26, rue du Labrador

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labrador (homonymie).
26, rue du Labrador
Univers de fiction
Présent dans lʼœuvre
Créateur
Éditeur
Première apparition
Caractéristiques
Type
Immeuble
Localisation

Le 26, rue du Labrador est l’adresse fictive d’un immeuble où Tintin résidera jusqu'à la fin de l'album Au pays de l'or noir.

L'appartement de Tintin[modifier | modifier le code]

Tintin est montré pour la première fois chez lui dans l'album L'Oreille cassée. Son appartement est meublé très sobrement : on y retrouve quelques souvenirs de Chine, des livres et un mobilier conventionnel[1]. C'est dans ce même album que l'adresse de Tintin est mentionnée pour la première fois comme étant le 26, rue du Labrador[2].

Au fil des aventures de son héros, Hergé a pris une grande liberté en dessinant ce logement, qui n'est jamais identique d'un album à l'autre. Ainsi, dans la première version[précision nécessaire] de Tintin au pays de l'or noir, le quartier où vit Tintin semble d'architecture plus moderne et son appartement donne sur la rue au travers d'une large baie vitrée horizontale[3]. D'autre part, entre Le Crabe aux pinces d'or et L'Étoile mystérieuse, l'appartement de Tintin passe du deuxième au premier étage.

Il semble que Tintin quitte définitivement son appartement pour le château de Moulinsart durant les deux jours qui séparent son retour du Khemed et son départ pour la Syldavie[4].

Localisation[modifier | modifier le code]

26, rue Terre-Neuve à Bruxelles, rue évoquée par la rue du Labrador.

Plusieurs indices montrent que cette adresse est à Bruxelles. Si l'on se fie aux indices disséminés dans les dessins d'Hergé (plaques d'immatriculation, uniformes, timbres etc.), Tintin habite en Belgique, dans une grande ville[réf. nécessaire]. Dans Le Secret de La Licorne, on reconnaît, au début de l'album[5], les échoppes du marché aux puces des Marolles, dans le centre de Bruxelles[6]. Une confirmation vient également dans Tintin au Tibet : les caractères chinois sur la lettre de Tchang[7] se lisent comme suit : « Hong Kong, Tchang Tchong-jen - pour Monsieur Tintin - Belgique Bruxelles »[réf. nécessaire] ; l'adresse « 26, rue du Labrador » figure aussi, biffée, sur l'enveloppe. Enfin, Bruxelles était déjà mentionnée explicitement comme la résidence de Tintin dans la toute première aventure, Tintin au pays des Soviets[8] ; à la fin de ce récit, le retour de Tintin a d'ailleurs lieu dans cette même ville, dans l'ancienne gare du Nord, détruite en 1955, ce qui en fait le seul édifice bruxellois identifiable dans les albums de Tintin[3].

Il existe bien une rue s'appelant rue du Labrador à Bruxelles : c'est une petite rue résidentielle de Laeken (ancienne commune fusionnée avec Bruxelles en 1921), qui ne ressemble pas au décor des albums d'Hergé[réf. nécessaire]. La rue du Labrador de la bande dessinée semble plutôt évoquer la rue Terre-Neuve[9], au centre de Bruxelles, jouant ainsi sur l'allusion à la province canadienne de Terre-Neuve-et-Labrador. C'est d'ailleurs au numéro 26 de cette rue que se trouvait le domicile de la grand-mère d'Hergé à laquelle le dessinateur rendait souvent visite[10].

Musée Hergé[modifier | modifier le code]

Le musée Hergé de Louvain-la-Neuve a pris pour adresse « Rue du Labrador, 26 ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Oreille cassée, planches 1 à 8.
  2. L'Oreille cassée, planches 6 et 7.
  3. a et b Hennebert 2000, p. 167
  4. Objectif Lune, planche 2
  5. Le Secret de La Licorne, planches 1 à 3.
  6. Van Nieuwenborgh 2009, p. 83
  7. Tintin au Tibet, planche 3.
  8. La première mention de Bruxelles est en planche 4 de Tintin au pays des Soviets.
  9. Hennebert 2000, p. 170
  10. Hergé à Bruxelles : l’histoire de toute une vie ! sur Celemondo.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Couvreur, Clément Kreit, Dominique Maricq et Christine Verneuil (préf. Philippe Geluck), Tintin chez les Belges, Éditions Moulinsart, , 64 p. (ISBN 978-2-87424-238-0)
  • Diane Hennebert, « Bruxelles, la ville de Tintin, n'apparaît qu'en filigrane », Géo, Paris « Hors-série », no 1H « Tintin, grand voyageur du siècle »,‎ , p. 166-171
  • Tristan Savin, « Sur les traces d'Hergé et de Tintin à Bruxelles », Le Vif/L'Express, Bruxelles, Roularta « Tintin, Les secrets d'une œuvre »,‎ , p. 78-85 — Hors série du magazine Lire
  • M. Van Nieuwenborgh, « Quick et Flupke, deux héros bruxellois », L'Express, Paris, Roularta « Hors-série », no 5H « Hergé, la vie secrète du père de Tintin »,‎ , p. 80-84