Monégasque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

monégasque
munegascu
Pays Monaco
Nombre de locuteurs environ 8 000 (2014)[1]
Écriture Alphabet latin
Classification par famille
Statut officiel
Régi par Académie des langues dialectales
Codes de langue
ISO 639-3 lij [2]
"lij-MC"
Carte
Image illustrative de l’article Monégasque

Le monégasque (endonyme : munegascu [munegaʃku]) est un dialecte ligure, parlé historiquement en principauté de Monaco mais moins pratiqué de nos jours malgré sa présence aux programmes scolaire des premier et second degrés. Il s'agit d'une langue vernaculaire qui fut importée en Provence par la République de Gênes lors de la prise du Rocher en juin 1191, assez proche de l'intémélien mais différente du mentonasque voisin. Le problème de sa survie se pose dans un pays de 39 000 habitants où cohabitent 138 nationalités différentes et où les monégasques sont minoritaires.

Phonologie[modifier | modifier le code]

Le monégasque appartient à la branche occidentale des parlers ligures comme l'intémélien auquel il est étroitement lié. S'il partage certains traits phonétique typiques du génois comme le passage de « l » à « r » (rhotacisme), la palatalisation de « bl- », « pl- » et « fl- » en « gi- », « ci- » et « sci- » et la conservation des voyelles atones et finales, il se rapproche plutôt des dialectes « occidentaux extrêmes » (situés de Vintimille à Taggia sur la côte) car, à leur image, il délabialise « qu- » et « gu- », ne pratique pas la vélarisation de « n » ([ŋ]) et méconnaît le son [ɛ]. Le monégasque se rapproche des parlers des hameaux entourants Vintimille (leur langue diffère de celle de la ville) par la non-substitution de [z] à [di], [d͡ʒe] et [d͡ʒi].Les traits spécifiques du dialecte de Monaco sont le passage de [e] à [i] (sëra « soir » contre séia en génois) et [i] à [y] en position initiale (ünte contre inte en ligure commun).

Norme orthographique[modifier | modifier le code]

Les premières traces écrites du monégasque apparaissent entre 1721 et 1729 dans la correspondance du prince Antoine avec sa fille Louise-Hippolyte, ainsi que dans quelques actes notariés, mais la langue demeure avant tout orale. À partir de 1860, la population du Rocher passe de 1 200 habitants en 1860 à 22 000 en 1880 ; le monégasque se retrouve menacé par l’afflux massif de travailleurs étrangers et par le développent d’un pidgin mélangeant le provençal, le piémontais, le corse et le ligure. À cette époque, le monégasque est banni de l'école et les parents encouragent leurs enfants à parler français[3]. En 1927, Louis Notari entreprend la codification écrite de la langue en s’inspirant de l’écriture du français et de l’italien. La première grammaire et le premier dictionnaire monégasque paraissent en 1960 et 1963. La norme orthographique moderne a procédé a quelques ajustement, mais reste proche du système imaginé par Louis Notari qui se voulait le plus orthographiquement transparent possible[4] tout en tenant compte de l'étymologie des mots. Ainsi, en monégasque, il faut écrit qatru et non chatru car le mot provient du latin quattŭor ; çento et non sento pour les mêmes raisons (centum). L'alphabet monégasque comprend dix-sept consonnes et neuf voyelles, plus la lettre « k » à l'initiale de certains mots étrangers (kaki̍ par exemple). Le « j » et le « h » ne se trouvent jamais au début d'un mot.

Voyelles[modifier | modifier le code]

Lettre Transcription phonétique
A, a /a/
E, e /e/
Ë, ë /iː/ ou /e/ très fermé[5]
I, i /i/
O, o /o/
Œ, œ /e/ ou /ø/ selon les quartiers
U, u /u/
Ü, ü /y/
Y, y /j/[6]

En monégasque, chaque voyelle se prononce séparément.

Le graphème « ë » n'est pas utilisée par tous les auteurs monégasques, certains le remplacent à tort[7] par « i ». On le rencontre dans des mots comme lëtra (« lettre »), mëra (« pomme ») et mënu (« moins »), dans ceux dont la terminaison combine « e » avec « -ta » (bavëta « bavette »), « -tu », « -te » (mëte « mettre »), et dans certains mots finissant par « -essa » (principëssa « princesse », belëssa « beauté ») ou « -mentu » (argümëntu « argument »)[8].

Le graphème « œ », qui peut se prononcer [e] ou [ø] selon les quartiers, ne fait pas consensus chez tous les auteurs[9],[10]. Quelle que soit sa prononciation et Louis Notari l’indique lui-même, il faut l’écrire afin de rendre lisible l’étymologie car il provient du o long latin (par exemple noctĕm qui devient en monégasque nœte [nete] ou [nøte]).

Le graphème « y » a pour équivalents français « -ill », « -il » et « y  ». Louis Notari transcrivait improprement le phonème yod en utilisant le graphème italien « gli » qui, dans cette langue, vaut [ʎ][11],[12].

Pour retranscrire les voyelles nasales, Louis Notari s'est appuyé sur le système français en combinant la voyelle avec « n » ; en monégasque, contrairement au français, on retrouve une correspondance entre la voyelle orale et la voyelle nasale : « an » [ã], « en » [ẽ],« ën » [ĩː] ou [ẽ] très fermé, « in » [ĩ], « on » [õ], « œn » [ẽ] ou [œ̃], « un » [ũ] et « ün » [ỹ].

Consonnes[modifier | modifier le code]

Lettre Transcription phonétique
B, b /b/
C, c /k/ et /t͡ʃ/
Ç, ç /s/[13]
D, d /d/
F, f /f/
G, g /g/ et /d͡ʒ/
J, j /ʒ/
L, l /l/
M, m /m/
N, n /n/
P, p /p/
Q, q /k/
R, r /ɾ/ et /ʀ/[14] ou /ʁ/
R̂, r̂ /ɾ/
S, s /s/, /z/ et /ʃ/[15]
T, t /t/
V, v /v/
Z, z /z/

Pour noter les consonnes affriquées et vélaires, Louis Notari s'est appuyé sur le système italien : le son [k] s'écrit « c » devant a, o, u, ü et « ch » devant e, i, œ ; [g] est retranscrit par « g » devant a, o, u, ü et « gh » devant e, i, œ ; [t͡ʃ] est noté « ci » devant a, o, u, ü, œ et « c » devant e et i ; [d͡ʒ] s'écrit « gi » devant a, o, u, ü, œ et « g » devant e et i ; [ʃ] retranscrit « sci » devant a, o, u, ü, œ et « sc » devant e et i et [ʃt͡ʃ] se note « ssci » devant a, o, u, ü, œ et « ssc » devant e et i.

Le graphème «  » existait du temps de Raymond Arveiller mais n'est plus employé par les auteurs contemporains[16] qui préfèrent doubler le « r » pour retranscrire un phonème uvulaire.

Consonnes géminées[modifier | modifier le code]

Le monégasque, au contraire d'autres langues latines, ne conserve pas les doubles consonnes étymologique car le système de Louis Notari est pensé pour ne pas créer de décalage entre l'écrit et l'oral. Néanmoins, on retrouve deux consonnes géminées : rr et ss. Le recours au double « s » permet de distinguer les sons [s] et [z], ainsi « cassa » (louche) se prononce avec le son [s] et « casa » (maison) avec le son [z]. Quant au double « r », il permet de distinguer le [ʀ] uvulaire et le [r] alvéolaire. Certains mots échappent à cette règle et s'écrivent avec un seul -r qui doit être prononcé [ʀ], il s'agit de : aridu « aride » ; aroma « arôme » ; bancaruta « banqueroute » ; baraca « baraque » ; bari̍ « baril » ; barumetru « baromètre » ; barun « baron » ; barocu « baroque » ; beterava « betterave » ; birichin « bribe » ; barucin « cabriolet » ; carabina « carabine » ; caracula̍ « caracoler » ; garafa « carafe » ; carambola « carambole » ; çitara « cithare » ; derangia̍ « déranger » ; derisiun « dérision » ; derivà (« dériver » ; derugia̍ « déroger » ; erüdiçiun « érudition » ; erüçiun « éruption » ; fanfara « fanfare » ; fanfarun « fanfaron » ; füretu « furet » ; eroe « héros » ; parudia « parodie » ; parussimu « paroxysme » ; petarada « pétarade » ; poru « pore » ; scarola « scarole » et toru « taureau ». L'exception s'applique aussi pour caricatüra « caricature » mais uniquement sur le premier « r ».

Accent tonique[modifier | modifier le code]

En monégasque, l'accent tonique régulier tombe sur l'antépénultième voyelle. Pour indiquer un accent tonique irrégulier au regard des règles classiques de prononciation de la langue, on place une barre verticale au-dessus de la voyelle. Ce signe diacritique peut être observé sur chacune des voyelles.

Par exemple :

  • scia̍ : madame ;
  • tambe̍n : aussi ;
  • merçi̍ : merci ;
  • po̍ : peut ;
  • bœ̍ : bœuf ;
  • Mu̍negu : Monaco ;
  • ciü̍ : plus.

Ce diacritique peut également être utilisé en combinaison avec d'autres diacritiques notamment avec le tréma.

À cause des contraintes typographiques, la barre verticale, absente des claviers d'ordinateur, est remplacée par un accent grave ‹ ◌̀ › sur internet. En son temps, Louis Notari notait déjà l'accent tonique irrégulier ainsi, mais cette solution posait problème : par influence des langues voisines, les monégasques lisaient le graphème « è » [ɛ] et non [e].

Prononciations comparées[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous compare les prononciations des dialectes génois, intémélien et monégasque avec en regard les traductions italienne et française.

Génois

(graphie de l'Académie de Brénno)

Ventimille

(intémélien)

Monégasque

(graphie monégasque)

Italien Français
ciù, ciûe [t͡ʃy] [t͡ʃy] ciü [t͡ʃy] più [pju] plus [ply] ou [plys]
giànco [d͡ʒaŋku] [d͡ʒaŋku] giancu [d͡ʒãku] bianco [bjaŋko] blanc [blɑ̃]
sciàmma [ʃama] [ʃama] sciama [ʃama] fiamma [fjamma] flamme [flɑm] ou

[flam]

conìggio [kunid͡ʒu] [kuniʎu] lapin [lapĩ] coniglio [koniʎʎo] lapin [lapɛ̃]
famìggia [famid͡ʒa] [famiʎa] famiya [famiya] famiglia [famiʎʎa] famille [fa.mij]
spêgio [spe:ʤu] [speʎu] speyu [speju] specchio [spɛkkjo] miroir [mi.ʁwaʁ] ou [mi.ʁwɑːʁ]
töa, tòua [tɔ:a] [tɔwɹa] tora ou tor̂a [toɾa] tavolo [tavolo] table [tɑbl], [tabl] ou [tablə]
bronzìn [bruŋziŋ] [bruŋziŋ] rubinetu [ʁubinetu] ou [ʀubinetu] rubinetto [rubinetto] robinet [ʁɔbinɛ] ou [ʁɔbine]
scösâ [skɔ:sa:] [skawsa] faudi̍ [faudi] grembiule [grembjule] tablier [tablije]
mandìllo [maŋdilu] [maŋdriʎu] mandiyu [mãdiyu] fazzoletto [fattsoletto] mouchoir [muʃwaʁ]
ziàrdoa, zoàrdia [zja:rdwa] [zgavawduɹa] repetin [ʁepetĩ] ou [ʀepetĩ] trottola [trɔttola] toupie [tupi]
çetrón [setruŋ] [purtegalu] çitrün [sitʁỹ] ou [sitʀỹ], purtügalu [puʁtygalu] ou [puʀtygalu] arancia [arant͡ʃa] orange [ɔʁɑ̃ʒ]
bancâ [baŋka:] [baŋkaɹa] menüsie̍ [menysie] falegname [faleɲɲame] menuisier [mənɥizje]
miâgia [mja:d͡ʒa] [myɹaʎa] müru ou mür̂u [muɾy], barri [baʁi] ou [baʀi] muro [muro] mur [myʁ]
fænn-a [fɛŋa] [faɹina] farina ou far̂ina [faɾina] farina [farina] farine [faʁin] ou [faʁinə]
lùnn-a [lyŋa] [lyna] lüna [lyna] luna [luna] lune [lyn] ou [lynə]
béive, béie [bejve] [beve] büve [byve] bere [bere] boire [bwaʁ] ou [bwaʁə]
méize [mejze] [meze] mese [meze] mese [meze] mois [mwa]
crescentìn [kreʃeŋtiŋ] [saŋd͡ʒytu] sangiütu [sãd͡ʒytu] singhiozzo [sinɡjott͡so] hoquet [(h aspiré)ɔ.kɛ] ou [(h aspiré)ɔ.ke]

Usage[modifier | modifier le code]

Plaque de rue bilingue monégasque - français

À Monaco, 17 % de la population de la principauté parleraient encore le monégasque (essentiellement des personnes âgées). La langue était considéré en voie d’extinction dans les années 1970, mais son introduction dans les écoles semble lui avoir donné un second souffle. En effet, l'apprentissage de la langue monégasque est désormais obligatoire depuis 1977 du CE2 au CM2 puis jusqu'à la 5e au collège[17]. À partir de la 4e jusqu'en terminale où elle peut être présentée en option au baccalauréat, au choix du lycéen de continuer ou non. Des concours écrits et oraux officiels sont organisés dans le cadre des cours, et une cérémonie de remise des prix est organisée le dans la cour de la mairie de Monaco en présence du Prince Souverain, des autorités civiles et religieuses, ainsi que des mécènes[18]. Des cours de langue et de culture monégasque pour adultes sont donnés, depuis 1993, au sein de l'Académie des Langues Dialectales durant l'année scolaire.

La seule langue officielle de la Principauté de Monaco étant le français, il y a peu d’activités visant à diffuser le monégasque : peu de publications paraissent en monégasque, et aucune émission de radio ou de télévision régulière ne l’utilise, même sur radio Monaco. Seul le Comité national des traditions monégasques publie chaque année un « Calendari » (calendrier), dans lequel il y a de nombreux poèmes et hommages en monégasque (traduits). Il existe plusieurs ouvrages : des dictionnaires français-monégasque et monégasque-français, une grammaire, un mémoire de doctorat[19], une thèse en Sorbonne sur « Le Parler monégasque »[20].

Auteurs écrivant en monégasque[modifier | modifier le code]

  • Louis Barral, préhistorien, écrivain et lexicographe, auteur d'un dictionnaire franco-monégasque.
  • Robert Boisson, président du Comité national des traditions monégasques et membre fondateur de l'Académie des langues dialectales (Monaco)
  • Louis Canis
  • Paulette Cherici-Porello, écrivaine, première femme présidente du Comité National des Traditions Monégasques et de l’Académie des Langues dialectales.
  • Étienne Clerissi
  • Michel Coppo
  • Marc « Mar » Curti
  • Georges « Giorgi » Franzi, chanoine et séminariste premier enseignant de monégasque, membre du Comité National des Traditions Monégasques, premier professeur du monégasque de la Principauté et auteur des premiers scolaires en monégasque[21].
  • Françoise Gamerdinger
  • Mireille Grazi
  • Louis Frolla, ecclésiastique, historien, poète et écrivain monégasque, auteur d'un dictionnaire franco-monégasque.
  • Auguste Lanteri, auteur d'un manuscrit sur les outils de l’artisanat.
  • Éliane Mollo, universitaire, co-traductrice des albums de Tintin en monégasque.
  • Louis Notari, codificateur de la langue et père de la littérature monégasque. Il a écrit les paroles de l'Hymne monégasque.
  • Louis Principale
  • Dominique Salvo-Cellario, linguiste, professeur de monégasque, membre de la Commission pour la langue monégasque et du Comité National des Traditions Monégasques, co-traductrice des albums de Tintin en monégasque.
  • Lazare Sauvaigo, professeur d'histoire.
  • Suzanne Simone, préhistorienne et lexicographe, autrice d'un dictionnaire franco-monégasque.
  • Jules Soccal, auteur du lexique spécialisé Le Vocabulaire monégasque de la marine et de la mer (1971).
  • César Solamito, auteur du manuscrit Noms monégasques des poissons, mollusques et crustacés de la Mer Méditerranée.
  • René Stefanelli

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le site Ethnologue, dans ethnologue.com
  2. code générique
  3. « C’est ainsi que les indigènes furent "comme submergés par l’énorme afflux d’étrangers". Devenus minorité dans leur propre pays, ils préférèrent parler français aux nouveaux venus plutôt que d’entendre ce qui leur paraissait une caricature de leur langage. Ils parlèrent également français à leurs enfants c’était la langue la plus utile. » Raymond Arveiller, Étude sur le parler de Monaco
  4. « Trouver le moyen le plus simple possible pour noter leur parler et ensuite essayer d’écrire comme nous parlions avec nos vieux, comme nous parlons encore entre nous. » Louis Notari, A Legenda de Santa Devota
  5. « Voyelle d’aperture variable selon les sujets, intermédiaire entre [i] et [e], presque toujours confondue avec [e] dans la prononciation des gens des Moulins, plus ou moins proche de [i] dans la prononciation des gens du Rocher. » Raymond Arveiller, Étude sur le parler de Monaco
  6. « y (de même valeur qu’en français) est préféré par la plupart à gl, peu adapté au monégasque, qui ne connaît pas d’l mouillé [ʎ] » Raymond Arveiller, Étude sur le parler de Monaco
  7. Dominique Salvo-Cellario dans son article Écrire en monégasque : « On sait que Louis Notari qui, pourtant faisait la différence à l’orale, a souvent transcrit le i long et le i bref, par la seule voyelle i. Ses successeurs, qui étaient déjà dans un bain linguistique francophone, ont eu, eux, beaucoup plus de mal à faire la différence auditive entre ces deux voyelles par interférence avec le français qui ne possède qu’un seul i. Les vieux enregistrements montrent bien que la différence existe mais les locuteurs du parler populaire prononcent cette voyelle [e]. Ainsi, nous avons deux groupes de locuteurs dont l’un, réalise la voyelle en [i] et l’autre, en [e]. Afin que, tous puissent retrouver leur système, il faut maintenir ce graphème ë que chacun prononcera selon son propre code oral. »
  8. « On a négligé le ë (légère tendance au i), préciosité propre à la gentry du Rocher du fait qu’il règne fort peu d’accord entre les auteurs. D’ailleurs le plus souvent, chaque auteur manque de fermeté dans la graphie adoptée. Dans ces conditions, mieux vaut glisser sur une nuance peut-être touchante mais dont les approches restent fluctuantes et ésotériques. Croire qu’une langue, d’où qu’elle soit, présente trace d’ombre et de rigueur répond au sentiment quasiment universel mais n’en reste pas moins entièrement controuvé. » Louis Barral et Suzanne Simone, Dictionnaire français-monégasque, p. 14
  9. « L’accord sur cette graphie est à peu près fait entre les auteurs; certains cependant ajoutent des lettres étymologiques, à tort selon nous. » Raymond Arveiller, Étude sur le parler de Monaco
  10. « L'œ, que nous avons adopté avec réticence - pour satisfaire à la routine -, veut introduire une notion étymologique qui, fût-elle bonne à connaître, encombre inutilement l'écriture. » Louis Barral et Suzanne Simone, Dictionnaire français-monégasque, p. 14
  11. « y a le son de l mouillé qui se réduit à celui de yod ou i consonne […] mais il doit être considéré comme une semi-voyelle, car il n’empêche pas la synérèse des deux syllabes qu’il devrait normalement séparer. » Louis Notari, A Legenda de Santa Devota
  12. Dominique Salvo-Cellario dans son article Écrire en monégasque : « On peut regretter que Louis Notari ait d’abord transcrit le phonème yod de famiya [fam’iya] (« famille ») en famiglia […] Il faut dire, à sa décharge, qu’à cette époque, certaines régions françaises maintenaient encore le l palatal de « papillon » et le yod de « payons » et que dans certains noms patronymiques monégasques, on retrouve cette fameuse écriture gli : Battaglia, Aureglia, Fenoglio, qui, pourtant étaient prononcés [bat’aya], [auR’eya], [fen’oyo] »
  13. « Le c, pour prendre le son français devant e et i, doit s’agrémenter d’une cédille. » Louis Barral et Suzanne Simone, Dictionnaire français-monégasque, p. 15
  14. « l'accord entre auteurs n'est pas réalisé (les uns ronronnent, les autres non) » Louis Barral et Suzanne Simone, Dictionnaire français-monégasque, p. 17
  15. « L's suivi d'une consonne doit se prononcer à l'auvergnate (se chuinter) disent les gens de qualité. Cette épaisse nuance, que le vulgaire ignore, ne s'orthographie pas. » Louis Barral et Suzanne Simone, Dictionnaire français-monégasque, p. 18
  16. « Dans l'écriture on indique usuellement le son du r intervocalique monégasque en le surmontant d'un signe (chapeau chinois sur la pointe). Comme ce mode de faire exige un caractère typographique singulier et que les mots à r intervocalique abondent, nous avons préféré l'ignorer et marquer la différence de prononciation en redoublant l'r quand le français ou l'italien y convie. » Louis Barral et Suzanne Simone, Dictionnaire français-monégasque, p. 16
  17. « Statut de la langue monégasque dans l’enseignement scolaire et universitaire », sur Académie des langues dialectales (Monaco), (consulté le 31 août 2017)
  18. « Le Concours de Langue Monégasque », sur Mairie de Monaco,
  19. Zilliox-Fontana, Le Dialecte monégasque : Mémoire de D.E.S, Faculté d’ Aix-en-Provence,
  20. La thèse de Raymond Arveiller
  21. Le chanoine Georges Franzi

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes et sources[modifier | modifier le code]