Louis Mapou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louis Mapou
Illustration.
Louis Mapou (2e à droite, tenant le micro) et le bureau du FLNKS en 2017.
Fonctions
Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie
En fonction depuis le
(3 mois et 7 jours)
Élection
Vice-président Isabelle Champmoreau
Gouvernement Mapou
Prédécesseur Thierry Santa
Membre du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie
chargé des Relations extérieures, de la Sécurité civile, des Affaires coutumières, des Mines, du Suivi des Transferts de compétences, des Questions intéressant l'Identité et la Citoyenneté et des Relations avec le Sénat coutumier
En fonction depuis le
3 mois et 1 jour
Élection
Président Lui-même
Gouvernement Mapou
Prédécesseur Thierry Santa (Sécurité, Relations extérieures, Mines)
Didier Poidyaliwane (Affaires coutumières, Identité, Citoyenneté)
Président du groupe UNI au Congrès de la Nouvelle-Calédonie

(7 ans, 1 mois et 22 jours)
Prédécesseur Jean-Pierre Djaïwé
Successeur Jean-Pierre Djaïwé
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Unia (Yaté, Nouvelle-Calédonie)
Nationalité Française
Parti politique Palika - UNI - FLNKS
Diplômé de Université de Nantes
Université Paris-Diderot
Université Bordeaux-III
Profession Géographe
Fonctionnaire territorial
Administrateur de société

Louis Mapou
Présidents du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Louis Mapou est un homme politique kanak indépendantiste de Nouvelle-Calédonie. Né le à la tribu d’Unia dans la commune de Yaté, il est père de quatre enfants et est le frère cadet de Raphaël Mapou, lui-aussi figure de l'indépendantisme kanak[1]. Membre du Parti de libération kanak (Palika), il est président du groupe Union nationale pour l'indépendance (UNI) au Congrès de la Nouvelle-Calédonie de 2014 à 2021 et conseiller municipal d'opposition à Païta de 1989 à 1995 et depuis 2020. Il est élu président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie le , le premier indépendantiste à obtenir cette fonction sous le statut de l'accord de Nouméa. Il entre en fonction le à minuit, date limite pour l'investiture de l'exécutif, soit une semaine après son élection comme président[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Mapou a commencé à militer dans les premiers mouvements de gauche indépendantiste kanak lorsqu'il était lycéen au début des années 1970, notamment au sein du « Groupe 1878 » d'Élie Poigoune, très axé sur les questions de revendications foncières sur la Grande Terre et qui est l'une des organisations à l'origine de la création du Parti de libération kanak (Palika) en 1975.

Louis Mapou a suivi des études universitaires à Nantes puis à Paris en géographie humaine. Il a notamment contribué aux travaux de l’ORSTOM (devenue IRD) sur le rééquilibrage territorial en Nouvelle-Calédonie.

Après ses études, il entre à l’Agence de développement rural et d'aménagement foncier et en sera le directeur général de 1998 à 2005.

Entre 2005 et 2014, il est à la fois administrateur d’Eramet[4], président du conseil de direction de Koniambo Nickel et directeur de la Sofinor.

Louis Mapou est conseiller municipal de Païta de 1989 à 1995 et depuis 2020, ainsi qu'élu de la Province Sud et au Congrès depuis 2014[5].

En 2017 il se présente aux élections législatives dans la deuxième circonscription de Nouvelle-Calédonie en tant que candidat unique du FLNKS et arrive en tête au premier tour avec un score de 30,08%. Il perd cependant au deuxième tour face au député sortant Philippe Gomès avec 45,05% des suffrages exprimés[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]