à double révolution), construit plusieurs siècles avant les travaux de Léonard de Vinci. Il permettait aux nobles et aux serviteurs d'utiliser le même escalier sans jamais se croiser. L’accès au belvédère permet de découvrir l’aile sud et d’emprunter cet escalier à double révolution, témoignage rare d’un savoir-faire maîtrisé. A noter également l'escalier d'honneur, avec ses 4 baies, est le seul témoin subsistant d'un élement qui existait aussi au Louvre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail et Google Maps
  2. Notice no PA00109307, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Ces deux étapes sont encore visibles aujourd'hui, les pieds des tours octogonales sont tronconiques.
  4. Bartholomeo-Ricardo Negro, alias Barthélemy Richard, architecte-militaire du Roi de France

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Litoux, Éric Cron (dir.), Le château et la citadelle de Saumur, architectures du pouvoir, Paris, Société française d'archéologie, 2010, 227 p., [compte-rendu en ligne].
  • Hubert Landais, « Le château de Saumur, résidence des ducs d'Anjou aux XIVe et XVe siècles », dans Noël Coulet et Jean-Marie Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge : actes du colloque international organisé par l'Université d'Angers, Angers-Saumur, 3-6 juin 1998, Rome, École française de Rome, coll. « Collection de l'École française de Rome » (no 275), , 842 p. (ISBN 2-7283-0615-X), p. 189-203.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]