Quilinen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chapelle et calvaire de Quilinen
Image illustrative de l'article Quilinen
La chapelle et le calvaire de Quilinen
Présentation
Culte Catholique romain
Type Chapelle
Style dominant gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1925, 1990, Inventaire puis chapelle classée)
Géographie
Pays France
Région Bretagne
Département Finistère
Ville Landrévarzec
Coordonnées 48° 04′ 45″ nord, 4° 03′ 59″ ouest

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Chapelle et calvaire de Quilinen

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Chapelle et calvaire de Quilinen

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Chapelle et calvaire de Quilinen

Quilinen est une ancienne trève de la paroisse de Briec qui fait partie depuis 1843 de la paroisse de Landrévarzec et 1893 de la commune de Landrévarzec, alors créée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un seigneur de Pennayenn (Pennarun) aurait fait un pèlerinage mouvementé en Terre sainte. Durant son périple, sa vie avait été en danger et il fit le vœu à Notre-Dame de lui élever une chapelle s'il en revenait sain et sauf. Selon une légende apocryphe, le nom Quilinen proviendrait de "Ki (chien en breton) ar linen (ligne en breton)" car un chien aurait déplacé une ligne tracée au sol pour dessiner le plan de la future chapelle. Bernard Tanguy, dans son "Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère" écrit que le nom "Quillinen" correspond à celui du saint gallois Celynin, honoré à Llanpumsaint, dans le Carmarthenshire, également honoré à Saint-Quilinan-Bihan, à Louargat (Côtes-d'Armor)[1].

En 1658, le père Julien Maunoir prêcha une mission à Notre-Dame de Quilinen[2].

La chapelle actuelle, son calvaire et sa fontaine[modifier | modifier le code]

Le calvaire de Quilinen avant 1903 (dessin de A. Karl)

La chapelle actuelle Notre-Dame-de-Quilinen, de style gothique, et son calvaire datent de la fin du XVe siècle ; la chapelle vieille donc de plus de 500 ans, à l'exception du clocher qui s'est effondré en 1868 et a été reconstruit, est inscrite à l'inventaire des Monuments Historiques depuis le et a été classée Monument Historique le [3]. Elle possède une statue de saint Pierre qui date du XVIe siècle et plusieurs autres statues polychromes en bois, notamment de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, de Notre-Dame-de-Pitié et un beau groupe de saint Yves entre les plaideurs, des XVe siècle et XVIe siècle, d'autres statues anciennes de la même époque (saint Corentin, saint Roch, saint Cado, sainte Anne, la Vierge-Mère, l'Annonciation, etc..) une descente de croix et une poutre de gloire ; son porche conserve des traces de polychromie[4].

Le calvaire de Quilinen, construit au XVIe siècle possède trois croix dont, au centre, celle du Christ et tout autour se trouvent les statues des apôtres et de divers saints comme saint Yves et une belle Pietà[5]. Ce calvaire de Quilinen est l'un des plus originaux de Bretagne car il est construit sur un socle composé de deux triangles[6] formant, du fait du décalage, une structure en étoile à six branches (une étoile de David). Les statues présentent des traces de peinture et de dorure.

La fontaine de Quilinen était fréquentée pour les vertus thérapeutiques de son eau, ayant la réputation de guérir les maladies infantiles, notamment les enfants atteints de paralysie[5].

Les dégâts provoqués par l'ouragan du ont nécessité de très importants travaux de restauration qui ont commencé en 2013[7].

Le pardon de Quilinen se déroule chaque année au mois de mai[8]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :