Musée Hergé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée Hergé
Musee herge.svg
Image dans Infobox.
Entrée du musée Hergé.
Informations générales
Type
Ouverture
Surface
3 600 m2
Visiteurs par an
80 000 (moyenne entre 2009 et 2014)
Site web
Collections
Collections
Croquis, planches originales, crayonnés
Nombre d'objets
80 planches originales
800 photos, documents et objets
Bâtiment
Architecte
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Rue du Labrador 26
1348 Louvain-la-Neuve
Coordonnées
Localisation sur la carte du Brabant wallon
voir sur la carte du Brabant wallon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg

Le musée Hergé est un musée consacré à l'auteur belge de bandes dessinées Hergé, créateur des Aventures de Tintin, de Quick et Flupke et de Jo, Zette et Jocko, Popol et Virginie et de Totor, CP des Hanetons. Situé à Louvain-la-Neuve (province du Brabant wallon, en Belgique), le bâtiment de 3 600 m2 a été dessiné par l'architecte français Christian de Portzamparc et a officiellement ouvert ses portes le .

Historique[modifier | modifier le code]

Le musée comporte huit salles d'exposition permanente, une salle pour exposition temporaire, une muséographie interactive où Hergé raconte par enregistrements interposés, quelques secrets de son succès planétaire, une reconstitution de son studio de création, plus de 80 planches originales, 800 photos et documents inédits. Stéphane Steeman, grand connaisseur de Hergé céda une partie de sa collection à Fanny Rodwell, veuve de Hergé, en espérant la création de ce musée. Sa construction, 15 millions d'euros, a été financée sur fonds propres par Fanny Rodwell-Vlamynck, la seconde épouse d'Hergé, administratrice de la société Moulinsart, gestionnaire de l’œuvre littéraire d'Hergé, tandis que le terrain a été mis à disposition par l'université de Louvain. Les Studios Hergé comptaient initialement y attirer 200 000 visiteurs par an. Le musée a reçu un total de 400 000 visiteurs durant ses 5 premières années d'activité[1].

Le projet initial de l'héritière d'Hergé et de son mari, Nick Rodwell, était de créer le musée à Bruxelles. Des contacts avaient été établis avec Henri Simons, échevin de la ville chargé de la culture. La localisation proposée par celui-ci dans un quartier en transition sociale et urbanistique n'ayant pas convenu aux créateurs du musée, ils ont établi des contacts avec les autorités de Louvain-la-Neuve.

Adresse[modifier | modifier le code]

L'adresse du musée, « Rue du Labrador, 26 », est un hommage à l'adresse de Tintin imaginée par Hergé dans ses albums : 26, rue du Labrador[2].

Le Petit Vingtième[modifier | modifier le code]

Logo du restaurant du Musée Hergé, le Petit Vingtième.

Le Musée Hergé dispose d'un café-restaurant nommé le Petit Vingtième en référence au supplément jeunesse du quotidien catholique conservateur Le Vingtième Siècle qui a publié pour la première fois les aventures du célèbre reporter Tintin ().

Critiques[modifier | modifier le code]

Lors de la présentation du bâtiment à la presse le , celle-ci ne put ni photographier, ni filmer l'ensemble des pièces exposées « pour éviter une multitude de prises de vue des originaux qui sont exposés dans les salles »[3]. Cela provoqua la colère de certains journalistes, qui quittèrent l'inauguration[4].

La construction du Musée Hergé a en outre entraîné la fermeture de la Maison des Jeunes de Louvain-la-Neuve, le bâtiment qu'elle occupait et qui se situait aux abords de l'actuel emplacement du musée ayant été rasé[5].

Accès[modifier | modifier le code]

La gare de Louvain-la-Neuve-Université est située à 400 m du musée, la gare des bus TEC (notamment terminus des Conforto et Rapido Bus) se trouvant à 500 m.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Après cinq ans, le Musée Hergé mise sur le long terme, Belga, lalibre.be, 22 mai 2014
  2. « Philippe Goddin : "L'adresse du Musée Hergé est très simple à mémoriser puisque c'est l'adresse de Tintin 26, rue du Labrador" », sur France Culture (consulté le 24 juin 2020)
  3. « Les médias interdits de montrer le Musée Hergé » sur lesoir.be
  4. « La presse en colère à l'ouverture du Musée Hergé » sur rtbf.be
  5. Michel DEMEESTER, « Chez Zelle aspire à retrouver un toit », L'Avenir,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]