Jacques Livchine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Livchine
Description de cette image, également commentée ci-après
Jacques Livchine en 2009 à Béthune
Nom de naissance Jacques Rappoport
Alias
Jacques Livchine
Naissance (75 ans)
Chambon-sur-Lignon, Haute-Loire
Nationalité Drapeau : France Française
Profession

Jacques Livchine (pseudonyme de Jacques Rappoport) est né le au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire). Il est un pionnier du théâtre de rue en France et le co-directeur avec Hervée de Lafond du Théâtre de l'Unité .

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Jacques Livchine est un juif ukrainien apatride accueilli en France au début des années 1930, arrêté à Paris en décembre 1941 par la police de Vichy , il parvient à s'évader de Drancy d’où partaient les convois de la mort[1]. Après ses études au Lycée Claude Bernard, à Paris, au lycée Hoche à Versailles, au lycée de Sèvres, puis au Lycée français de Londres, Jacques Livchine obtient une licence de lettres à la Sorbonne avec un certificat d'études théâtrales[2].

Il fonde le Théâtre de l'Unité en 1968 à Issy-les-Moulineaux, qui devient une compagnie professionnelle en 1972 avec L'Avare and co d'après Molière. Il forme un trio de création avec Hervée de Lafond et Claude Acquart[3], avec qui il dirige le théâtre. Son premier succès de théâtre de rue arrive en 1977 avec la pièce La 2CV Théâtre, jouée 400 fois, en France, dans toute l'Europe, en Corée, au Texas[4]. En suivra une quarantaine de mises en scène dont Dom Juan, Le Bourgeois gentilhomme, La Femme chapiteau, Mozart au chocolat, La Guillotine, 2500 à l'heure[5]. Il est le principal instigateur de la création de la Ligue d'improvisation française en 1981[6].

En 1991, Jacques Livchine est nommé directeur, avec Hervée de Lafond, de la scène nationale de Montbéliard en Franche-Comté, théâtre rebaptisé Centre d'Art et de Plaisanterie[7], avec lequel il organisera le réveillon des boulons, un gigantesque spectacle de rue à Montbéliard qui se déroule la nuit du nouvel an avec d'énormes machines, fanfare, feu d'artifice et démons[8].

Après quelques années, il dit rêver de retrouver sa liberté et de cesser de courir après les primes de mépris que sont certaines subventions[9]. Il déménage avec le Théâtre de l'Unité à Audincourt dans le Doubs. La devise de la compagnie est :

« Le Théâtre de l'Unité c'est toujours autre chose ![10] »

Polémique[modifier | modifier le code]

En 2016 Jacques Livchine a pris part au débat sur les réfugiés dans une lettre ouverte en réponse à une pétition lancée par Laurent Wauquiez contre l'accueil d'une part des réfugiés de la jungle de Calais dans sa région d'Auvergne-Rhône-Alpes. Partagé plus de 1700 fois sur Facebook et largement commenté, le texte rappelle au président de région l'histoire du village de Chambon sur Lignon[11].

Mises en scène[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • 1968 : Le Chant du Fantoche lusitanien
  • 1969 : L'Amérique est blanche
  • 1970 : Enquête pour un fait divers
  • 1971 : Candidat
  • 1972 : L'Avare and co
  • 1973 : Le Revizor
  • 1974 : Vert d'eau
  • 1975 : Phénoménal Football
  • 1977 : Dernier Bal
  • 1977 : La 2CV théâtre
  • 1978 : Cyrano Promenade
  • 1978 : Me prenez vous pour une éponge Monseigneur
  • 1979 : La Périchole
  • 1980 : La Femme chapiteau
  • 1980 : Le Paquebot d'émail bleue
  • 1980 : Le Boulevard de la rue
  • 1981 : Le Mariage
  • 1981 : Le Bourgeois gentilhomme
  • 1982 : Le Théâtre pour chiens
  • 1982 : Le Plus Bel Âge de la vie
  • 1983 : Blue lagoon
  • 1984 : César Cascabel, tiré de Jules Verne
  • 1985 : Les Grooms
  • 1985 : La Vitrine
  • 1985 : L'Arche de Noé
  • 1986 : Quasimodo
  • 1987 : Ali Baba
  • 1987 : Mozart au chocolat
  • 1987 : La Guillotine
  • 1989 : Histoire du soldat
  • 1989 : La Bastille volante
  • 1991 : L'Avion
  • 1993 : Dom Juan
  • 1995 : Terezin
  • 1997 : 2500 à l'heure
  • 1998 : La Flûte en chantier (grooms)
  • 1999 : La Tour de Babel
  • 2000 : Les Petits Métiers
  • 2000 : Un Brecht pour Muguette
  • 2000 : Les Forgerons
  • 2001 : Les Chambres d'amour
  • 2002 : La Tétralogie de quat' sous (grooms)
  • 2002 : L'Amistad
  • 2002 : La Horde Blanche. Neuchâtel. Expo 02
  • 2002 : Terezin (nouvelle version frontale)
  • 2003 : Le Branle
  • 2003 : Kapouchnik
  • 2003 : Les Lapidaires
  • 2003 : L'École des pères Noëls
  • 2004 : La caravane passe en A (Théâtre de route et de villages)
  • 2004 : Le Sentier des contrebandiers
  • 2004 : La rue du bout des digues, rue extraordinaire
  • 2004 : Promenade avec Luther d'Yves Ravey
  • 2004 : La Petite Fille sans nom (pièce pour enfants)
  • 2006 : Oncle Vania à la campagne
  • 2007 : Princesse Limousine
  • 2008 : Gourmandisiaque
  • 2009 à 2011 : Les 80 ans de ma mère. Mise en scène de l'espace social sur le pays de Montbéliard
  • 2011 : Le Repas utopique (avec la Franc-comtoise-de-rue)
  • 2011 : Musication générale (événementiel pour la fête de la musique à Audincourt)
  • 2012 : Macbeth de Shakespeare (en forêt)
  • 2012 : Pina (avec la BIT Chilienne)
  • 2015 : L'immeuble transparent et l'assemblée (Amiens)
  • 2015 : Le parlement de rue
  • 2017 : La Nuit Unique

[12]

Publication[modifier | modifier le code]

  • Griffonneries, édité par les Solitaires intempestifs[13]
  • Conseils du Théâtre de l'Unité à ne pas suivre: Lettre à Charlotte, édité par L'Harmattan[14]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Au théâtre qui rue, un film d'Olivier Stephan, « retour sur les 40 ans de carrière de Jacques Livchine et Hervée de Lafond »[15]
  • Livchine, l'homme-chapiteau. un documentaire de Martine Deyres. 52 minutes.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Palmes académiques[16]
  • Grand prix du festival européen de la rue 1980
  • Prix de l'Humour noir 1995[17]
  • Prix de l'hygiène mentale 1982
  • Prix Sacd 2011 (arts de la rue)[18]
  • Prix du meilleur spectacle décerné par les étudiants de Paris pour Dom Juan au TEP en 1993[19]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]