Théâtre royal des Galeries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Théâtre des Galeries
Description de cette image, également commentée ci-après
Façade actuelle du Théâtre des Galeries
Type Théâtre
Lieu Bruxelles, Drapeau de la Belgique Belgique
Coordonnées 50° 50′ 54″ nord, 4° 21′ 19″ est
Architecte (Jean-Pierre Cluysenaar),(Paul Bonduelle)
Inauguration 1847
Capacité 850
Gestionnaire David Michels, directeur
Site web http://www.trg.be

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles
(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Théâtre royal des Galeries
Géolocalisation sur la carte : Belgique
(Voir situation sur carte : Belgique)
Théâtre royal des Galeries

Résidence

Galerie du Roi, 32 - 1000 Bruxelles

Le Théâtre royal des Galeries (en abrégé TRG) est un théâtre bruxellois de divertissement subventionné par la Fédération Wallonie-Bruxelles, situé Galeries Saint-Hubert. Inauguré en 1847, ce lieu a toujours connu une vocation culturelle et une activité théâtrale et continue d'accueillir 100.000 spectateurs par an[1].

Les débuts[modifier | modifier le code]

Les travaux de la construction d’un bâtiment commencent en 1846 et l’inauguration officielle de la galerie le 20 juin 1847 en présence du roi Léopold Ier[2].

À l'origine, le théâtre programme du drame romantique, du mélodrame et de l’opérette[1]. Dans la première moitié du XXe siècle, la programmation devient avant-gardiste et comprend du ballet russe[3].

En 1951, le Théâtre est détruit et confiés aux soins l'architecte Paul Bonduelle et le décorateur Stéphane Jasinski. Si la salle a gardé son aspect de style italianisant avec ses velours rouge et or, la restauration est réalisée pour que les 850 places soient dorénavant de face pour le confort du spectateur. Le peintre surréaliste René Magritte est l'auteur de la fresque « nuageuse » sur le plafond de la salle[4],[5].

Depuis 1953[modifier | modifier le code]

Depuis 1953 on peut y assister aux spectacles de la Compagnie des Galeries fondée par Jean-Pierre Rey et subventionnée par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le répertoire comprend du théâtre de boulevard et des pièces d'auteurs belges allant du drame à la comédie. En plus, la compagnie donne une Revue satirique de fin d'année[4].

D'un riche répertoire, ce théâtre a fait connaître au-delà de Bruxelles ses comédiens grâce, notamment, à la pièce Le Mariage de Mademoiselle Beulemans enregistrée et diffusée en 1978 par la RTBF ; cette représentation, diffusée en Belgique et à l'étranger, mettait en scène les acteurs fétiches comme Christiane Lenain, Jacques Lippe et Ania Guedroitz[3].

La compagnie est actuellement dirigée par David Michels qui aussi met en scène « La revue ». [6],[7] pendant la période des fêtes de fin d’année. 30.000 spectateurs en moyenne assistent à ce show satirique qui revisite l’actualité de l’année à travers l’humour[1].

Le Théâtre des Galeries conserve son image de théâtre de divertissement où de nombreux auteurs contemporains sont prévus dans la programmation[4].

Subventions[modifier | modifier le code]

En 2016, la Société a reçu une subvention d’exploitation de 876.273,55 €. Pour ce faire, le théâtre doit programmer au moins 25 pièces différentes, dont au moins cinq d’auteurs belges, et accueillir au moins 120 000 visiteurs payants[3].

Quelques personnalités du Théâtre des Galeries[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par les stations de métro : De Brouckère et Gare centrale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « La légende du Théâtre des Galeries - Portail de la culture en Fédération Wallonie-Bruxelles », sur www.culture.be (consulté le ).
  2. « Les Galeries Royales Saint-Hubert : Histoire », sur Les Galeries Royales Saint-Hubert (consulté le )
  3. a b et c « A la découverte du Théâtre Royal des Galeries à Bruxelles », sur Pays de Huy (consulté le ).
  4. a b et c « Historique – TRG » (consulté le ).
  5. « Théâtre Royal des Galeries Saint Hubert », sur Vivre à Bruxelles, (consulté le ).
  6. « David Michels, une galerie de talents », sur Le Soir Plus (consulté le )
  7. Cavalier Yves, « L’homme-orchestre des Galeries », sur La Libre.be (consulté le )
  8. « Piere Pigeolet », sur Comédie de Bruxelles (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]