Le Trésor de Rackham le Rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Trésor de Rackham le Rouge
12e album de la série Les Aventures de Tintin
Image illustrative de l'article Le Trésor de Rackham le Rouge

Auteur Hergé
Genre(s) Franco-Belge
Aventure

Personnages principaux Tintin
Milou
Capitaine Haddock
Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Lieu de l’action Drapeau de la Belgique Belgique
Océan Atlantique
Caraïbes

Éditeur Casterman
Première publication 1944
Nb. de pages 62

Prépublication Le Soir
Albums de la série Les Aventures de Tintin

Le Trésor de Rackham le Rouge est le douzième album de bande dessinée des Aventures de Tintin, prépublié en noir et blanc du 19 février au 23 septembre 1943 dans les pages du Soir. L'album en couleur est paru en 1944. Cet album marque l'arrivée du professeur Tournesol dans la série.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cet album est la suite du Secret de La Licorne.

Grâce à la réunion des trois parchemins, Tintin et le capitaine Haddock ont découvert les coordonnées de l'île où vécut François de Hadoque après l'explosion de La Licorne. Pour se lancer à la recherche du trésor du pirate Rackham le Rouge, censé se trouver dans l'épave de La Licorne, ils décident d'embarquer à bord du chalutier Sirius, emprunté au capitaine Chester.

Tandis que les préparatifs avancent, la chasse au trésor est ébruitée par la presse, et de nombreux soi-disant descendants de Rackham le Rouge, viennent réclamer une part du futur butin. Après avoir été chassés par le capitaine, c'est au tour du professeur Tournesol d'apparaître. Il leur propose un modèle de submersible permettant de plonger sous l'eau sans craindre les requins. Mais cette toute première rencontre avec Tournesol ne se passe pas très bien, car l'appareil ne s'avère pas encore au point et n'intéresse de toute façon personne.

Scaphandrier (1958)

Il reste un scaphandre à acheter et le Sirius est enfin prêt à prendre le large. Tintin et le capitaine sont rejoints, juste après le départ, par les Dupondt, qui ont reçu l'ordre de les protéger car Maxime Loiseau, qui s'est évadé de prison, a été aperçu rôdant près du bateau. Tournesol a quant à lui embarqué clandestinement et a transbordé dans les cales du Sirius une version améliorée de son sous-marin. Pour cela, il a dû décharger les caisses de whisky appartenant au capitaine, provoquant ainsi la colère de ce dernier.

Le voyage se déroule sans incident majeur mais, dans un premier temps, ils ne parviennent pas à trouver l'île où vécut le chevalier de Hadoque, malgré la justesse de leurs coordonnées. Puis Tintin découvre leur erreur, due à un changement de méridien origine entre leur époque et celle du chevalier, dans le calcul des coordonnées.

Une fois l'île découverte, ils se livrent à une première exploration de celle-ci et découvrent un totem représentant le chevalier. Les plongées débutent et Tintin, avec l'aide du sous-marin en forme de requin du professeur Tournesol, parvient à localiser l'épave de La Licorne. Persuadé qu'il touche au but, il décide d'en explorer l'intérieur, équipé du scaphandre. Les recherches commencent par tenir toutes leurs promesses, car il trouve des pièces très rares datant du XVIIe siècle, comme un sabre d'abordage ou des bouteilles de rhum. Puis il découvre un coffret pouvant contenir le trésor, qu'il parvient à remonter non sans mal (le coffre est avalé par un requin que Tintin doit alors capturer). Mais au grand désarroi des chercheurs de trésor, il ne contient que de vieux parchemins. Ils sont confiés à Tournesol qui se propose de les déchiffrer. Les recherches se poursuivent mais ne donnent plus de résultats et, après avoir remonté la figure de proue de La Licorne, il est décidé de rentrer.

Revenu en Europe, Tournesol annonce une découverte : les parchemins révèlent que le château de Moulinsart fut donné au chevalier de Hadoque par le roi Louis XIV. Haddock aimerait racheter le château de son illustre ancêtre mais ne dispose pas des fonds nécessaires. Tournesol, enrichi par la vente du brevet de son sous-marin, propose alors son aide financière.

Une fois le château en leur possession, Tintin et le capitaine trouvent, en explorant la cave, un mystérieux globe terrestre en pierre. Se remémorant les phrases écrites sur les parchemins, Tintin réalise soudain que c'est dans ce globe que se trouve le trésor. En effet, après avoir appuyé dessus à l'endroit où est représentée l'île du chevalier, les deux amis découvrent, émerveillés, le trésor de Rackham le Rouge.

Contexte[modifier | modifier le code]

Jack Rackham

Le Trésor de Rackham le Rouge fut publié en 1944. Il fut pré-publié dans le quotidien Le Soir en planches en noir et blanc. Si on en croit la date et le jour de la vente du château de Moulinsart indiquée dans le journal, samedi 9 août, l'action se situerait en 1941. L'occupation allemande en Belgique est totalement occultée et d'ailleurs à cette époque jamais un navire comme le Sirius n'aurait pu librement appareiller vers l'Amérique (cf. latitude et longitude supposées de La Licorne)

Inspiration[modifier | modifier le code]

  • Le nom de Rackham est sûrement inspiré par celui du pirate Jack Rackham, tandis que son accoutrement tout de rouge vêtu se base sur celui de Bartholomew Roberts, deux pirates très singuliers; le premier pour être l'unique à avoir eu deux femmes à son bord et le second a été considéré comme le plus grand pirate de l'âge d'or de la piraterie[réf. nécessaire].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.
  • Cet album et Le Secret de La Licorne sont les deux aventures de Tintin les plus vendues dans le monde.
  • Dans cet album, Hergé réalisa ce qu'il a toujours considéré comme l'un de ses deux meilleurs dessins (page 25, case A1)[1],[2].
  • Le capitaine récite presque parfaitement le quatrième quatrain du poème Le Lac d'Alphonse de Lamartine à la page 32 juste avant de voir sa main presque arrachée par un requin.
  • Page 50, Tintin fait danser le professeur Tournesol en fredonnant « Ninon qu'il est doux de valser avec vous ». Il s'agit d'une chanson écrite par Jean Daris (Ninon, je vous aime) sur l'air de la valse viennoise Gold und Silber (L'Or et l'Argent) de Franz Lehár.
  • Le casque scaphandre utilisé par Tintin dans cet album est un modèle historique ayant réellement existé. Il s'agit d'un « Denayrouze 1889 », créé en 1889 par le français Louis Denayrouze, frère d'Auguste Denayrouze. Ce modèle fut le premier à ne pas voir son bonnet fixé à la pèlerine par le biais de boulons mais par le biais d'un crochet.
  • Les coordonnées notées par le Chevalier François de Hadoque n'indiquent, en réalité, aucune île existant à 20° 37' 42" nord, 70° 52' 15" ouest (méridien de Paris), soit à 68° 31' 8" ouest (Méridien de Greenwich)[3]. L'île supposée se trouve au nord-est d’Haïti. La profondeur de l'eau à cet endroit (au moins 5 000 mètres) rendrait improbable l'exploration de l'épave.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

L'album a été adapté à deux reprises pour la télévision dans la série animée de 1962 et dans celle de 1992.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Numa Sadoul, Entretiens avec Hergé : Édition définitive, Tournai, Casterman, coll. « Bibliothèque de Moulinsart », , 3e éd. (1re éd. 1975), 256 p. (ISBN 2-203-01708-2), p. 156
  2. Le second se trouve dans l'album Le Crabe aux pinces d'or, page 38, case A2
  3. Voir sur les images satellites : 20° 37′ 42″ N, 68° 31′ 08″ O
  4. Arnaud Bordas, « Spielberg/Jackson : «Nous avons voulu rendre Tintin réel» », sur Le Figaro, (consulté le 20 décembre 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hergé, Daniel Couvreur et Frédéric Soumois (préf. Dominique Maricq), À la recherche du trésor de Rackham le Rouge, Bruxelles, Éditions Moulinsart / Casterman, 136 p. (ISBN 978-2-874-24160-4, OCLC 893789363)

Lien externe[modifier | modifier le code]