Marie-Guite Dufay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie-Guite Dufay
Marie Guite Dufay, Présidente du Conseil régional de Franche-Comté
Marie Guite Dufay, Présidente du Conseil régional de Franche-Comté
Fonctions
Présidente de la Région de Franche-Comté
En fonction depuis le
(7 ans 7 mois et 4 jours)
Réélection
Prédécesseur elle-même (par intérim)
Présidente du conseil régional de Franche-Comté par intérim
05 janvier 2008
(19 jours)
Prédécesseur Raymond Forni
Successeur elle-même (élue)
Vice-présidente du conseil régional de Franche-Comté
28 mars 2004
(3 ans 9 mois et 8 jours)
Président Raymond Forni
4e adjointe au maire de Besançon
20012008
Maire Jean-Louis Fousseret (PS)
Conseillère municipale de Besançon
19891995
Maire Robert Schwint (PS)
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Nationalité Drapeau : FranceFrançaise
Parti politique PS (adhésion en 1993)
Enfant(s) 3 enfants
Diplômé de IEP Paris

Marie-Marguerite Dufay, plus connue sous le nom de Marie-Guite Dufay, née le à Paris, est une femme politique française, membre du Parti socialiste (PS). De 1995 à 2008, elle fut conseillère municipale puis adjointe au maire de Besançon.
Elle exerce depuis 2008, la responsabilité de présidente du conseil régional de Franche-Comté[1]. Elle est la seule femme exerçant cette responsabilité. Elle succède à Ségolène Royal comme vice-présidente de la Banque publique d'investissement le [2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses débuts et ses études[modifier | modifier le code]

Marie-Marguerite Dufay est née le à Paris. Elle passe sa jeunesse dans l’Allier et poursuivra ensuite ses études à l’Institut d'études politiques de Paris. En 1971, elle s’installe en Franche-Comté[3].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

À son arrivée à Besançon, elle intègre les services de la Préfecture où elle travaille sur les affaires économiques de la région. Elle rejoint ensuite le centre culturel Pierre Bayle où elle est chargée de mission, en particulier sur la mise en place d’évènements pour mieux faire connaître le monde de l’économie.

À la naissance de son deuxième enfant elle fait une pause dans sa vie professionnelle, pour s'investir davantage dans la vie associative bisontine, notamment au sein du Centre d’Information des Femmes, où elle sera finalement embauchée en 1981. Elle y met en place les quatre centres départementaux des Droits des Femmes de Franche-Comté et en anime le fonctionnement pendant six années. Elle se consacre plus particulièrement aux questions de formation et d’insertion professionnelle des femmes. Elle intègre ensuite l’Agence nationale pour l’emploi où elle dirige un pôle régional, chargé du reclassement des salariés licenciés économique[3].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Mme Dufay est élue pour la première fois conseillère municipale de Besançon en 1989 ; quatre ans plus tard, elle adhère au Parti socialiste. En 1995, elle assume la délégation à la politique de la ville. En 2001, elle est nommée quatrième adjointe par Jean-Louis Fousseret et prend la responsabilité des politiques sociales mises en place par la municipalité. Elle a pu contribuer ainsi aux grands dossiers de renouvellement urbain, à une meilleure reconnaissance du rôle des associations dans la vie des quartiers[4].

Elle devient vice-présidente du Centre communal d'action sociale, dans lequel elle met en place le service « proxim’social » qui répond aux demandes des personnes fragilisées par la vie et le service « prévenance » destiné à lutter contre l’isolement des personnes âgées[3].

Campagne infructueuse pour l'assemblée nationale[modifier | modifier le code]

En décembre 2006, l'ancienne ministre Paulette Guinchard-Kunstler décide de ne pas être candidate pour les élections législatives de 2007. Marie-Guite annonce sa candidature et est investie par le parti socialiste. Mais elle sera finalement battue par l'UMP Jacques Grosperrin (47,32 % contre 52,68 %)[5].

Au conseil régional[modifier | modifier le code]

En 2004, Marie-Guite Dufay est élue au conseil régional de Franche-Comté sur la liste menée par Raymond Forni. Celui-ci lui confie les secteurs du développement économique, de l’économie sociale et solidaire et de l’emploi. Parmi ses fonctions à la Région, elle préside le conseil de surveillance de l’Agence de développement économique (ARD) qui a pour rôle d’accompagner le développement des différents secteurs de l’économie comtoise et de contribuer à l’émergence de nouveaux emplois. Elle s’investit dans la création des emplois Tremplins et soutient les emplois à domicile et d’auxiliaire de vie qui reçoivent un appui de la collectivité régionale.

Après le décès de Raymond Forni en janvier 2008, Marie-Guite Dufay assure l'intérim à la tête de l'exécutif régional du 5 au 24 janvier 2008.

Le 24 janvier 2008, avec 26 voix elle est élue présidente du Conseil régional, contre 12 voix à Jean-François Humbert et 4 voix à Sophie Montel. Son mandat expire à l'issue des élections régionales des 14 et 21 mars 2010[6], où elle sera réélue pour 5 ans supplémentaires.

Marie-Guite Dufay annonce officiellement le 5 septembre 2009 qu'elle est candidate à l’investiture socialiste pour la tête de liste régionale[7]. Le 1er octobre elle est investie par les militants socialistes avec 93,18 % des suffrages contre 6,82 % à Jean-Philippe Huelin[8]. Dans un climat national favorable à la gauche, ses principaux concurrents sont Alain Joyandet de l’UMP, Alain Fousseret d’Europe Écologie et Sophie Montel du Front national.

La liste qu’elle mène remporte l’élection avec 47,41 % des voix contre 38,36 % à Alain Joyandet et 14,23 % à Sophie Montel[9].

En juin 2015, elle est choisie pour être tête de liste à l'élection régionale pour la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté[10].

Action en faveur du développement économique et social[modifier | modifier le code]

En tant que Présidente du Conseil régional, Marie-Guite Dufay s'est illustrée par un volontarisme à destination de la transition écologique, avec le lancement de programmes pour l'efficacité énergétique, à destination du secteur de l'économie sociale et solidaire, et pour l'emploi. Elle apporté son soutien aux entreprises de Franche-Comté et à leurs salariés, notamment depuis la crise financière et économique de 2008, et en particulier dans le secteur industriel, la Franche-Comté étant la première région industrielle de France par le nombre de salariés. Elle avait déjà, en tant qu’élue municipale et au pôle emploi, promu un développement économique et social inclusif, et le reclassement économique des licenciés. Ce soutien s’est concrétisé en Franche-Comté par la formation professionnelle des salariés en période de chômage partiel, dispositif plus connu par la formule "former plutôt que chômer". En accord avec les partenaires sociaux (organisations salariales et patronales) et les organismes financeurs, ce dispositif a permis la préservation de près de 15 000 emplois grâce à des dispositifs régionaux.

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Marie-Guite Dufay est également Vice-Présidente de l’Association des Régions de France, et y préside la commission « Economie Sociale et Solidaire ». Elle est également membre du Conseil d’administration de la Banque Publique d’Investissement, et membre du Conseil de la Simplification pour les entreprises créé en 2014.

Elle a été nommée en 2015 membre préfiguration de la future agence de développement économique des territoires voulue par François Hollande, et a reçu une lettre de mission du Premier ministre pour co-piloter les travaux de préfiguration d'une telle agence qui devrait voir le jour au début de l'année 2016.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mme Dufay est mariée et mère de 3 enfants[3].

Décorations[modifier | modifier le code]

Mme Dufay est chevalier de la Légion d'honneur[11]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :