Résistance danoise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Denmark Fights for Freedom, un film de 1944 sur la Résistance danoise.

La Résistance danoise (en danois : Modstandsbevægelsen, « Mouvement de résistance danoise ») désigne la résistance mis en place lors de la Seconde Guerre mondiale au Danemark.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 9 avril 1940, le Danemark est occupé par les troupes allemandes. Son gouvernement estime que tout combat serait de inutile et signe avec l'envahisseur un pacte, afin de "garantir l'ordre et le calme dans le royaume".

La première manifestation de résistance demeure celle de l'ambassadeur du Danemark aux États-Unis, qui refusant d'obéir au gouvernement de Copenhague, décide de mettre à la disposition des Américains les bases danoises au Groenland. Il s'agit de la toute première manifestation du mouvement danois de libération. En raison des dispositions initialement clémentes où l'occupation nazie autorisa le gouvernement démocratique à rester au pouvoir, le mouvement de résistance a été plus lent à se développer que dans certains autres pays. Ce n'est qu'à partir de 1943 que le mouvement commence à prendre de l'ampleur, les deux principaux groupes étant le BOPA communiste (Borgerlige Partisaner, partisans civils) et le Holger Danske, tous deux basés à Copenhague.

Les principales activités de la résistance danoise allaient de la publication de journaux clandestins à l'espionnage et au sabotage. Elle permet par ailleurs l'important sauvetage des juifs du Danemark.

Membres notoires[modifier | modifier le code]

Le résistant danois Bent Faurschou-Hviid (surnommé La Flamme) en 1944.

Bilan[modifier | modifier le code]

Le Danemark restera en outre dans l'histoire comme le pays d'Europe ayant montré le plus de courage dans la défense de la communauté israélite face aux nazis.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]