Société d'économie mixte des voyageurs de l'agglomération toulousaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Semvat

Création 1973
Dates clés 1973, Création de la SEMVAT

1993, Mise en service de la première ligne du métro (ligne A : Basso-Cambo – Jolimont). Modernisation du réseau toulousain
2002, Création et exploitation commerciale sous la marque Tisséo
2004, Disparition du réseau urbain de la Semvat au profit de Tisséo-Connex 2006, Disparition du réseau interurbain de la Semvat cédant à la RDT31

Disparition 2006
Slogan SEMVAT Le passager d'abord
Siège social FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau de France France


La Société d'économie mixte des voyageurs de l'agglomération toulousaine (plus connue sous le sigle SEMVAT) était la société qui gérait le réseau de transport en commun couvrant la ville de Toulouse et sa proche banlieue, de 1973 à 2004. Elle exploitait 64 lignes de bus urbains et une ligne de métro type VAL, ainsi que 22 lignes de cars interurbains du Réseau arc-en-ciel.

Statut juridique[modifier | modifier le code]

La SEMVAT était une société anonyme d'économie mixte dont le capital était réparti entre :

La SEMVAT exploitait le réseau de transport en commun de Toulouse dans le cadre d'une délégation de service public qui lui était concédée par le Syndicat Mixte des Transports en Commun (SMTC), émanation des collectivités locales citées plus haut, connu désormais sous la marque « Tisséo », adoptée en 2002.

Dissolution[modifier | modifier le code]

En 2004, elle perd le marché lors d'un appel d'offres et cède la place à la société privée Connex. Après une forte lutte politique entre les élus de Toulouse et ceux des socialistes du conseil général, le 17 novembre 2005, Tisséo décide de reprendre l'exploitation du réseau en régie directe à partir du 1er janvier 2006.

Après avoir perdu son marché sur l'appel d'offres du réseau urbain en 2004, la Semvat a continué d'exister jusqu'au mois d'août 2006 en exploitant l'autre partie de son activité, à savoir les lignes régulières de transport interurbain, départementales, qu'elle avait remporté dans un appel d'offres du conseil général de la Haute-Garonne. Une régie départementale sous la forme d'un EPIC a repris l'exploitation de ces lignes et le personnel de la SEMVAT.