Jacques Van Melkebeke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Van Melkebeke
Naissance
Bruxelles
Décès (à 78 ans)
Nationalité belge
Pays de résidence Belgique
Profession

Jacques Van Melkebeke ( - ) est un peintre, journaliste, écrivain, et scénariste de bande dessinée belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ami d'Hergé, il participa de manière officieuse à l'élaboration de certains scénarios des aventures de Tintin, ajoutant nombre de références culturelles[1], notamment pour la période entre les albums Le Secret de la licorne et le Temple du Soleil[2]. On lui doit la co-écriture avec Hergé des pièces Monsieur Boullock a disparu et Tintin aux Indes (ou Le Mystère du diamant bleu). C'est à l'issue d'une représentation de cette dernière pièce, qu'il présente à Hergé son ami Edgar P.Jacobs[3], rencontre qui permettra la collaboration des deux dessinateurs pour les aventures de Tintin. Il aurait également contribué à certains albums d'Edgar P. Jacobs[1], bien que ce dernier ait contesté ce fait. Il encre les premières planches du Secret de l'Espadon pour leur parution en 1946 dans le journal Tintin, mais Edgar P. Jacobs redessinera celles-ci pour la parution en album en 1950. Sa personnalité aurait été l'une des sources d'inspiration de Philip Mortimer. Il collabore aussi avec Paul Cuvelier pour la série Corentin.[4]

Durant l'Occupation, Jacques Van Melkebeke est responsable éditorial pour Le Soir Jeunesse, supplément du quotidien Le Soir. Un article publié dans Le Nouveau journal lui vaut une condamnation pour collaboration en 1945 (bien qu'il ait essentiellement publié des articles culturels) et une incarcération entre 1947 et 1949. Selon Benoit Mouchard et François Rivière, il s'agit d'une chronique judiciaire parue en juillet 1944[5]. Pour cette même raison, Jacques Van Melkebeke ne put conserver les fonctions de rédacteur en chef du Journal de Tintin[1], que Hergé lui avait confiées : ce soupçon d'« incivisme » l'empêcha de poursuivre une carrière régulière dans le journalisme (il prend alors le pseudonyme de plume de Jacques Alexander). Jacques Van Melkebeke est considéré comme l'« homme de l'ombre » de la bande dessinée franco-belge, aussi méconnu que son influence fut grande à une certaine époque.[réf. nécessaire]

Représenté dans Tintin[modifier | modifier le code]

Hergé a représenté Jacques Van Melkebeke en première page de la réédition de l'album Tintin au Congo, parmi les journalistes recueillant les déclarations de Tintin. D'autres représentations par Hergé se trouvent page 59 de l'album Le Sceptre d'Ottokar (parmi les courtisans), au premier plan de la case D2 de la page 2 de l'album Le Secret de La Licorne et au second plan de la case A2 de la page 57 de l'album Les Sept Boules de cristal[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Interview de Jacques Martin par Hugues Dayez, Intérêt-général Info, 2 juin 2010, consulté le 30 juillet 2012.
  2. Peeters, Benoît, (1956- ...), Hergé, fils de Tintin (ISBN 978-2-08-139124-6 et 2-08-139124-4, OCLC 961222031, lire en ligne)
  3. Assouline, Pierre., Hergé : biographie, Plon, (ISBN 2-259-18104-X et 978-2-259-18104-4, OCLC 34681340, lire en ligne)
  4. Paul Cuvelier, « Interview par Numa Sadoul et Jacques Glenat », Schtroumf- Les cahiers de la bande dessinée N°8,‎ 4eme trimestre 1973
  5. Mouchart, Benoît., La damnation d'Edgar P. Jacobs : biographie, Seuil/Archimbaud, (ISBN 2-02-060530-9 et 978-2-02-060530-4, OCLC 300179709, lire en ligne)
  6. Entre Jacobs et Hergé, Clins d'œil et bande dessinée, 26 décembre 2010, consulté le 30 juillet 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Van Melkebeke, Imageries Bruxelloises, Liège, Paris, Marechal éditeurs,

Liens externes[modifier | modifier le code]