Magda Trocmé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Magda Trocmé
Magda Trocmé c1940b.png
Magda Trocmé vers 1940.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
PoissyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Magda Larissa Elisa Grilli di CortonaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint
Enfant
Nelly Trocmé (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Magda Trocmé (née Grilli di Cortona le à Florence et morte le à Poissy), épouse du pasteur André Trocmé, contribue au sauvetage de nombreux Juifs au Chambon-sur-Lignon pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle est reconnue Juste parmi les nations.

photo en couleur d'un arbre formé de plusieurs troncs, devant un mur de pierre
Arbre planté en l'honneur d'André et Magda Trocmé, au Yad Vashem, à Jérusalem.

Biographie[modifier | modifier le code]

Magda Larissa Elisa Grilli di Cortona naît le à Florence en Italie[1], fille du colonel italien Oscar Grilli di Cortona et d'Elena Wissotzky Poggio, descendante de décembristes russes exilés en Italie. Baptisée dans l'église vaudoise, elle est engagée dans le mouvement de l'Union chrétienne de jeunes filles (UCJF-YMCA) et part en 1925 étudier à la New York School of Social Work. C'est là qu'elle rencontre André Trocmé, étudiant français en théologie, qu'elle épouse en 1926. Ils ont quatre enfants : Nelly, Jean-Pierre (1930-1944), Jacques (1931-2017) et Daniel (1933-1961).

Elle suit André Trocmé dans ses postes pastoraux : Maubeuge (1927-1928), Sin-le-Noble (1928-1934) puis Le Chambon-sur-Lignon (en 1934).

Avec lui elle fonde le Collège Cévenol au Chambon-sur-Lignon et sauva des milliers d'enfants juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle prend particulièrement en charge, avec quelques autres, le choix des familles d'accueil[2]. Elle incite aussi les pensionnats locaux à participer à l'accueil des enfants juifs[2].

Elle est reconnue Juste parmi les nations le , en même temps que son mari[3].

Elle était membre du Mouvement international de la réconciliation (MIR).

Elle meurt le à Poissy[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Magda et André Trocmé, figures de résistances. Textes choisis et présentés par Pierre Boismorand. Préface de Lucien Lazare, Paris, Les Éditions du Cerf, 2008.
  • Magda Trocmé, « Parmi les disciples de Gandhi : journal d'une pacifiste aux Indes (-) », in Source(s). Arts, Civilisation et Histoire de l'Europe, 2016 - n° 8-9, p. 157-183.
  • Magda Trocmé, Souvenirs d'une jeunesse hors normes, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2017, édit. N. Bourguignat et F. Rognon.
  • Magda Trocmé, Souvenirs d'une vie d'engagements, Mémoires édités par Nicolas Bourguinat, Patrick Cabanel et Frédéric Rognon, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2021

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philip P Hallie, Lest innocent blood be shed : The Story of the Village of Le Chambon and How Goodness Happened There, New York, Harper & Row, , 304 p.. Trad. franç. Le sang des innocents - Le Chambon-sur-Lignon, un village sauveur, Paris, Stock, 1980.
  • Sabine Zeitoun, « Résistance active, résistance passive, un faut débat », dans Les Juifs dans la Résistance et la Libération: histoire, témoignages, débats : Textes réunis et présentés par RHICOJ (Association pour la recherche et l'histoire contemporaine des juifs), Paris, Éd. du Scribe,
  • François Boulet, Histoire de la Montagne-refuge : aux limites de la Haute-Loire et de l'Ardèche, Éditions du Roure, , p. 258
  • Patrick-Gérard Henry (trad. de l'anglais), La montagne des Justes : Le Chambon-sur-Lignon, Toulouse, Privat, , 220 p. (ISBN 978-2-7089-6904-9)
  • Patrick Cabanel, Philippe Joutard, Jacques Semelin, Annette Wieviorka, La montagne refuge : Accueil et sauvetage des juifs autour du Chambon-sur Lignon, Albin Michel, , 400 p.
  • Patrick Cabanel, Résister, voix protestantes, Nîmes, Alcide, , 158 p. (ISBN 978-2-917743-41-6)
    Contient en bonne place le texte du sermon dit « des armes de l'esprit », prononcé le dimanche , premier dimanche après la capitulation de l'armée française.
  • Bertrand Solet, Le Chambon-sur-Lignon : Le silence de la montagne, Paris, OSKAR, , 112 p. (ISBN 979-10-214-0120-4).
  • chapitre, « Trocmé, pasteur André ; Trocmé, Magda », dans Israel Gutman, Lucien Lazare, Dictionnaire des Justes de France, Yad Vashem et Fayard, (ISBN 2-213-61435-0), p. 555-556.

Films[modifier | modifier le code]

  • André et Magda Trocmé ont inspiré les personnages de Jean et Martha Fontaine dans le téléfilm La Colline aux mille enfants de Jean-Louis Lorenzi, 118 min, 1994.
  • Les armes de l’esprit, documentaire basé sur des documents d’époque, par Pierre Sauvage, DVD 90 min, 1989[4].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fichier Insee des décès Magda Trocmé », sur deces.matchid.io (consulté le ).
  2. a et b Gutman et Lazare 2003, p. 555.
  3. Gutman et Lazare 2003, p. 556.
  4. « Les armes de l’esprit », sur www.chambon.org, Fondation Chambon, (consulté le ).