Pays Glazik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Communauté de communes du pays Glazik.
carte des pays traditionnels de la Bretagne

Le pays Glazik (Ar Vro C’hlazig en breton) est un pays traditionnel de Bretagne regroupant quelques communes autour de sa capitale, Quimper, également capitale de Cornouaille. Le pays glazik est souvent confondu avec la Communauté de communes du pays Glazik qui regroupe les cinq communes du canton de Briec. Le gentilé est glazik (-ed)[1]. Le pays Glazik tire son nom de la couleur bleue du costume masculin local. Glazik associe le terme Glaz qui signifie bleu en breton au suffixe -ik voulant dire petit. Les femmes en costume traditionnel portaient toute la coiffe "borledenn" ("bourrelet" en français).

Ce surnom Glazik, donné aux hommes de ce terroir, leur a été attribué comme toujours par leurs voisins. C'est le drap bleu employé pour la fabrication des costumes qui en est à l'origine. Ce drap bleu provenait des stocks de l'armée de Napoléon à la fin des guerres de l'Empire (1815).

Liste des communes[modifier | modifier le code]

Carte du Pays Glazik
Drapeau du Pays Glazik

Le costume glazik[modifier | modifier le code]

La splendeur des costumes glazik a évolué avec le temps, la plus belle période se situant entre 1880 et 1914.

Le costume masculin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : lexique du costume breton.
Costume masculin.

La veste (chupenn) avec ou sans boutons a une bordure, appelée bruskou, alternant galons de velours et broderies à dominante jaune. Elle est caractérisée par le korniou, partie basse à l'avant se terminant en pointe. Le gilet est orné de drein pesk, point de broderie en arrête de poisson.

Le costume n'a cessé d'évoluer. Entièrement bleu au début du XIXe siècle, il s'est peu à peu enrichi de velours et de larges broderies au fur et à mesure que son propriétaire s'enrichissait et sous l'effet de la mode. L'origine de la couleur bleue du costume masculin reste discutée, une des hypothèses étant les ventes de surplus de drap bleu des armées napoléoniennes.

Vers 1870-1880 on ne voit qu'un peu de broderie et de velours autour du cou et au bas des manches, alors que 50 ans plus tard (vers 1920) la poitrine est recouverte d'une bande de velours large de 30 à 35 cm et l'on peut voir jusqu'à 4 rangs de broderie de fils de soie. Le velours des manches recouvre également le drap bleu jusqu'au-dessus du coude. La désaffection définitive du port de ce costume pour les hommes se situe autour des années 1925-1930.

Le costume féminin[modifier | modifier le code]

Costume féminin du pays Glazik (Cercle celtique Danserien Kemper)

Les femmes surnommées "Borledenn" (nom de la coiffe portée de 1750 à 1950 environ) ont porté leur costume beaucoup plus longtemps, puisque les dernières mariées en costume traditionnel l'ont été en 1954.

Le costume des femmes au début du XIXe siècle est composé[2] :

  • D'une coiffe (son nom breton "borledenn" était déjà usité en 1845) de linon (et non pas de nylon) recouvrant toute la chevelure. En évoluant, elle est fabriquée en filet, avec application de tulle, le tout brodé au coton blanc. Elle a dans un premier temps rétréci, puis elle a pris un peu de hauteur. La petite coiffe (ar coef bihan), en tulle rebrodé et rajout de dentelles) est munie de brides se nouant sous le menton ; la grande coiffe (ar coef braz), dénommée aussi "visagière", est un rectangle de coton (au départ elle était même formée d'un simple morceau de carton recouvert de papier glacé bleu, par la suite elle a été en toile fine ou en mousseline) masquant totalement la chevelure porté par-dessus la petite coiffe et est munie de deux rubans flottant librement dans le dos.
  • Des corsages (jiletenn en breton) en coton et velours qui peuvent être brodés et ourlés de galons suivant la richesse de la propriétaire et l'usage du costume. Les femmes pouvaient en superposer jusqu'à trois, de couleurs vives, qui s'enfilaient les uns sur les autres, les premiers ayant des manches courtes, le troisième, souvent de couleur bleue, des manches plus longues.
  • D'un corselet sans manche (manchou en breton), souvent de couleur bleu pâle, orné de galons autour des emmanchures et de l'encolure, avec deux pointes à hauteur de la poitrine.
  • D'une jupe en lainage brun ou noir, puis plus tard en satin et velours, décorée parfois de broderies dans sa partie inférieure. Elle est portée par dessus une série de jupons de couleurs vives.
  • D'un tablier en soie, satin ou crêpe suivant les époques et les modes. Il est muni d'un long lacet qui se croise par devant et se noue par derrière.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Laurent Stéphan, Visant Seité, Lexique breton-français et français-breton, 20e édition revue et augmentée, Brest, Emgleo-Breiz, 1989.
  2. http://kizhier.wix.com/pluguen#!service2/c171l

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Paule Postec, Anne-Marie Goalès, Paul Balbous, Le costume glazik, 2014, Coop Breizh, 184 pages.

Liens externes[modifier | modifier le code]