Benoît Peeters

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Frederik Peeters.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peters.
Benoît Peeters
Description de cette image, également commentée ci-après
Benoît Peeters en 2010.
Naissance (62 ans)
Paris, France
Nationalité française
Profession

Benoît Peeters né le à Paris, est un écrivain, un scénariste et un critique français. C'est également un spécialiste de l'univers de Tintin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Benoît Peeters à la Marche des auteurs, Festival d'Angoulême 2015.
2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Né à Paris, il a cependant passé son enfance à Bruxelles et n'est revenu en France qu'à seize ans. Après une hypokhâgne et une khâgne au lycée Louis-le-Grand et une licence de philosophie à la Sorbonne (Université de Paris I), il a préparé le diplôme de l’École pratique des hautes études sous la direction de Roland Barthes. Il est titulaire d’une habilitation à diriger des recherches (HDR).

Son premier roman, Omnibus, biographie imaginaire de Claude Simon, est paru en 1976 aux éditions de Minuit[1]. Un second roman, La Bibliothèque de Villers, hommage à Jorge Luis Borges au moins autant qu'à Agatha Christie, a été publié en 1980 chez Robert Laffont[2].

Considéré comme l’un des meilleurs connaisseurs de l’œuvre d'Hergé, Benoît Peeters est l’auteur du Monde d’Hergé, ouvrage sur l’univers du père de Tintin, d'Hergé, fils de Tintin, une biographie, ainsi que de Lire Tintin, Les Bijoux ravis, une lecture de l’album Les Bijoux de la Castafiore.

De son style comme scénariste de bande dessinée, les critiques signalent le goût de l'expérimentation et la capacité à renouveler son art d’un album à l’autre[3],[4]. C’est précisément ce qui a fait le succès de la série dont il est l’auteur avec son ami le dessinateur François Schuiten, Les Cités obscures[5]. Seize albums sont parus en 2018 chez Casterman, parmi lesquels La Fièvre d’Urbicande, La Tour, Brüsel, L’Enfant penchée[6] et La Théorie du grain de sable ; ils ont obtenu de nombreux prix et ont été traduits dans plus de dix langues[réf. nécessaire]. En février 2013, François Schuiten et Benoît Peeters ont reçu le Grand Prix manga au Japan Media Arts Festival ; c'est la première fois que ce prix était décerné à des auteurs étrangers[réf. nécessaire].

Benoît Peeters a également travaillé avec d’autres dessinateurs[7], comme Aurélia Aurita, Frédéric Boilet, Anne Baltus et Alain Goffin, ainsi qu’avec son ancienne compagne, la photographe Marie-Françoise Plissart, pour une série de récits photographiques d’un genre nouveau[8], publiés notamment aux Éditions de Minuit.

Théoricien et critique, il est l’auteur de plusieurs essais sur la bande dessinée, le scénario, le storyboard et l'écriture en collaboration et aussi sur Paul ValéryAlfred Hitchcock, Töpffer, Nadar, Victor Horta, Jirô Taniguchi et Chris Ware.

En 2010, Benoît Peeters a publié la première biographie du philosophe Jacques Derrida[réf. souhaitée], l'accompagnant d'un journal de bord doublé d'une réflexion sur le genre biographique, Trois ans avec Derrida, les carnets d'un biographe. Saluée par la critique[réf. nécessaire], cette biographie a notamment été traduite en anglais (Polity Pres), allemand (Suhrkamp Verlag), espagnol (Fondo de Cultura Económica), portugais (Civilização Brasileira), chinois (Renmin University Press) et japonais (Hakusuisha).

Benoît Peeters a collaboré avec le cinéaste Raoul Ruiz pour le film La Chouette aveugle et le livre Le Transpatagonien. Il a réalisé plusieurs courts métrages, de nombreux documentaires, dont la série Comix pour Arte et l’INA, un moyen métrage (L’Affaire Desombres), un long métrage, Le Dernier Plan, et des entretiens filmés avec Alain Robbe-Grillet.

Conseiller éditorial chez Casterman, il est aussi le directeur d'une maison d'édition indépendante, Les Impressions Nouvelles. Professeur associé au CNAM (Conservatoire national des arts et métiers, Paris), il est aussi visiting professor à l'université de Lancaster (Grande-Bretagne) [9].

Il est père de deux fils, Archibald et Vladimir.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Scénarios de bande dessinée et récits illustrés[modifier | modifier le code]

  • Les Cités obscures, avec François Schuiten, Casterman :
    • Les Murailles de Samaris, 1983
    • La Fièvre d'Urbicande, 1985
    • L'Archiviste, 1987
    • La Tour, 1987
    • La Route d'Armilia, 1988
    • Le Musée A. Desombres (un CD et un album illustré), 1990
    • Brüsel, 1992
    • L'Écho des Cités, 1993
    • Souvenirs de l'éternel présent, 2009
    • Mary la penchée, 1995
    • L'Enfant penchée, 1996
    • Le Guide des Cités, 1996
    • L'Ombre d'un homme, 1999
    • Voyages en Utopie, 2000 (épuisé)
    • L'Affaire Desombres (musique de Bruno Letort, livret + DVD), 2002
    • La Frontière invisible, 2002 et 2004
    • Les Portes du Possible, 2005
    • Le Dossier B., film de 1996, édité en 2007 aux Impressions Nouvelles
    • La Théorie du grain de sable, 2007 et 2008
  • Plagiat !, coscénario avec François Schuiten, dessins d'Alain Goffin, Les Humanoïdes Associés, coll. « Pied Jaloux », 1989
  • Dolorès, coscénario avec François Schuiten, dessins d'Anne Baltus, Casterman, coll. « Studio (À SUIVRE) », 1991
  • Calypso, dessins d'Anne Baltus, Casterman, coll. « Studio (À SUIVRE) », 1995
  • Love Hotel, avec Frédéric Boilet, Casterman, 1993. Réédition Ego comme X, 2005.
  • Tokyo est mon jardin, avec Frédéric Boilet, Casterman, 1997. Réédition revue en 2003. Réédition Ego comme x en 2011. Réédition augmentée comprenant Love Hotel Casterman en 2018.
  • Demi-tour, avec Frédéric Boilet, Dupuis, coll. « Aire libre », 1997, réédition revue et augmentée en 2010
  • Revoir Paris, avec François Schuiten, Casterman, 2014 et 2016
  • Comme un chef, dessin de Aurélia Aurita, Casterman, 2018

Essais[modifier | modifier le code]

  • Le Monde d’Hergé, Casterman, 1983. Rééditions revues en 1991 et 2004.
  • Case, planche, récit. Comment lire une bande dessinée, Casterman, 1991. Deuxième édition révisée 1998. Réédition en poche sous le titre Lire la bande dessinée, Flammarion, coll. « Champs », 2003.
  • Hitchcock, le travail du film, Les Impressions Nouvelles, 1992.
  • La bande dessinée, Flammarion, coll. « Dominos », 1993.
  • Töpffer, l’invention de la bande dessinée, avec Thierry Groensteen, Hermann, 1994.
  • Tu parles !? Le français dans tous ses états (dir. avec Bernard Cerquiglini, Jean-Claude Corbeil et Jean-Marie Klinkenberg), Paris, Flammarion, 2000. Réédité dans la collection « Champs » en 2002.
  • Hergé, fils de Tintin, biographie‚ Flammarion, 2002. Réédité dans la collection « Champs » en 2006.
  • Nous est un autre‚ enquête sur les duos d’écrivains‚ avec Michel Lafon‚ Flammarion‚ 2006.
  • Lire Tintin, Les Bijoux ravis, Les Impressions Nouvelles, 2007.
  • Écrire l'image, un itinéraire, Les Impressions Nouvelles, 2009.
  • Chris Ware : La bande dessinée réinventée, avec Jacques Samson, Les Impressions Nouvelles, 2010.
  • Derrida, Flammarion, 2010.
  • Trois ans avec Derrida, les Carnets d'un biographe, Flammarion, 2010.
  • Jirô Taniguchi, l'homme qui dessine, Casterman, 2012.
  • Valéry. Tenter de vivre, Flammarion, 2014
  • Revoir Paris, l'exposition, avec François Schuiten, Casterman - Cité de l'architecture et du patrimoine, 2014
  • Raoul Ruiz le magicien, avec Guy Scarpetta, Les Impressions Nouvelles, 2015.
  • Machines à dessiner, avec François Schuiten, Casterman - Musée des Arts et Métiers, 2016.

Récits photographiques[modifier | modifier le code]

  • Fugues (en collaboration avec Marie-Françoise Plissart), Éditions de Minuit, 1983.
  • Droit de regards (en collaboration avec Marie-Françoise Plissart, suivi d’une lecture de Jacques Derrida), Les Éditions de Minuit, 1985 ; réédition Les Impressions Nouvelles, 2010.
  • Prague (en collaboration avec Marie-Françoise Plissart), éd. Autrement, 1985.
  • Le mauvais œil (en collaboration avec Marie-Françoise Plissart), Éditions de Minuit, 1986.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Christophe Cambier, « Lectures pour tous », Critique,‎ n° 361-362, juin-juillet 1977, p. 620-629 (ISSN 0011-1600)
  2. Jan Baetens, “La bibliothèque de Villers: un livre-tremplin”, in Benoit Peeters, La Bibliothèque de Villers, Bruxelles, Labor, 2004., Bruxelles, Labor, , 128 p. (ISBN 978-2804018979), p. 103-119
  3. Jan Baetens, « Benoît Peeters, auteur borgésien », Le Carnet et les instants,‎ , N° 121, pp. 6-8 (ISSN 0772-7933)
  4. « La Légende des Cités », sur NeuvièmeArt.fr, (consulté le 2 décembre 2018)
  5. « Que sont les Cités obscures ? », sur galerie.CH, (consulté le 28 novembre 2018)
  6. Jan Baetens, « Un chronotope à personnage ajouté : Le nouveau fantastique des Cités obscures », Brumal,‎ , p. 113-125 (ISSN 2014-7910, lire en ligne)
  7. Jan Baetens, Le Réseau Peeters, Amsterdam, Rodopi, , 156 p. (ISBN 978-90-5183-780-3), p. 1-156
  8. Jan Baetens, Pour le roman-photo, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, , 240 p. (ISBN 978-2-87449-573-1, lire en ligne)
  9. (en) « Lancaster University Appoints Tintin Scholar Benoit Peeters As UK’s First Professor Of Graphic Fiction And Comic Art », sur Malta Comic Con, (consulté le 28 novembre 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur Benoît Peeters
  • Jan Baetens, Le réseau Peeters (essai sur l'oeuvre de Benoît Peeters) (Amsterdam/Atlanta, éd. Rodopi, 1995).
  • Jan Baetens, “Benoit Peeters, auteur borgésien”, in Le Carnet et les instants n° 121, 2002, pp. 6-8.
  • Jan Baetens, “La bibliothèque de Villers: un livre-tremplin”, in Benoit Peeters, La Bibliothèque de Villers, Bruxelles, Labor, 2004, pp. 103-119.
  • Jan Baetens, « Un chronotope à personnage ajouté : Le nouveau fantastique des Cités obscures », in Brumal, 5(1), 2017, pp 113-125. Online : http://revistes.uab.cat/brumal/article/view/v5-n1-baetens
  • Jean-Christophe Cambier, "Lectures pour tous", in Critique, n° 361-362, juin-juillet 1977, p. 620-629.
  • Tristan Garcia, « Que sont les Cités obscures ? » : http://www.la-galerie.ch/wp-content/uploads/2013/05/Que-sont-les-Cites-obscures-©Tristan-Garcia.pdf. 2013, Online.
  • Thierry Groensteen, "La Légende des Cités": http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article802 (octobre 2014)
Analyses de l'oeuvre de Benoît Peeters

Analyses de l'oeuvre de Benoît Peeters=Jan Baetens, Le réseau Peeters (essai sur l'oeuvre de Benoît Peeters) (Amsterdam/Atlanta, éd. Rodopi, 1995) Jan Baetens, “Benoit Peeters, auteur borgésien”, in Le Carnet et les instants n° 121, 2002, pp. 6-8 Jan Baetens, “La bibliothèque de Villers: un livre-tremplin”, in Benoit Peeters, La Bibliothèque de Villers, Bruxelles, Labor, 2004, pp. 103-119 Tristan Garcia, « Que sont les Cités obscures ? » : http://www.la-galerie.ch/wp-content/uploads/2013/05/Que-sont-les-Cites-obscures-©Tristan-Garcia.pdf. 2013, Online.

Liens externes[modifier | modifier le code]