Guérisseur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rebouteux)

Un guérisseur, dit aussi médicastre, est une personne, généralement dépourvue de diplôme médical, qui soigne, en dehors de l'exercice légal scientifique de la médecine, par des moyens empiriques ou magiques, en vertu de dons particuliers supposés ou à l'aide de recettes personnelles. Il désigne aussi un saint guérisseur qui fait partie, avec le saint thaumaturge, le saint protecteur et le saint propitiatoire, des saints populaires (en). Héritage parfois de survivances païennes, le culte populaire des saints guérisseurs se manifeste par le recours thérapeutique (guérison par la foi) à ces « thérapeutes spécialisés »[1].

Guérisseurs[modifier | modifier le code]

Rebouteuse (photographie prise par Charles Géniaux à Muzillac en 1890)
Le zouave Jacob, caricature d'André Gill (1867).
Un guérisseur (chaman) à Dhaka, Bangladesh (2005).
Guérisseur traditionnel d'Afrique du Sud (2010).
Prêtre guérisseur aux Philippines (2012).

Au Moyen Âge en Europe, il n'existait pas de frontière définie entre médecins, guérisseurs, sorcières. Puis, peu à peu, la médecine s'est éloignée à la fois des croyances spirituelles et du charlatanisme[2].

Dans le monde occidental, les guérisseurs, héritiers de pratiques ancestrales des sociétés traditionnelles, peuvent être magnétiseur, radiesthésiste, rebouteux, exorciste… Dans les sociétés traditionnelles d'Asie, d'Afrique, d'Amérique, d'Océanie, considérés comme sorciers ou voyants, les guérisseurs sont généralement des chamans. Les guérisseurs des Philippines et du Brésil sont parfois appelés chirurgiens psychiques.

En Suisse, il en existe différentes catégories, les coupe-feu, les faiseurs de secrets, selon les problèmes de santé. Les faiseurs de secrets sont également présents en Vallée d'Aoste, aussi bien que les rabeilleurs (équivalent de «rebouteux» en français valdôtain), qui pratiquent des massages pour les distorsions.

France (XIXe siècle)[modifier | modifier le code]

Participant au processus de médicalisation du territoire français, la loi du 19 ventôse an XI (10 mars 1803), institue la notion d'exercice illégal de la médecine plaçant les guérisseurs en tant que concurrents illégaux des médecins. En effet, celle-ci n'autorise à pratiquer la médecine qu'aux personnes détentrices d'un diplôme de médecin, de chirurgien ou d'officier de santé[3].

Cependant, dans les faits la loi n'est que difficilement appliquée punissant davantage les personnes se faisant passer pour des médecins que les personnes exerçant illégalement la médecine[4], ce qui explique la pérennité de différents types de guérisseurs tout au long du XIXe siècle.

Les rebouteux[modifier | modifier le code]

Nommés adoubeurs en Anjou[5], renoueurs, bailleuls, remancheurs, rabouteurs, remettoux ou rhabilleurs dans d'autres régions, ils appartiennent à la communauté locale où ils exercent souvent les métiers d'agriculteurs, de bergers, d'éleveurs, de hongreurs ou encore de maréchaux-ferrants[4]. Leurs carrières et leurs connaissances, qu'ils doivent à leurs aînés leur confèrent une solide expérience dans la réduction des luxations et des fractures[5]. Leurs pratiques basées sur des manœuvres mécaniques pouvaient également prendre la forme de « massages » ou de « pétrissages énergiques »[6].

Les panseurs de secrets[modifier | modifier le code]

Très proches des rebouteux de par leur appartenance à la communauté villageoise, ils ne forment parfois qu'un seul et même personnage. Détenteurs d'un ou de plusieurs secrets qui leur ont été légués ou révélés par leurs aînés, ne se sentant plus en capacité d'exercer leur fonction, souvent vers la fin de leur vie[5], on leur reconnait le don de guérir les maux associés à ces secrets. Leur thérapeutique est surtout basée sur la récitation de prières associées à des gestes notamment empruntés à la religion catholique[4].

Les charlatans[modifier | modifier le code]

Cette catégorie constituée de marchands itinérants s'adonnent surtout à la vente de remèdes mais proposent également des manœuvres "médicales" basées sur des procédés qu'ils empruntent à d'autres types de guérisseurs, pratiquent la voyance et comblent un manque dans des domaines délaissés par la médecine officielle tel que l'art dentaire ou encore l'ophtalmologie. « Voyageant parfois en groupe, précédés assez souvent d'affiches prometteuses, ils installent leurs tréteaux sur la place du village, dans les carrefours des villes, au moment des foires et des marchés, venant à la rencontre d'une clientèle rassemblée qu'ils amusent par la séduction tapageuse d'une réclame insistante»[4].

Les religieux[modifier | modifier le code]

Proches des malades du fait de l'exercice de charité dont ils doivent faire preuve, ils occupent depuis longtemps une place centrale dans la préparation de remèdes, qu'ils apportent souvent gratuitement aux malades et qu'ils accompagnent de quelques conseils et de prières. Cependant il arrive également qu'ils s'adonnent au commerce de médicaments qui proviennent souvent de leur propre fabrication[7].

Guérisseurs célèbres[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Etats-Unis d'Amérique[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Leproux, Dévotions et saints guérisseurs, Presses universitaires de France, , 271 p..
  2. René Taton, La science moderne : (de 1450 à 1800), t. 2, Paris, PUF, , 800 p..
  3. SIONNEAU S., Les médecines illégales et les médecines populaires en France au XIXe siècle, avec l'exemple du Maine-et-Loire, Thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Yves Denéchère, 2013.
  4. a b c et d LÉONARD J., « Les guérisseurs en France au XIXᵉ siècle », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 27, n°3, Juillet-septembre 1980, pages 501 à 516.
  5. a b et c BOUTEILLER M., Médecine populaire d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Maisonneuve et Larose, 1966.
  6. DARMEZIN A.-J., Superstitions et remèdes populaires en Touraine, Thèse, Bordeaux, 1904, page 20 et 28.
  7. BONNEMAIN B., « Le Clergé et l'exercice illégal de la pharmacie en France au-delà de la Révolution française », dans Revue d'histoire de la pharmacie, 92ᵉ année, n°342, 200, pages 277 à 302.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • H. Bon et F. Leuret, Les Guérisons miraculeuses modernes, Paris, PUF, 1950.
  • N. Bayon, Miracles chez les guérisseurs, Paris, Segep, 1953.
  • M. Colinon, Les Guérisseurs, Paris, Grasset, 1957.
  • A. Mellor, Le Problème des guérisseurs, Paris, La Colombe, 1958.
  • H. Thurston, Phénomènes physiques du mysticisme, Paris, Gallimard, 1961.
  • C.V. d'Autrec, Les Charlatans de la médecine, Paris, Table Ronde, 1967.
  • Mircea Eliade, Le Chamanisme, Paris, Payot, 1968.
  • J.B. Hutton, Il nous guérit avec ses mains, Paris, Fayard, 1973.
  • A. Stelter, Guérison Psi, Robert Laffont, Paris, 1975.
  • Nicole Edelman, Voyantes, guérisseuses et visionnaires en France, 1785-1914, Paris, Albin Michel, 1995.
  • Collectif, Guérisseurs d'hier et d'aujourd'hui, Bastogne, Musée en Piconrue, 2003.
  • Françoise Perriot, Enquête sur les guérisons parallèles, Paris, Pré-aux-Clercs, 2006. (ISBN 2-84228220-5)
  • Olivier Schmitz, Soigner par l'invisible : enquête sur les guérisseurs aujourd'hui, Paris, Imago, 2006. (ISBN 2-84952026-8)
  • Magali Jenny, Guérisseurs, rebouteux et faiseurs de secret en Suisse romande, Lausanne, Favre, 2008. (ISBN 978-2-8289-1017-4)
  • Jean-Dominique Michel, Chamans, guérisseurs, médiums, Lausanne, Favre, 2011. (ISBN 978-2-8289-1217-8)
  • Magali Jenny, Le nouveau guide des guérisseurs de Suisse romande , Lausanne, Favre, 2012. (ISBN 978-2-8289-1238-3)
  • Audrey Mouge, Le mystère des guérisseurs, Paris, La Martinière, 2013. (ISBN 978-2-7324-5025-4)
  • Laurent Pordié, Emmanuelle Simon (dir.), Les Nouveaux Guérisseurs, Paris, EHESS, 2013.
  • Bernard Fontanille, Médecines d'ailleurs : rencontre avec ceux qui soignent autrement, Paris, La Martinière, 2014, (2 vol.). (ISBN 978-2-7324-6467-1) (ISBN 978-2-7324-7150-1)
  • Bernard Baudouin, Guérisseurs d'hier et d'aujourd'hui, Paris, Rustica, 2015. (ISBN 978-2-8153-0652-2)
  • Dominique Camus, L'Univers des guérisseurs traditionnels : panseurs de secrets et conjureurs, Rennes, Ouest-France, 2015. (ISBN 978-2-7373-6817-2)
  • Madline Favre, « Jeanne-Marie Dayer, la mège d'Hérémence », Passé simple. Mensuel romand d'histoire et d'archéologie, no 58,‎ , p. 25-27.

Articles connexes[modifier | modifier le code]