Canton de Tarn et Causses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Tarn et Causses
Canton de Tarn et Causses
Situation du canton de Tarn et Causses dans le département de Aveyron.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement(s) Millau (12)
Rodez (6)
Bureau centralisateur Sévérac d'Aveyron
Conseillers
départementaux
Camille Galibert
Danièle Vergonnier
2015-2021
Code canton 12 20
Histoire de la division
Création 22 mars 2015[1]
Démographie
Population 10 333 hab. (2016)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Superficie 765,19 km2
Subdivisions
Communes 18

Le canton de Tarn et Causses est une division administrative française du département de l'Aveyron, créée par le décret du 21 février 2014 et entrant en vigueur lors des élections départementales de 2015.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un nouveau découpage territorial de l'Aveyron entre en vigueur en mars 2015, défini par le décret du 21 février 2014[1], en application des lois du (loi organique 2013-402 et loi 2013-403)[2]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure[3]. En Aveyron, le nombre de cantons passe ainsi de 46 à 23. Le canton de Tarn et Causses fait partie des 21 nouveaux cantons du département, deux cantons conservant leur dénomination (Saint-Affrique et Villefranche-de-Rouergue).

Composition[modifier | modifier le code]

Lors de création, le canton de Tarn et Causses est composé de vingt-deux communes entières[1].

À la suite de la fusion des communes de Buzeins, Lapanouse, Lavernhe, Recoules-Prévinquières et Sévérac-le-Château au pour former la commune nouvelle de Sévérac d'Aveyron[4], il est composé des dix-huit communes suivantes :

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Population
(dernière pop. légale)
Sévérac d'Aveyron
(bureau centralisateur)
12270 CC Des Causses à l'Aubrac 4 100 (2016)
Campagnac 12047 CC Des Causses à l'Aubrac 453 (2016)
La Capelle-Bonance 12055 CC Des Causses à l'Aubrac 88 (2016)
Castelnau-Pégayrols 12062 CC de la Muse et des Raspes du Tarn 336 (2016)
La Cresse 12086 CC de Millau Grands Causses 313 (2016)
Montjaux 12153 CC de la Muse et des Raspes du Tarn 394 (2016)
Mostuéjouls 12160 CC de Millau Grands Causses 314 (2016)
Peyreleau 12180 CC de Millau Grands Causses 74 (2016)
Rivière-sur-Tarn 12200 CC de Millau Grands Causses 1 050 (2016)
La Roque-Sainte-Marguerite 12204 CC de Millau Grands Causses 185 (2016)
Saint-André-de-Vézines 12211 CC de Millau Grands Causses 134 (2016)
Saint-Beauzély 12213 CC de la Muse et des Raspes du Tarn 584 (2016)
Saint-Laurent-d'Olt 12237 CC Des Causses à l'Aubrac 641 (2016)
Saint-Martin-de-Lenne 12239 CC Des Causses à l'Aubrac 295 (2016)
Saint-Saturnin-de-Lenne 12247 CC Des Causses à l'Aubrac 302 (2016)
Verrières 12291 CC de la Muse et des Raspes du Tarn 452 (2016)
Veyreau 12293 CC de Millau Grands Causses 140 (2016)
Viala-du-Tarn 12296 CC de la Muse et des Raspes du Tarn 478 (2016)

Représentation[modifier | modifier le code]

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Camille Galibert   UDI Retraité SNCF
Maire de Sévérac-le-Château (2008-2015) puis de Sévérac d'Aveyron (depuis 2016)
2015 en cours Danièle Vergonnier   LR Retraitée
Ancienne conseillère générale du canton de Peyreleau, maire de La Cresse

À l'issue du 1er tour des élections départementales de 2015, deux binômes sont en ballotage : Camille Galibert et Danièle Vergonnier (Union de la Droite, 49,9 %) et Georges Gaubert et Catherine Laur (Union de la Gauche, 29,52 %). Le taux de participation est de 63,09 % (5 532 votants sur 8 768 inscrits)[5] contre 59,71 % au niveau départemental[6] et 50,17 % au niveau national[7].

Au second tour, Camille Galibert et Danièle Vergonnier (Union de la Droite) sont élus avec 64,73 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 60,61 % (3 063 voix pour 5 314 votants et 8 768 inscrits)[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]