Traité de Corbeil (1258)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Traité de Corbeil.
Sceau de Guillaume de Roquefeuil

Le traité de Corbeil de 1258 est un traité signé le [1],[2],[3] au prieuré de Saint-Jean-en-l'Isle[3], près de Corbeil[1],[2], entre les représentants du roi d'Aragon, Jacques Ier[1],[n. 1], et ceux du roi de France, Louis IX[4].

Par ce traité, le roi de France renonce à ses prétentions sur la Catalogne et le roi d'Aragon renonce de son côté à certaines de ses prétentions dans le Languedoc (sauf Montpellier entre autres).

Présentation[modifier | modifier le code]

Ce traité fixe la frontière du royaume de France au sud des Corbières, gardée, côté français par les forteresses de Termes, Aguilar, Niort, Quéribus, Peyrepertuse et Puilaurens. Les chevaliers Olivier de Termes et Raimond Gaucelm de Lunel sont sans doute les principaux artisans de ce traité.

Louis IX renonce à ses droits de suzeraineté[5] sur le comté de Barcelone[5],[6] et les autres comtés catalans[7] dont le Roussillon et la Cerdagne[5].

En contrepartie, Jacques Ier renonce, d'une part, au Fenouillèdes et au Peyrepertusès, et cède les châteaux de Puylaurens, Fenouillet, Castel Fizel, Peyrepertuse et Quéribus[8].

Le roi d'Aragon renonce, d'autre part, à ses droits de suzeraineté sur :

Jacques Ier ne conserve que la seigneurie de Montpellier, la vicomté de Carlat et la baronnie d'Aumelas[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les signataire du traité sont : Arnau de Gurb, évêque de Barcelone ; Guillaume, prieur de Sainte-Marie de Corneilla ; et Guillaume de Roquefeuil, lieutenant de Montpellier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Claramunt Rodríguez 2014, p. 477, en part. n. 3.
  2. a et b Guilleré 2009.
  3. a et b Pletinckx 2008, p. 26.
  4. Herodote.net
  5. a, b, c, d et e Duvernoy 1998, p. 191.
  6. Claramunt Rodríguez 2014, p. 479.
  7. Claramunt Rodríguez 2014, p. 477 et 479.
  8. a, b, c, d et e Claramunt Rodríguez 2014, p. 477.
  9. Claramunt Rodríguez 2014, p. 476-477.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]