Paul d'Ivoi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul d'Ivoi
Description de l'image Paul d'Ivoi.jpg.
Nom de naissance Paul Deleutre
Naissance
Paris (France)
Décès (à 58 ans)
Paris (France)
Activité principale
Écrivain
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Paul d'Ivoi, de son vrai nom Paul Deleutre, est un romancier français, né le à Paris, mort le à Paris. Il est inhumé au Cimetière des Batignolles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Paul Deleutre n'est pas le seul à utiliser le pseudonyme Paul d'Ivoi. Son père, Charles, signa également ses chroniques journalistiques Paul d'Ivoi.

Il débuta comme journaliste à Paris-Journal et collabora au Journal des voyages sous le pseudonyme de Paul d'Ivoi.

Il commença par donner quelques pièces de boulevard : Le mari de ma femme (1887), La pie au nid (1887) ou Le tigre de la rue Tronchet (1888) et quelques romans feuilletons qui passèrent inaperçus.

Entre 1894 et 1917, il publia les 21 volumes qui forment la série des Voyages excentriques, qui exploitent le filon des Voyages extraordinaires de Jules Verne. En 1894, le premier volume de la série, Les Cinq Sous de Lavarède, écrit en collaboration avec Henri Chabrillat, lui valut la célébrité. Ses romans s'engageront de plus en plus jusqu'aux Dompteurs de l'or dans une veine scientifique colorée de fantaisie qui plaisait beaucoup aux jeunes publics.

Paul d'Ivoi écrivit également des récits patriotiques en collaboration avec le colonel Royet.

Il est inhumé à Paris dans le cimetière des Batignolles (12e division).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les Voyages excentriques[modifier | modifier le code]

  • Les Cinq Sous de Lavarède (1894, en collaboration avec Henri Chabrillat)
  • Le Sergent Simplet à travers les Colonies Françaises (1895, réédité chez Tallandier sous le simple titre Le Sergent Simplet)
  • Cousin de Lavarède ! (1896, réédité chez Tallandier sous le titre Le Diamant d’Osiris)
  • Jean Fanfare (1897, réédité chez Tallandier et J'ai lu sous le titre La Diane de l'archipel))
  • Corsaire Triplex (1898)
  • La Capitaine Nilia (1899)
  • Le docteur Mystère (1900). Réédition chez Encrage-Association des amis du roman populaire (Bibliothèque du Rocambole) en 2011. www.lerocambole.com
  • Cigale en Chine (1901). Réédition chez Encrage-AARP (Bibliothèque du Rocambole) en 2011. www.lerocambole.com
  • Massiliague de Marseille (1902). Réédition chez Encrage-AARP (Bibliothèque du Rocambole) en 2012. www.lerocambole.com
  • Les Semeurs de glace (1903). Réédition chez Encrage-AARP (Bibliothèque du Rocambole) en 2012. www.lerocambole.com
  • Le Serment de Daalia (1904)
  • Le Prince Virgule (1905) dans le Journal des voyages, réédité chez Librairie Jules Tallandier sous le titre Millionnaire malgré lui. Réédition chez Encrage-AARP (Bibliothèque du Rocambole) en 2013. www.lerocambole.com
  • Le Maître du drapeau bleu (1907, réédité chez Tallandier dans une version très abrégée sous le titre Les masques d'ambre)
  • Miss Mousqueterr (1907)
  • Jud Allan, roi des « lads » (1909, réédité chez Tallandier sous le titre Jud Allan, roi des gamins)
  • La Course au radium (1909, réédité chez Tallandier sous le titre Le Radium qui tue)
  • L’Aéroplane fantôme (1910, réédité chez Tallandier sous le titre Le voleur de pensée)
  • Les Voleurs de foudre (1912)
  • Message du Mikado (1912)
  • Les Dompteurs de l'or (1913)
  • Match de milliardaire (1917, paru d'abord sous le titre de L'évadé malgré lui, (1914)

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Mari de ma femme, théâtre (1887)
  • La Pie au nid, théâtre (1887)
  • Le Tigre de la rue Tronchet, théâtre (1888)
  • Le Capitaine Jean
  • La Femme au diadème rouge
  • Olympia et Cie
  • La Mort de l'Aigle (1814), sous le pseudonyme de Paul Eric (1901)
  • Les Cinquante (1815), sous le pseudonyme de Paul Éric (1904)
  • La Patrie en danger, histoire de la guerre future, avec le colonel Royet (1905)
  • Les Briseurs d'épées, avec le colonel Royet (1905)
  • Le Capitaine Matraque, avec le colonel Royet (1906)
  • Femmes et gosses héroïques (1915). Réédition chez Encrage-AARP (Bibliothèque du Rocambole), en 2013. www.lerocambole.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arthur B. Evans, « The Verne School in France: Paul d'Ivoi's Voyages Excentriques », in Science Fiction Studies Vol. 36.2 (July 2009): 217-234. Traduction : « Les Voyages excentriques de Paul d'Ivoi », in Galaxies Science-Fiction no. 8/50 (printemps 2010), p. 141-159.
  • Marie Palewska, « De l'extraordinaire à l'excentrique : Paul Charles Philippe Eric Deleutre, dit Paul d'Ivoi », dans Le Rocambole, no 32 : « Cousins de Jules Verne », automne 2005, p. 33-69.
  • Id., « L'Asie orientale chez Paul d'Ivoi : une menace pour l'Occident ? », dans Jules Verne et Cie, no 1 : « L'Asie mystérieuse », 2011, p. 146-190.
  • Id., « La Fée de la modernité : l'électricité dans les Voyages excentriques de Paul d'Ivoi », dans Jules Verne et Cie, no 2 : « L'Electricité », 2012, p. 123-146.
  • Id., « La Femme chez Paul d'Ivoi : une reine dans les Voyages excentriques », dans L'Ull critic : segona etapa, no 15-16 : « Femme et littérature populaire », 2012, p. 37-55.
  • Id., « Paul d'Ivoi dans la guerre », dans Le Rocambole, no 66, printemps 2014, p. 117-128.
  • Marie Palewska dir., « Explorations de Paul d'Ivoi », dossier de la revue Le Rocambole, no 70, printemps 2015, 176 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :